Nouvelles recettes

Le projet Peterson Garden : Apprendre à Chicago à grandir

Le projet Peterson Garden : Apprendre à Chicago à grandir

  1. Accueil
  2. cuisiner

13 mai 2014

Par

Réservoir de nourriture

Le Peterson Garden Project enseigne aux habitants des communautés de Chicago comment jardiner et cuisiner leur propre nourriture. Cette année, ils ont publié un guide de jardinage mensuel pour Chicagoland et ouvrent la Fearless Food Kitchen, une cuisine pédagogique qui proposera des cours et des événements.


Cassoulet

Tout d'abord, une note avant de faire cela, Chicago était sur la bonne voie pour le printemps. Il faisait 70 degrés, mes manteaux d'hiver, mes gants et mes écharpes étaient tous rangés. Le jour où ça est passé au four ? Quatre pouces de neige. Je ne sais pas si c'est une approbation ou un acte d'accusation. Vous avez été prévenu.

Il est préférable de servir un type de repas particulier à partir du plat dans lequel il a été préparé, à une table bondée de verres à vin pleins, d'assiettes prêtes et encore plus d'appétits prêts. Le genre de repas qui se prête à s'attarder à table longtemps après la fin de la nourriture, même si les verres ne semblent jamais se vider.

Après mon voyage à Paris l'automne dernier, j'ai (à peine inattendu) été sur un coup de pied de cuisine française et tout l'hiver, le seul plat dont j'ai eu envie, mais que je n'ai jamais vraiment réussi à préparer jusqu'à la semaine dernière, est à peu près aussi français que il obtient et, je pense, parle parfaitement à ce genre de repas–cassoulet.

Si vous n'êtes pas familier avec le cassoulet, c'est un plat collant de côtes, plus riche qu'un ragoût mais pas vraiment une cocotte de haricots blancs, de poulet ou de canard, de saucisse, de porc salé, de bouillon et une tonne de Ail. Chaque personne qui le prépare a sa propre recette, ce qui est bien sûr la « bonne » façon .

Le plat a une réputation intimidante, même pour moi - voir ci-dessus. L’académie Universelle du Cassoulet. Il y a le confit de canard (dont de nombreuses recettes incluent des instructions à faire soi-même), un type de haricot très spécifique, le temps de cuisson de plusieurs jours, etc., etc. Mais cela n'a pas besoin d'être si compliqué. Je ne préconise pas une version pour micro-ondes (j'ai probablement fait rouler un Français dans sa tombe juste en tapant cela), mais, comme pour tout plat né de l'utilisation de ce que vous avez et de l'étirement pour servir une foule, cela peut être& #8211et était ! simple (et, si ce n'est pas exactement rapide, du moins ne nécessite pas beaucoup de temps debout au four).

J'ai eu cette recette depuis octobre, mais ma partie préférée n'est pas la recette elle-même (même si c'est ce que j'ai utilisé et ce que j'ai modifié ci-dessous), c'est l'article qui la précède. Il aborde parfaitement le facteur d'intimidation et comment le faire comme j'imagine qu'il a été fait au début avec des ingrédients que vous avez ou que vous pouvez obtenir assez facilement, en permettant des ajustements au besoin et selon vos propres goûts. Et à peu près comme vous le faites, ce sera incroyable.

Pour prouver involontairement un point, j'ai en fait foiré quand j'ai fait cela. Avec le recul, j'aurais dû ajouter plus d'eau pendant la cuisson, il aurait dû y avoir un peu plus de bouillon dans les haricots au moment où cela a été fait. Idéalement, la croûte se forme à partir du liquide, pas des haricots ou du poulet. Pas de problème - c'était toujours délicieux (et totalement dévoré et je devais essentiellement m'empêcher de retirer tous les morceaux de peau de poulet croustillants) et je ferai des ajustements la prochaine fois.

cassoulet
Pour un arrière-plan fantastique et une explication des raisons pour lesquelles vous n'avez pas besoin de canard pour préparer ce plat, lisez ceci.

1 livre de haricots blancs séchés (Great Northern et cannellini fonctionnent tous les deux)
3 cuillères à soupe de sel casher dissous dans 3 litres d'eau

1 litre de bouillon de poulet (fait maison est idéal, sinon utilisez peu de sodium)
3 sachets (3/4 onces) de gélatine non aromatisée
2 cuillères à soupe de graisse de canard (facultatif)
8 onces de porc salé, coupé en cubes de 3/4 po
8 morceaux de cuisses et pilons de poulet, ou 4 quartiers de cuisse de poulet entiers
Poivre noir fraichement moulu
Liens de saucisse de porc de 1 livre (l'ail et les herbes sont excellents si vous pouvez en trouver, l'italien est un bon deuxième choix)
1 gros oignon, haché
1 carotte, non pelée, cassée en deux
2 branches de céleri, cassées en deux
1 tête d'ail entière, toute peau de papier lâche frottée et un peu du dessus coupé pour exposer les clous de girofle
4 brins de persil
2 feuilles de laurier
6 clous de girofle

Mettez les haricots dans un grand bol et ajoutez l'eau salée. Couvrir et réserver pendant 12 à 18 heures. Égoutter et rincer.

Chauffer le four à 300 degrés et régler la grille du four à la position médiane inférieure. Si vous utilisez du bouillon du commerce, versez-le dans un bol et saupoudrez de gélatine mise de côté.

Faites chauffer votre casserole la plus grosse et la plus lourde à feu moyen-doux. Ajouter la graisse de canard (si vous en utilisez). Ajouter le porc salé et cuire jusqu'à ce qu'il soit doré et croustillant, transférer dans un grand bol. Assaisonner le poulet avec du poivre (pas besoin de sel) et cuire jusqu'à ce que la peau soit dorée. Retirer le poulet dans le bol avec le porc salé. Ajouter les saucisses dans la casserole et cuire jusqu'à ce qu'elles soient dorées des deux côtés, ajouter au bol avec le poulet.

Égoutter tout sauf 2 cuillères à soupe de graisse de la casserole. Ajouter les oignons et cuire en grattant les morceaux brunis de la cuisson de la viande. Lorsque les oignons sont translucides, ajoutez les haricots égouttés, le céleri, les carottes, le persil, les feuilles de laurier, les clous de girofle (attachez-les dans un peu d'étamine pour faciliter la pêche plus tard) et le bouillon de poulet portez à ébullition. Couvrir la casserole, réduire le feu à doux et cuire pendant 45 minutes ou jusqu'à ce que les haricots aient légèrement ramolli mais ne soient pas encore cuits.

Incorporer les saucisses et le porc salé aux haricots. Rentrez la tête d'ail au centre de la casserole pour qu'elle soit facile à récupérer plus tard. Nicher le poulet, peau vers le haut, dans les haricots. Les haricots doivent être juste recouverts de liquide.

Mettez la casserole au four et faites cuire pendant 2 heures, à découvert, en vérifiant à mi-cuisson et en ajoutant un peu d'eau le long du bord de la casserole si nécessaire pour garder les haricots couverts. Au bout de 2 heures, une légère croûte se sera formée sur le dessus. (S'il ne commence pas à avoir l'air croustillant, mettez le four à 325 degrés.)

Remuez un peu la casserole pour casser la croûte. Continuez la cuisson pendant encore 2 à 3 heures, en secouant la casserole toutes les 30 minutes pour briser la croûte, en ajoutant de l'eau le long du bord de la casserole au besoin pour garder les haricots couverts.

Lorsque le cassoulet est prêt, la croûte supérieure sera brun foncé. Récupérez l'ail et pressez délicatement les gousses ramollies, soit en les remettant dans le cassoulet, soit en les étalant sur un morceau de pain croûté. Servir immédiatement avec une bouteille de vin et une grande salade (c'est aussi un de ces plats qui sont tout aussi bons le lendemain).


Cassoulet

Tout d'abord, une note avant de faire cela, Chicago était sur la bonne voie pour le printemps. Il faisait 70 degrés, mes manteaux d'hiver, mes gants et mes écharpes étaient tous rangés. Le jour où ça est passé au four ? Quatre pouces de neige. Je ne sais pas si c'est une approbation ou un acte d'accusation. Vous avez été prévenu.

Il est préférable de servir un type de repas particulier à partir du plat dans lequel il a été préparé, à une table bondée de verres à vin pleins, d'assiettes prêtes et encore plus d'appétits prêts. Le genre de repas qui se prête à s'attarder à table longtemps après la fin de la nourriture, même si les verres ne semblent jamais se vider.

Après mon voyage à Paris l'automne dernier, j'ai (à peine inattendu) été sur un coup de pied de cuisine française et tout l'hiver, le seul plat dont j'ai eu envie, mais que je n'ai jamais vraiment réussi à préparer jusqu'à la semaine dernière, est à peu près aussi français que il obtient et, je pense, parle parfaitement à ce genre de repas–cassoulet.

Si vous n'êtes pas familier avec le cassoulet, c'est un plat collant de côtes, plus riche qu'un ragoût mais pas vraiment une cocotte de haricots blancs, de poulet ou de canard, de saucisse, de porc salé, de bouillon et une tonne de Ail. Chaque personne qui le prépare a sa propre recette, qui est bien sûr la « bonne » façon .

Le plat a une réputation intimidante, même pour moi - voir ci-dessus. L’académie Universelle du Cassoulet. Il y a le confit de canard (dont de nombreuses recettes incluent des instructions à faire soi-même), un type de haricot bien spécifique, le temps de cuisson de plusieurs jours, etc., etc. Mais cela n'a pas besoin d'être si compliqué. Je ne préconise pas une version pour micro-ondes (j'ai probablement fait rouler un Français dans sa tombe juste en tapant cela), mais, comme pour tout plat né de l'utilisation de ce que vous avez et de l'étirement pour servir une foule, cela peut être& #8211et était ! simple (et, si ce n'est pas exactement rapide, du moins ne nécessite pas beaucoup de temps debout au four).

J'ai eu cette recette depuis octobre, mais ma partie préférée n'est pas la recette elle-même (même si c'est ce que j'ai utilisé et ce que j'ai modifié ci-dessous), c'est l'article qui la précède. Il aborde parfaitement le facteur d'intimidation et comment le faire comme j'imagine qu'il a été fait au début avec des ingrédients que vous avez ou que vous pouvez obtenir assez facilement, en permettant des ajustements au besoin et selon vos propres goûts. Et à peu près comme vous le faites, ce sera incroyable.

Pour prouver involontairement un point, j'ai en fait foiré quand j'ai fait cela. Avec le recul, j'aurais dû ajouter plus d'eau pendant la cuisson, il aurait dû y avoir un peu plus de bouillon dans les haricots au moment où cela a été fait. Idéalement, la croûte se forme à partir du liquide, pas des haricots ou du poulet. Pas de problème - c'était toujours délicieux (et totalement dévoré et je devais essentiellement m'empêcher de retirer tous les morceaux de peau de poulet croustillants) et je ferai des ajustements la prochaine fois.

cassoulet
Pour un arrière-plan fantastique et une explication des raisons pour lesquelles vous n'avez pas besoin de canard pour préparer ce plat, lisez ceci.

1 livre de haricots blancs séchés (Great Northern et cannellini fonctionnent tous les deux)
3 cuillères à soupe de sel casher dissous dans 3 litres d'eau

1 litre de bouillon de poulet (fait maison est idéal, sinon utilisez peu de sodium)
3 sachets (3/4 onces) de gélatine non aromatisée
2 cuillères à soupe de graisse de canard (facultatif)
8 onces de porc salé, coupé en cubes de 3/4 po
8 morceaux de cuisses et pilons de poulet, ou 4 quartiers de cuisse de poulet entiers
Poivre noir fraichement moulu
Liens de saucisse de porc de 1 livre (l'ail et les herbes sont excellents si vous pouvez en trouver, l'italien est un bon deuxième choix)
1 gros oignon, haché
1 carotte, non pelée, cassée en deux
2 branches de céleri, cassées en deux
1 tête d'ail entière, toute peau de papier lâche frottée et un peu du dessus coupé pour exposer les clous de girofle
4 brins de persil
2 feuilles de laurier
6 clous de girofle

Mettez les haricots dans un grand bol et ajoutez l'eau salée. Couvrir et réserver pendant 12 à 18 heures. Égoutter et rincer.

Chauffer le four à 300 degrés et régler la grille du four à la position médiane inférieure. Si vous utilisez du bouillon du commerce, versez-le dans un bol et saupoudrez de gélatine mise de côté.

Faites chauffer votre casserole la plus grosse et la plus lourde à feu moyen-doux. Ajouter la graisse de canard (si vous en utilisez). Ajouter le porc salé et cuire jusqu'à ce qu'il soit doré et croustillant, transférer dans un grand bol. Assaisonner le poulet avec du poivre (pas besoin de sel) et cuire jusqu'à ce que la peau soit dorée. Retirer le poulet dans le bol avec le porc salé. Ajouter les saucisses dans la casserole et cuire jusqu'à ce qu'elles soient dorées des deux côtés, ajouter au bol avec le poulet.

Égoutter tout sauf 2 cuillères à soupe de graisse de la casserole. Ajouter les oignons et cuire en grattant les morceaux brunis de la cuisson de la viande. Lorsque les oignons sont translucides, ajoutez les haricots égouttés, le céleri, les carottes, le persil, les feuilles de laurier, les clous de girofle (attachez-les dans un peu d'étamine pour faciliter la pêche plus tard) et le bouillon de poulet portez à ébullition. Couvrir la casserole, réduire le feu à doux et cuire pendant 45 minutes ou jusqu'à ce que les haricots aient légèrement ramolli mais ne soient pas encore cuits.

Incorporer les saucisses et le porc salé aux haricots. Rentrez la tête d'ail au centre de la casserole pour qu'elle soit facile à récupérer plus tard. Nicher le poulet, peau vers le haut, dans les haricots. Les haricots doivent être juste recouverts de liquide.

Mettez la casserole au four et faites cuire pendant 2 heures, à découvert, en vérifiant à mi-cuisson et en ajoutant un peu d'eau le long du bord de la casserole si nécessaire pour garder les haricots couverts. Au bout de 2 heures, une légère croûte se sera formée sur le dessus. (S'il ne commence pas à avoir l'air croustillant, mettez le four à 325 degrés.)

Remuez un peu la casserole pour casser la croûte. Continuez la cuisson pendant encore 2 à 3 heures, en secouant la casserole toutes les 30 minutes pour briser la croûte, en ajoutant de l'eau le long du bord de la casserole au besoin pour garder les haricots couverts.

Lorsque le cassoulet est prêt, la croûte supérieure sera brun foncé. Récupérez l'ail et pressez délicatement les gousses ramollies, soit en les remettant dans le cassoulet, soit en les étalant sur un morceau de pain croûté. Servir immédiatement avec une bouteille de vin et une grande salade (c'est aussi un de ces plats qui sont tout aussi bons le lendemain).


Cassoulet

Tout d'abord, une note avant de faire cela, Chicago était sur la bonne voie pour le printemps. Il faisait 70 degrés, mes manteaux d'hiver, mes gants et mes écharpes étaient tous rangés. Le jour où c'est passé au four ? Quatre pouces de neige. Je ne sais pas si c'est une approbation ou un acte d'accusation. Vous avez été prévenu.

Il est préférable de servir un type de repas particulier à partir du plat dans lequel il a été préparé, à une table bondée de verres à vin pleins, d'assiettes prêtes et encore plus d'appétits prêts. Le genre de repas qui se prête à s'attarder à table longtemps après la fin de la nourriture, même si les verres ne semblent jamais se vider.

Après mon voyage à Paris l'automne dernier, j'ai (à peine inattendu) été sur un coup de pied de cuisine française et tout l'hiver, le seul plat dont j'ai eu envie, mais que je n'ai jamais vraiment réussi à préparer jusqu'à la semaine dernière, est à peu près aussi français que il obtient et, je pense, parle parfaitement à ce genre de repas–cassoulet.

Si vous n'êtes pas familier avec le cassoulet, c'est un plat collant de côtes, plus riche qu'un ragoût mais pas vraiment une cocotte de haricots blancs, de poulet ou de canard, de saucisse, de porc salé, de bouillon et une tonne de Ail. Chaque personne qui le prépare a sa propre recette, ce qui est bien sûr la « bonne » façon .

Le plat a une réputation intimidante, même pour moi - voir ci-dessus. L’académie Universelle du Cassoulet. Il y a le confit de canard (dont de nombreuses recettes incluent des instructions à faire soi-même), un type de haricot très spécifique, le temps de cuisson de plusieurs jours, etc., etc. Mais cela n'a pas besoin d'être si compliqué. Je ne préconise pas une version pour micro-ondes (j'ai probablement fait rouler un Français dans sa tombe juste en tapant cela), mais, comme pour tout plat né de l'utilisation de ce que vous avez et de l'étirement pour servir une foule, cela peut être& #8211et était ! simple (et, si ce n'est pas exactement rapide, du moins ne nécessite pas beaucoup de temps debout au four).

J'ai eu cette recette depuis octobre, mais ma partie préférée n'est pas la recette elle-même (même si c'est ce que j'ai utilisé et ce que j'ai modifié ci-dessous), c'est l'article qui la précède. Il aborde parfaitement le facteur d'intimidation et comment le faire comme j'imagine qu'il a été fait au début avec des ingrédients que vous avez ou que vous pouvez obtenir assez facilement, en permettant des ajustements au besoin et à vos propres goûts. Et à peu près comme vous le faites, ce sera incroyable.

Pour prouver involontairement un point, j'ai en fait foiré quand j'ai fait cela. Avec le recul, j'aurais dû ajouter plus d'eau pendant la cuisson, il aurait dû y avoir un peu plus de bouillon dans les haricots au moment où cela a été fait. Idéalement, la croûte se forme à partir du liquide, pas des haricots ou du poulet. Pas de problème - c'était toujours délicieux (et totalement dévoré et je devais essentiellement m'empêcher de retirer tous les morceaux de peau de poulet croustillants) et je ferai des ajustements la prochaine fois.

cassoulet
Pour un arrière-plan fantastique et une explication des raisons pour lesquelles vous n'avez pas besoin de canard pour préparer ce plat, lisez ceci.

1 livre de haricots blancs séchés (Great Northern et cannellini fonctionnent tous les deux)
3 cuillères à soupe de sel casher dissous dans 3 litres d'eau

1 litre de bouillon de poulet (fait maison est idéal, sinon utilisez peu de sodium)
3 sachets (3/4 onces) de gélatine non aromatisée
2 cuillères à soupe de graisse de canard (facultatif)
8 onces de porc salé, coupé en cubes de 3/4 de pouce
8 morceaux de cuisses et pilons de poulet, ou 4 quartiers de cuisse de poulet entiers
Poivre noir fraichement moulu
Liens de saucisse de porc de 1 livre (l'ail et les herbes sont excellents si vous pouvez en trouver, l'italien est un bon deuxième choix)
1 gros oignon, haché
1 carotte, non pelée, cassée en deux
2 branches de céleri, cassées en deux
1 tête d'ail entière, toute peau de papier lâche frottée et un peu du dessus coupé pour exposer les clous de girofle
4 brins de persil
2 feuilles de laurier
6 clous de girofle

Mettez les haricots dans un grand bol et ajoutez l'eau salée. Couvrir et réserver pendant 12 à 18 heures. Égoutter et rincer.

Chauffer le four à 300 degrés et régler la grille du four à la position médiane inférieure. Si vous utilisez du bouillon du commerce, versez-le dans un bol et saupoudrez de gélatine mise de côté.

Faites chauffer votre casserole la plus grosse et la plus lourde à feu moyen-doux. Ajouter la graisse de canard (si vous en utilisez). Ajouter le porc salé et cuire jusqu'à ce qu'il soit doré et croustillant, transférer dans un grand bol. Assaisonner le poulet avec du poivre (pas besoin de sel) et cuire jusqu'à ce que la peau soit dorée. Retirer le poulet dans le bol avec le porc salé. Ajouter les saucisses dans la casserole et cuire jusqu'à ce qu'elles soient dorées des deux côtés, ajouter au bol avec le poulet.

Égoutter tout sauf 2 cuillères à soupe de graisse de la casserole. Ajouter les oignons et cuire en grattant les morceaux brunis de la cuisson de la viande. Lorsque les oignons sont translucides, ajoutez les haricots égouttés, le céleri, les carottes, le persil, les feuilles de laurier, les clous de girofle (attachez-les dans un peu de gaze pour faciliter la pêche plus tard) et le bouillon de poulet portez à ébullition. Couvrir la casserole, réduire le feu à doux et cuire pendant 45 minutes ou jusqu'à ce que les haricots aient légèrement ramolli mais ne soient pas encore cuits.

Incorporer les saucisses et le porc salé aux haricots. Rentrez la tête d'ail au centre de la casserole pour qu'elle soit facile à récupérer plus tard. Nicher le poulet, peau vers le haut, dans les haricots. Les haricots doivent être juste recouverts de liquide.

Mettez la casserole au four et faites cuire pendant 2 heures, à découvert, en vérifiant à mi-cuisson et en ajoutant un peu d'eau le long du bord de la casserole si nécessaire pour garder les haricots couverts. Au bout de 2 heures, une légère croûte se sera formée sur le dessus. (S'il ne commence pas à avoir l'air croustillant, mettez le four à 325 degrés.)

Remuez un peu la casserole pour casser la croûte. Continuez la cuisson pendant encore 2 à 3 heures, en secouant la casserole toutes les 30 minutes pour briser la croûte, en ajoutant de l'eau le long du bord de la casserole au besoin pour garder les haricots couverts.

Lorsque le cassoulet est prêt, la croûte supérieure sera brun foncé. Récupérez l'ail et pressez délicatement les gousses ramollies, soit en les remettant dans le cassoulet, soit en les étalant sur un morceau de pain croûté. Servir immédiatement avec une bouteille de vin et une grande salade (c'est aussi un de ces plats qui sont tout aussi bons le lendemain).


Cassoulet

Tout d'abord, une note avant de faire cela, Chicago était sur la bonne voie pour le printemps. Il faisait 70 degrés, mes manteaux d'hiver, mes gants et mes écharpes étaient tous rangés. Le jour où ça est passé au four ? Quatre pouces de neige. Je ne sais pas si c'est une approbation ou un acte d'accusation. Vous avez été prévenu.

Il est préférable de servir un type de repas particulier à partir du plat dans lequel il a été préparé, à une table bondée de verres à vin pleins, d'assiettes prêtes et encore plus d'appétits prêts. Le genre de repas qui se prête à s'attarder à table longtemps après la fin de la nourriture, même si les verres ne semblent jamais se vider.

Après mon voyage à Paris l'automne dernier, j'ai (à peine inattendu) été sur un coup de pied de cuisine française et tout l'hiver, le seul plat dont j'ai eu envie, mais que je n'ai jamais vraiment réussi à préparer jusqu'à la semaine dernière, est à peu près aussi français que il obtient et, je pense, parle parfaitement à ce genre de repas–cassoulet.

Si vous n'êtes pas familier avec le cassoulet, c'est un plat collant de côtes, plus riche qu'un ragoût mais pas vraiment une cocotte de haricots blancs, de poulet ou de canard, de saucisse, de porc salé, de bouillon et une tonne de Ail. Chaque personne qui le prépare a sa propre recette, ce qui est bien sûr la « bonne » façon .

Le plat a une réputation intimidante, même pour moi - voir ci-dessus. L’académie Universelle du Cassoulet. Il y a le confit de canard (dont de nombreuses recettes incluent des instructions à faire soi-même), un type de haricot bien spécifique, le temps de cuisson de plusieurs jours, etc., etc. Mais cela n'a pas besoin d'être si compliqué. Je ne préconise pas une version pour micro-ondes (j'ai probablement fait rouler un Français dans sa tombe juste en tapant cela), mais, comme pour tout plat né de l'utilisation de ce que vous avez et de l'étirement pour servir une foule, cela peut être& #8211et était ! simple (et, si ce n'est pas exactement rapide, du moins ne nécessite pas beaucoup de temps debout au four).

J'ai eu cette recette depuis octobre, mais ma partie préférée n'est pas la recette elle-même (même si c'est ce que j'ai utilisé et ce que j'ai modifié ci-dessous), c'est l'article qui la précède. Il aborde parfaitement le facteur d'intimidation et comment le faire comme j'imagine qu'il a été fait au début avec des ingrédients que vous avez ou que vous pouvez obtenir assez facilement, en permettant des ajustements au besoin et à vos propres goûts. Et à peu près comme vous le faites, ce sera incroyable.

Pour prouver involontairement un point, j'ai en fait foiré quand j'ai fait cela. Avec le recul, j'aurais dû ajouter plus d'eau pendant la cuisson, il aurait dû y avoir un peu plus de bouillon dans les haricots au moment où cela a été fait. Idéalement, la croûte se forme à partir du liquide, pas des haricots ou du poulet. Pas de problème - c'était toujours délicieux (et totalement dévoré et je devais essentiellement m'empêcher de retirer tous les morceaux de peau de poulet croustillants) et je ferai des ajustements la prochaine fois.

cassoulet
Pour un arrière-plan fantastique et une explication des raisons pour lesquelles vous n'avez pas besoin de canard pour préparer ce plat, lisez ceci.

1 livre de haricots blancs séchés (Great Northern et cannellini fonctionnent tous les deux)
3 cuillères à soupe de sel casher dissous dans 3 litres d'eau

1 litre de bouillon de poulet (fait maison est idéal, sinon utilisez peu de sodium)
3 sachets (3/4 onces) de gélatine non aromatisée
2 cuillères à soupe de graisse de canard (facultatif)
8 onces de porc salé, coupé en cubes de 3/4 po
8 morceaux de cuisses et pilons de poulet, ou 4 quartiers de cuisse de poulet entiers
Poivre noir fraichement moulu
Liens de saucisse de porc de 1 livre (l'ail et les herbes sont excellents si vous pouvez en trouver, l'italien est un bon deuxième choix)
1 gros oignon, haché
1 carotte, non pelée, cassée en deux
2 branches de céleri, cassées en deux
1 tête d'ail entière, toute peau de papier lâche frottée et un peu du dessus coupé pour exposer les clous de girofle
4 brins de persil
2 feuilles de laurier
6 clous de girofle

Mettez les haricots dans un grand bol et ajoutez l'eau salée. Couvrir et réserver pendant 12 à 18 heures. Égoutter et rincer.

Chauffer le four à 300 degrés et régler la grille du four à la position médiane inférieure. Si vous utilisez du bouillon du commerce, versez-le dans un bol et saupoudrez de gélatine mise de côté.

Faites chauffer votre casserole la plus grosse et la plus lourde à feu moyen-doux. Ajouter la graisse de canard (si vous en utilisez). Ajouter le porc salé et cuire jusqu'à ce qu'il soit doré et croustillant, transférer dans un grand bol. Assaisonner le poulet avec du poivre (pas besoin de sel) et cuire jusqu'à ce que la peau soit dorée. Retirer le poulet dans le bol avec le porc salé. Ajouter les saucisses dans la casserole et cuire jusqu'à ce qu'elles soient dorées des deux côtés, ajouter au bol avec le poulet.

Égoutter tout sauf 2 cuillères à soupe de graisse de la casserole. Ajouter les oignons et cuire en grattant les morceaux brunis de la cuisson de la viande. Lorsque les oignons sont translucides, ajoutez les haricots égouttés, le céleri, les carottes, le persil, les feuilles de laurier, les clous de girofle (attachez-les dans un peu d'étamine pour faciliter la pêche plus tard) et le bouillon de poulet portez à ébullition. Couvrir la casserole, réduire le feu à doux et cuire pendant 45 minutes ou jusqu'à ce que les haricots aient légèrement ramolli mais ne soient pas encore cuits.

Incorporer les saucisses et le porc salé aux haricots. Rentrez la tête d'ail au centre de la casserole pour qu'elle soit facile à récupérer plus tard. Nicher le poulet, peau vers le haut, dans les haricots. Les haricots doivent être juste recouverts de liquide.

Mettez la casserole au four et faites cuire pendant 2 heures, à découvert, en vérifiant à mi-cuisson et en ajoutant un peu d'eau le long du bord de la casserole si nécessaire pour garder les haricots couverts. Au bout de 2 heures, une légère croûte se sera formée sur le dessus. (S'il ne commence pas à avoir l'air croustillant, mettez le four à 325 degrés.)

Remuez un peu la casserole pour casser la croûte. Continuez la cuisson pendant encore 2 à 3 heures, en secouant la casserole toutes les 30 minutes pour briser la croûte, en ajoutant de l'eau le long du bord de la casserole au besoin pour garder les haricots couverts.

Lorsque le cassoulet est prêt, la croûte supérieure sera brun foncé. Récupérez l'ail et pressez délicatement les gousses ramollies, soit en les remettant dans le cassoulet, soit en les étalant sur un morceau de pain croûté. Servir immédiatement avec une bouteille de vin et une grande salade (c'est aussi un de ces plats qui sont tout aussi bons le lendemain).


Cassoulet

Tout d'abord, une note avant de faire cela, Chicago était sur la bonne voie pour le printemps. Il faisait 70 degrés, mes manteaux d'hiver, mes gants et mes écharpes étaient tous rangés. Le jour où ça est passé au four ? Quatre pouces de neige. Je ne sais pas si c'est une approbation ou un acte d'accusation. Vous avez été prévenu.

Il est préférable de servir un type de repas particulier à partir du plat dans lequel il a été préparé, à une table bondée de verres à vin pleins, d'assiettes prêtes et encore plus d'appétits prêts. Le genre de repas qui se prête à s'attarder à table longtemps après la fin de la nourriture, même si les verres ne semblent jamais se vider.

Après mon voyage à Paris l'automne dernier, j'ai (à peine inattendu) été sur un coup de pied de cuisine française et tout l'hiver, le seul plat dont j'ai eu envie, mais que je n'ai jamais vraiment réussi à préparer jusqu'à la semaine dernière, est à peu près aussi français que il obtient et, je pense, parle parfaitement à ce genre de repas–cassoulet.

Si vous n'êtes pas familier avec le cassoulet, c'est un plat collant de côtes, plus riche qu'un ragoût mais pas vraiment une cocotte de haricots blancs, de poulet ou de canard, de saucisse, de porc salé, de bouillon et une tonne de Ail. Chaque personne qui le prépare a sa propre recette, ce qui est bien sûr la « bonne » façon .

Le plat a une réputation intimidante, même pour moi - voir ci-dessus. L’académie Universelle du Cassoulet. Il y a le confit de canard (dont de nombreuses recettes incluent des instructions à faire soi-même), un type de haricot bien spécifique, le temps de cuisson de plusieurs jours, etc., etc. Mais cela n'a pas besoin d'être si compliqué. Je ne préconise pas une version pour micro-ondes (j'ai probablement fait rouler un Français dans sa tombe juste en tapant cela), mais, comme pour tout plat né de l'utilisation de ce que vous avez et de l'étirement pour servir une foule, cela peut être& #8211et était ! simple (et, si ce n'est pas exactement rapide, du moins ne nécessite pas beaucoup de temps debout au four).

J'ai eu cette recette depuis octobre, mais ma partie préférée n'est pas la recette elle-même (même si c'est ce que j'ai utilisé et ce que j'ai modifié ci-dessous), c'est l'article qui la précède. Il aborde parfaitement le facteur d'intimidation et comment le faire comme j'imagine qu'il a été fait au début avec des ingrédients que vous avez ou que vous pouvez obtenir assez facilement, en permettant des ajustements au besoin et à vos propres goûts. Et à peu près comme vous le faites, ce sera incroyable.

Pour prouver involontairement un point, j'ai en fait foiré quand j'ai fait cela. Avec le recul, j'aurais dû ajouter plus d'eau pendant la cuisson, il aurait dû y avoir un peu plus de bouillon dans les haricots au moment où cela a été fait. Idéalement, la croûte se forme à partir du liquide, pas des haricots ou du poulet. Pas de problème - c'était toujours délicieux (et totalement dévoré et je devais essentiellement m'empêcher de retirer tous les morceaux de peau de poulet croustillants) et je ferai des ajustements la prochaine fois.

cassoulet
Pour un arrière-plan fantastique et une explication des raisons pour lesquelles vous n'avez pas besoin de canard pour préparer ce plat, lisez ceci.

1 livre de haricots blancs séchés (Great Northern et cannellini fonctionnent tous les deux)
3 cuillères à soupe de sel casher dissous dans 3 litres d'eau

1 litre de bouillon de poulet (fait maison est idéal, sinon utilisez peu de sodium)
3 sachets (3/4 onces) de gélatine non aromatisée
2 cuillères à soupe de graisse de canard (facultatif)
8 onces de porc salé, coupé en cubes de 3/4 de pouce
8 morceaux de cuisses et pilons de poulet, ou 4 quartiers de cuisse de poulet entiers
Poivre noir fraichement moulu
Liens de saucisse de porc de 1 livre (l'ail et les herbes sont excellents si vous pouvez en trouver, l'italien est un bon deuxième choix)
1 gros oignon, haché
1 carotte, non pelée, cassée en deux
2 branches de céleri, cassées en deux
1 tête d'ail entière, toute peau de papier lâche frottée et un peu du dessus coupé pour exposer les clous de girofle
4 brins de persil
2 feuilles de laurier
6 clous de girofle

Mettez les haricots dans un grand bol et ajoutez l'eau salée. Couvrir et réserver pendant 12 à 18 heures. Égoutter et rincer.

Chauffer le four à 300 degrés et régler la grille du four à la position médiane inférieure. Si vous utilisez du bouillon du commerce, versez-le dans un bol et saupoudrez de gélatine mise de côté.

Faites chauffer votre casserole la plus grosse et la plus lourde à feu moyen-doux. Ajouter la graisse de canard (si vous en utilisez). Ajouter le porc salé et cuire jusqu'à ce qu'il soit doré et croustillant, transférer dans un grand bol. Assaisonner le poulet avec du poivre (pas besoin de sel) et cuire jusqu'à ce que la peau soit dorée. Retirer le poulet dans le bol avec le porc salé. Ajouter les saucisses dans la casserole et cuire jusqu'à ce qu'elles soient dorées des deux côtés, ajouter au bol avec le poulet.

Égoutter tout sauf 2 cuillères à soupe de graisse de la casserole. Ajouter les oignons et cuire en grattant les morceaux brunis de la cuisson de la viande. Lorsque les oignons sont translucides, ajoutez les haricots égouttés, le céleri, les carottes, le persil, les feuilles de laurier, les clous de girofle (attachez-les dans un peu de gaze pour faciliter la pêche plus tard) et le bouillon de poulet portez à ébullition. Couvrir la casserole, réduire le feu à doux et cuire pendant 45 minutes ou jusqu'à ce que les haricots aient légèrement ramolli mais ne soient pas encore cuits.

Incorporer les saucisses et le porc salé aux haricots. Rentrez la tête d'ail au centre de la casserole pour qu'elle soit facile à récupérer plus tard. Nicher le poulet, peau vers le haut, dans les haricots. Les haricots doivent être juste recouverts de liquide.

Mettez la casserole au four et faites cuire pendant 2 heures, à découvert, en vérifiant à mi-cuisson et en ajoutant un peu d'eau le long du bord de la casserole si nécessaire pour garder les haricots couverts. Au bout de 2 heures, une légère croûte se sera formée sur le dessus. (S'il ne commence pas à avoir l'air croustillant, mettez le four à 325 degrés.)

Remuez un peu la casserole pour casser la croûte. Continuez la cuisson pendant encore 2 à 3 heures, en secouant la casserole toutes les 30 minutes pour briser la croûte, en ajoutant de l'eau le long du bord de la casserole au besoin pour garder les haricots couverts.

Lorsque le cassoulet est prêt, la croûte supérieure sera brun foncé. Récupérez l'ail et pressez délicatement les gousses ramollies, soit en les remettant dans le cassoulet, soit en les étalant sur un morceau de pain croûté. Servir immédiatement avec une bouteille de vin et une grande salade (c'est aussi un de ces plats qui sont tout aussi bons le lendemain).


Cassoulet

Tout d'abord, une note avant de faire cela, Chicago était sur la bonne voie pour le printemps. Il faisait 70 degrés, mes manteaux d'hiver, mes gants et mes écharpes étaient tous rangés. Le jour où ça est passé au four ? Quatre pouces de neige. Je ne sais pas si c'est une approbation ou un acte d'accusation. Vous avez été prévenu.

Il est préférable de servir un type de repas particulier à partir du plat dans lequel il a été préparé, à une table bondée de verres à vin pleins, d'assiettes prêtes et encore plus d'appétits prêts. The kind of meal that lends itself to lingering at the table long after the food is gone, though the glasses never seem to run empty.

After my trip to Paris last fall, I’ve (hardly unexpectedly) been on a French food kick and all winter, the one dish I’ve been craving, but never quite got around to making until last week, is about as French as it gets and, I think, perfectly speaks to that kind of meal–cassoulet.

If you’re not familiar with cassoulet, it’s a rib-sticking, richer-than-stew but not-really-a-casserole dish of white beans, chicken or duck, sausage, salt pork, broth, and a ton of garlic. Every person who makes it has their own recipe–which is of course the “right” way (the right way usually coinciding with the way they had it growing up–though in cassoulet’s case, it actually has a whole academie).

The dish has an intimidating reputation, even to me–see above re. L’académie Universelle du Cassoulet. There’s the duck confit (which many recipes include instructions to make yourself), a very specific type of bean, the multi-day cooking time, etc., etc. But it doesn’t need to be that complicated. I’m not advocating for a microwave version (I probably made a Frenchman roll over in his grave just by typing that), but, as with any dish borne out of using what you have and stretching it to serve a crowd, it can be–and was!–simple (and, if not exactly fast, at least doesn’t require a lot of standing-at-the-stove time).

I’ve had this recipe kicking around since October, but my favorite part isn’t the recipe itself (though it’s what I used and what I modified below), it’s the article that precedes it. It addresses perfectly the intimidation factor and how to make this the way I imagine it was made at the beginning–with ingredients you have or can pretty easily get, allowing for adjustments as needed, and to your own tastes. And pretty much however you make it, it will be amazing.

To unintentionally prove a point, I actually screwed up when I made this. In hindsight, I should have added more water while it was cooking, there should have been a bit more broth-yness to the beans by the time it was done. Ideally the crust forms from the liquid, not the beans or chicken. Not a problem–it was still delicious (and totally devoured and I basically had to stop myself from picking off all the crispy chicken skin bits) and I will make adjustments next time.

Cassoulet
For fantastic background, and an explanation of why you don’t need duck to make this dish, read this.

1 pound dried white beans (Great Northern and cannellini both work)
3 tablespoons kosher salt dissolved in 3 quarts of water

1 quart chicken stock (homemade is ideal, otherwise use low sodium)
3 packets (3/4 ounces) unflavored gelatin
2 tablespoons duck fat (optional)
8 ounces salt pork, cut into 3/4-inch cubes
8 pieces of chicken thighs and drumsticks, or 4 whole chicken leg quarters
Poivre noir fraichement moulu
1 pound pork sausage links (garlic and herb is great if you can find it, Italian is a good second choice)
1 gros oignon, haché
1 carrot, unpeeled, broken in half
2 stalks celery, broken in half
1 whole head of garlic, any loose paper-y skin rubbed off and a little of the top cut off to expose the cloves
4 sprigs parsley
2 feuilles de laurier
6 cloves

Put the beans in a large bowl and add the salt water. Cover and set aside for 12-18 hours. Égoutter et rincer.

Heat oven to 300 degrees and set the oven rack to the lower middle position. If using store-bought stock, pour it into a bowl and sprinkle with gelatin set aside.

Heat your largest, heaviest pot over medium-low heat. Add duck fat (if using). Add salt pork and cook until browned and crispy transfer to a large bowl. Season chicken with pepper (no salt needed), and cook until the skin is golden brown. Remove chicken to the bowl with the salt pork. Add sausages to the pot and cook until browned on both sides add to bowl with chicken.

Drain off all but 2 tablespoons of the fat from the pot. Add onions and cook, scraping up any browned bits from cooking the meat. When the onions are translucent, add drained beans, celery, carrots, parsley, bay leaves, cloves (tie them into a bit of cheesecloth to make it easy to fish out later), and chicken stock bring to a simmer. Cover the pot, reduce heat to low, and cook for 45 minutes or until the beans have softened slightly but aren’t yet cooked through.

Stir sausage and salt pork into the beans. Tuck the garlic head into the center of the pot so it’s easy to retrieve later. Nestle chicken, skin-side up, into the beans. The beans should be just covered with liquid.

Move the pot to the oven and cook for 2 hours, uncovered, checking halfway through and adding a little water along the edge of the pot if needed to keep the beans covered. After 2 hours, a slight crust will have formed on top. (If it’s not starting to look crusty, turn the oven up to 325 degrees.)

Wiggle the pot a little to break the crust. Continue cooking for another 2 to 3 hours, shaking the pot every 30 minutes to break the crust, adding water along the edge of the pot as needed to keep the beans covered.

When the cassoulet is ready, the top crust will be dark brown. Fish out the garlic and carefully squeeze out the softened cloves, either adding it back to the cassoulet or spreading it on a piece of crusty bread. Serve immediately with a bottle of wine and a great big salad (this is also one of those dishes that’s equally good the next day).


Cassoulet

First, a note–before I made this, Chicago was well on its way to spring. It was 70 degrees, my winter coats and gloves and scarves were all put away. The day this went in the oven? Four inches of snow. I don’t know if that’s an endorsement or indictment. You’ve been warned.

There’s a particular kind of meal best served out of the dish it was made in, at a table crowded with full wine glasses, ready plates, and even more ready appetites. The kind of meal that lends itself to lingering at the table long after the food is gone, though the glasses never seem to run empty.

After my trip to Paris last fall, I’ve (hardly unexpectedly) been on a French food kick and all winter, the one dish I’ve been craving, but never quite got around to making until last week, is about as French as it gets and, I think, perfectly speaks to that kind of meal–cassoulet.

If you’re not familiar with cassoulet, it’s a rib-sticking, richer-than-stew but not-really-a-casserole dish of white beans, chicken or duck, sausage, salt pork, broth, and a ton of garlic. Every person who makes it has their own recipe–which is of course the “right” way (the right way usually coinciding with the way they had it growing up–though in cassoulet’s case, it actually has a whole academie).

The dish has an intimidating reputation, even to me–see above re. L’académie Universelle du Cassoulet. There’s the duck confit (which many recipes include instructions to make yourself), a very specific type of bean, the multi-day cooking time, etc., etc. But it doesn’t need to be that complicated. I’m not advocating for a microwave version (I probably made a Frenchman roll over in his grave just by typing that), but, as with any dish borne out of using what you have and stretching it to serve a crowd, it can be–and was!–simple (and, if not exactly fast, at least doesn’t require a lot of standing-at-the-stove time).

I’ve had this recipe kicking around since October, but my favorite part isn’t the recipe itself (though it’s what I used and what I modified below), it’s the article that precedes it. It addresses perfectly the intimidation factor and how to make this the way I imagine it was made at the beginning–with ingredients you have or can pretty easily get, allowing for adjustments as needed, and to your own tastes. And pretty much however you make it, it will be amazing.

To unintentionally prove a point, I actually screwed up when I made this. In hindsight, I should have added more water while it was cooking, there should have been a bit more broth-yness to the beans by the time it was done. Ideally the crust forms from the liquid, not the beans or chicken. Not a problem–it was still delicious (and totally devoured and I basically had to stop myself from picking off all the crispy chicken skin bits) and I will make adjustments next time.

Cassoulet
For fantastic background, and an explanation of why you don’t need duck to make this dish, read this.

1 pound dried white beans (Great Northern and cannellini both work)
3 tablespoons kosher salt dissolved in 3 quarts of water

1 quart chicken stock (homemade is ideal, otherwise use low sodium)
3 packets (3/4 ounces) unflavored gelatin
2 tablespoons duck fat (optional)
8 ounces salt pork, cut into 3/4-inch cubes
8 pieces of chicken thighs and drumsticks, or 4 whole chicken leg quarters
Poivre noir fraichement moulu
1 pound pork sausage links (garlic and herb is great if you can find it, Italian is a good second choice)
1 gros oignon, haché
1 carrot, unpeeled, broken in half
2 stalks celery, broken in half
1 whole head of garlic, any loose paper-y skin rubbed off and a little of the top cut off to expose the cloves
4 sprigs parsley
2 feuilles de laurier
6 cloves

Put the beans in a large bowl and add the salt water. Cover and set aside for 12-18 hours. Égoutter et rincer.

Heat oven to 300 degrees and set the oven rack to the lower middle position. If using store-bought stock, pour it into a bowl and sprinkle with gelatin set aside.

Heat your largest, heaviest pot over medium-low heat. Add duck fat (if using). Add salt pork and cook until browned and crispy transfer to a large bowl. Season chicken with pepper (no salt needed), and cook until the skin is golden brown. Remove chicken to the bowl with the salt pork. Add sausages to the pot and cook until browned on both sides add to bowl with chicken.

Drain off all but 2 tablespoons of the fat from the pot. Add onions and cook, scraping up any browned bits from cooking the meat. When the onions are translucent, add drained beans, celery, carrots, parsley, bay leaves, cloves (tie them into a bit of cheesecloth to make it easy to fish out later), and chicken stock bring to a simmer. Cover the pot, reduce heat to low, and cook for 45 minutes or until the beans have softened slightly but aren’t yet cooked through.

Stir sausage and salt pork into the beans. Tuck the garlic head into the center of the pot so it’s easy to retrieve later. Nestle chicken, skin-side up, into the beans. The beans should be just covered with liquid.

Move the pot to the oven and cook for 2 hours, uncovered, checking halfway through and adding a little water along the edge of the pot if needed to keep the beans covered. After 2 hours, a slight crust will have formed on top. (If it’s not starting to look crusty, turn the oven up to 325 degrees.)

Wiggle the pot a little to break the crust. Continue cooking for another 2 to 3 hours, shaking the pot every 30 minutes to break the crust, adding water along the edge of the pot as needed to keep the beans covered.

When the cassoulet is ready, the top crust will be dark brown. Fish out the garlic and carefully squeeze out the softened cloves, either adding it back to the cassoulet or spreading it on a piece of crusty bread. Serve immediately with a bottle of wine and a great big salad (this is also one of those dishes that’s equally good the next day).


Cassoulet

First, a note–before I made this, Chicago was well on its way to spring. It was 70 degrees, my winter coats and gloves and scarves were all put away. The day this went in the oven? Four inches of snow. I don’t know if that’s an endorsement or indictment. You’ve been warned.

There’s a particular kind of meal best served out of the dish it was made in, at a table crowded with full wine glasses, ready plates, and even more ready appetites. The kind of meal that lends itself to lingering at the table long after the food is gone, though the glasses never seem to run empty.

After my trip to Paris last fall, I’ve (hardly unexpectedly) been on a French food kick and all winter, the one dish I’ve been craving, but never quite got around to making until last week, is about as French as it gets and, I think, perfectly speaks to that kind of meal–cassoulet.

If you’re not familiar with cassoulet, it’s a rib-sticking, richer-than-stew but not-really-a-casserole dish of white beans, chicken or duck, sausage, salt pork, broth, and a ton of garlic. Every person who makes it has their own recipe–which is of course the “right” way (the right way usually coinciding with the way they had it growing up–though in cassoulet’s case, it actually has a whole academie).

The dish has an intimidating reputation, even to me–see above re. L’académie Universelle du Cassoulet. There’s the duck confit (which many recipes include instructions to make yourself), a very specific type of bean, the multi-day cooking time, etc., etc. But it doesn’t need to be that complicated. I’m not advocating for a microwave version (I probably made a Frenchman roll over in his grave just by typing that), but, as with any dish borne out of using what you have and stretching it to serve a crowd, it can be–and was!–simple (and, if not exactly fast, at least doesn’t require a lot of standing-at-the-stove time).

I’ve had this recipe kicking around since October, but my favorite part isn’t the recipe itself (though it’s what I used and what I modified below), it’s the article that precedes it. It addresses perfectly the intimidation factor and how to make this the way I imagine it was made at the beginning–with ingredients you have or can pretty easily get, allowing for adjustments as needed, and to your own tastes. And pretty much however you make it, it will be amazing.

To unintentionally prove a point, I actually screwed up when I made this. In hindsight, I should have added more water while it was cooking, there should have been a bit more broth-yness to the beans by the time it was done. Ideally the crust forms from the liquid, not the beans or chicken. Not a problem–it was still delicious (and totally devoured and I basically had to stop myself from picking off all the crispy chicken skin bits) and I will make adjustments next time.

Cassoulet
For fantastic background, and an explanation of why you don’t need duck to make this dish, read this.

1 pound dried white beans (Great Northern and cannellini both work)
3 tablespoons kosher salt dissolved in 3 quarts of water

1 quart chicken stock (homemade is ideal, otherwise use low sodium)
3 packets (3/4 ounces) unflavored gelatin
2 tablespoons duck fat (optional)
8 ounces salt pork, cut into 3/4-inch cubes
8 pieces of chicken thighs and drumsticks, or 4 whole chicken leg quarters
Poivre noir fraichement moulu
1 pound pork sausage links (garlic and herb is great if you can find it, Italian is a good second choice)
1 gros oignon, haché
1 carrot, unpeeled, broken in half
2 stalks celery, broken in half
1 whole head of garlic, any loose paper-y skin rubbed off and a little of the top cut off to expose the cloves
4 sprigs parsley
2 feuilles de laurier
6 cloves

Put the beans in a large bowl and add the salt water. Cover and set aside for 12-18 hours. Égoutter et rincer.

Heat oven to 300 degrees and set the oven rack to the lower middle position. If using store-bought stock, pour it into a bowl and sprinkle with gelatin set aside.

Heat your largest, heaviest pot over medium-low heat. Add duck fat (if using). Add salt pork and cook until browned and crispy transfer to a large bowl. Season chicken with pepper (no salt needed), and cook until the skin is golden brown. Remove chicken to the bowl with the salt pork. Add sausages to the pot and cook until browned on both sides add to bowl with chicken.

Drain off all but 2 tablespoons of the fat from the pot. Add onions and cook, scraping up any browned bits from cooking the meat. When the onions are translucent, add drained beans, celery, carrots, parsley, bay leaves, cloves (tie them into a bit of cheesecloth to make it easy to fish out later), and chicken stock bring to a simmer. Cover the pot, reduce heat to low, and cook for 45 minutes or until the beans have softened slightly but aren’t yet cooked through.

Stir sausage and salt pork into the beans. Tuck the garlic head into the center of the pot so it’s easy to retrieve later. Nestle chicken, skin-side up, into the beans. The beans should be just covered with liquid.

Move the pot to the oven and cook for 2 hours, uncovered, checking halfway through and adding a little water along the edge of the pot if needed to keep the beans covered. After 2 hours, a slight crust will have formed on top. (If it’s not starting to look crusty, turn the oven up to 325 degrees.)

Wiggle the pot a little to break the crust. Continue cooking for another 2 to 3 hours, shaking the pot every 30 minutes to break the crust, adding water along the edge of the pot as needed to keep the beans covered.

When the cassoulet is ready, the top crust will be dark brown. Fish out the garlic and carefully squeeze out the softened cloves, either adding it back to the cassoulet or spreading it on a piece of crusty bread. Serve immediately with a bottle of wine and a great big salad (this is also one of those dishes that’s equally good the next day).


Cassoulet

First, a note–before I made this, Chicago was well on its way to spring. It was 70 degrees, my winter coats and gloves and scarves were all put away. The day this went in the oven? Four inches of snow. I don’t know if that’s an endorsement or indictment. You’ve been warned.

There’s a particular kind of meal best served out of the dish it was made in, at a table crowded with full wine glasses, ready plates, and even more ready appetites. The kind of meal that lends itself to lingering at the table long after the food is gone, though the glasses never seem to run empty.

After my trip to Paris last fall, I’ve (hardly unexpectedly) been on a French food kick and all winter, the one dish I’ve been craving, but never quite got around to making until last week, is about as French as it gets and, I think, perfectly speaks to that kind of meal–cassoulet.

If you’re not familiar with cassoulet, it’s a rib-sticking, richer-than-stew but not-really-a-casserole dish of white beans, chicken or duck, sausage, salt pork, broth, and a ton of garlic. Every person who makes it has their own recipe–which is of course the “right” way (the right way usually coinciding with the way they had it growing up–though in cassoulet’s case, it actually has a whole academie).

The dish has an intimidating reputation, even to me–see above re. L’académie Universelle du Cassoulet. There’s the duck confit (which many recipes include instructions to make yourself), a very specific type of bean, the multi-day cooking time, etc., etc. But it doesn’t need to be that complicated. I’m not advocating for a microwave version (I probably made a Frenchman roll over in his grave just by typing that), but, as with any dish borne out of using what you have and stretching it to serve a crowd, it can be–and was!–simple (and, if not exactly fast, at least doesn’t require a lot of standing-at-the-stove time).

I’ve had this recipe kicking around since October, but my favorite part isn’t the recipe itself (though it’s what I used and what I modified below), it’s the article that precedes it. It addresses perfectly the intimidation factor and how to make this the way I imagine it was made at the beginning–with ingredients you have or can pretty easily get, allowing for adjustments as needed, and to your own tastes. And pretty much however you make it, it will be amazing.

To unintentionally prove a point, I actually screwed up when I made this. In hindsight, I should have added more water while it was cooking, there should have been a bit more broth-yness to the beans by the time it was done. Ideally the crust forms from the liquid, not the beans or chicken. Not a problem–it was still delicious (and totally devoured and I basically had to stop myself from picking off all the crispy chicken skin bits) and I will make adjustments next time.

Cassoulet
For fantastic background, and an explanation of why you don’t need duck to make this dish, read this.

1 pound dried white beans (Great Northern and cannellini both work)
3 tablespoons kosher salt dissolved in 3 quarts of water

1 quart chicken stock (homemade is ideal, otherwise use low sodium)
3 packets (3/4 ounces) unflavored gelatin
2 tablespoons duck fat (optional)
8 ounces salt pork, cut into 3/4-inch cubes
8 pieces of chicken thighs and drumsticks, or 4 whole chicken leg quarters
Poivre noir fraichement moulu
1 pound pork sausage links (garlic and herb is great if you can find it, Italian is a good second choice)
1 gros oignon, haché
1 carrot, unpeeled, broken in half
2 stalks celery, broken in half
1 whole head of garlic, any loose paper-y skin rubbed off and a little of the top cut off to expose the cloves
4 sprigs parsley
2 feuilles de laurier
6 cloves

Put the beans in a large bowl and add the salt water. Cover and set aside for 12-18 hours. Égoutter et rincer.

Heat oven to 300 degrees and set the oven rack to the lower middle position. If using store-bought stock, pour it into a bowl and sprinkle with gelatin set aside.

Heat your largest, heaviest pot over medium-low heat. Add duck fat (if using). Add salt pork and cook until browned and crispy transfer to a large bowl. Season chicken with pepper (no salt needed), and cook until the skin is golden brown. Remove chicken to the bowl with the salt pork. Add sausages to the pot and cook until browned on both sides add to bowl with chicken.

Drain off all but 2 tablespoons of the fat from the pot. Add onions and cook, scraping up any browned bits from cooking the meat. When the onions are translucent, add drained beans, celery, carrots, parsley, bay leaves, cloves (tie them into a bit of cheesecloth to make it easy to fish out later), and chicken stock bring to a simmer. Cover the pot, reduce heat to low, and cook for 45 minutes or until the beans have softened slightly but aren’t yet cooked through.

Stir sausage and salt pork into the beans. Tuck the garlic head into the center of the pot so it’s easy to retrieve later. Nestle chicken, skin-side up, into the beans. The beans should be just covered with liquid.

Move the pot to the oven and cook for 2 hours, uncovered, checking halfway through and adding a little water along the edge of the pot if needed to keep the beans covered. After 2 hours, a slight crust will have formed on top. (If it’s not starting to look crusty, turn the oven up to 325 degrees.)

Wiggle the pot a little to break the crust. Continue cooking for another 2 to 3 hours, shaking the pot every 30 minutes to break the crust, adding water along the edge of the pot as needed to keep the beans covered.

When the cassoulet is ready, the top crust will be dark brown. Fish out the garlic and carefully squeeze out the softened cloves, either adding it back to the cassoulet or spreading it on a piece of crusty bread. Serve immediately with a bottle of wine and a great big salad (this is also one of those dishes that’s equally good the next day).


Cassoulet

First, a note–before I made this, Chicago was well on its way to spring. It was 70 degrees, my winter coats and gloves and scarves were all put away. The day this went in the oven? Four inches of snow. I don’t know if that’s an endorsement or indictment. You’ve been warned.

There’s a particular kind of meal best served out of the dish it was made in, at a table crowded with full wine glasses, ready plates, and even more ready appetites. The kind of meal that lends itself to lingering at the table long after the food is gone, though the glasses never seem to run empty.

After my trip to Paris last fall, I’ve (hardly unexpectedly) been on a French food kick and all winter, the one dish I’ve been craving, but never quite got around to making until last week, is about as French as it gets and, I think, perfectly speaks to that kind of meal–cassoulet.

If you’re not familiar with cassoulet, it’s a rib-sticking, richer-than-stew but not-really-a-casserole dish of white beans, chicken or duck, sausage, salt pork, broth, and a ton of garlic. Every person who makes it has their own recipe–which is of course the “right” way (the right way usually coinciding with the way they had it growing up–though in cassoulet’s case, it actually has a whole academie).

The dish has an intimidating reputation, even to me–see above re. L’académie Universelle du Cassoulet. There’s the duck confit (which many recipes include instructions to make yourself), a very specific type of bean, the multi-day cooking time, etc., etc. But it doesn’t need to be that complicated. I’m not advocating for a microwave version (I probably made a Frenchman roll over in his grave just by typing that), but, as with any dish borne out of using what you have and stretching it to serve a crowd, it can be–and was!–simple (and, if not exactly fast, at least doesn’t require a lot of standing-at-the-stove time).

I’ve had this recipe kicking around since October, but my favorite part isn’t the recipe itself (though it’s what I used and what I modified below), it’s the article that precedes it. It addresses perfectly the intimidation factor and how to make this the way I imagine it was made at the beginning–with ingredients you have or can pretty easily get, allowing for adjustments as needed, and to your own tastes. And pretty much however you make it, it will be amazing.

To unintentionally prove a point, I actually screwed up when I made this. In hindsight, I should have added more water while it was cooking, there should have been a bit more broth-yness to the beans by the time it was done. Ideally the crust forms from the liquid, not the beans or chicken. Not a problem–it was still delicious (and totally devoured and I basically had to stop myself from picking off all the crispy chicken skin bits) and I will make adjustments next time.

Cassoulet
For fantastic background, and an explanation of why you don’t need duck to make this dish, read this.

1 pound dried white beans (Great Northern and cannellini both work)
3 tablespoons kosher salt dissolved in 3 quarts of water

1 quart chicken stock (homemade is ideal, otherwise use low sodium)
3 packets (3/4 ounces) unflavored gelatin
2 tablespoons duck fat (optional)
8 ounces salt pork, cut into 3/4-inch cubes
8 pieces of chicken thighs and drumsticks, or 4 whole chicken leg quarters
Poivre noir fraichement moulu
1 pound pork sausage links (garlic and herb is great if you can find it, Italian is a good second choice)
1 gros oignon, haché
1 carrot, unpeeled, broken in half
2 stalks celery, broken in half
1 whole head of garlic, any loose paper-y skin rubbed off and a little of the top cut off to expose the cloves
4 sprigs parsley
2 feuilles de laurier
6 cloves

Put the beans in a large bowl and add the salt water. Cover and set aside for 12-18 hours. Égoutter et rincer.

Heat oven to 300 degrees and set the oven rack to the lower middle position. If using store-bought stock, pour it into a bowl and sprinkle with gelatin set aside.

Heat your largest, heaviest pot over medium-low heat. Add duck fat (if using). Add salt pork and cook until browned and crispy transfer to a large bowl. Season chicken with pepper (no salt needed), and cook until the skin is golden brown. Remove chicken to the bowl with the salt pork. Add sausages to the pot and cook until browned on both sides add to bowl with chicken.

Drain off all but 2 tablespoons of the fat from the pot. Add onions and cook, scraping up any browned bits from cooking the meat. When the onions are translucent, add drained beans, celery, carrots, parsley, bay leaves, cloves (tie them into a bit of cheesecloth to make it easy to fish out later), and chicken stock bring to a simmer. Cover the pot, reduce heat to low, and cook for 45 minutes or until the beans have softened slightly but aren’t yet cooked through.

Stir sausage and salt pork into the beans. Tuck the garlic head into the center of the pot so it’s easy to retrieve later. Nestle chicken, skin-side up, into the beans. The beans should be just covered with liquid.

Move the pot to the oven and cook for 2 hours, uncovered, checking halfway through and adding a little water along the edge of the pot if needed to keep the beans covered. After 2 hours, a slight crust will have formed on top. (If it’s not starting to look crusty, turn the oven up to 325 degrees.)

Wiggle the pot a little to break the crust. Continue cooking for another 2 to 3 hours, shaking the pot every 30 minutes to break the crust, adding water along the edge of the pot as needed to keep the beans covered.

When the cassoulet is ready, the top crust will be dark brown. Fish out the garlic and carefully squeeze out the softened cloves, either adding it back to the cassoulet or spreading it on a piece of crusty bread. Serve immediately with a bottle of wine and a great big salad (this is also one of those dishes that’s equally good the next day).


Voir la vidéo: 15 dessins emblématiques et beaux bâtiments de larchitecte Frank Lloyd Wright (Janvier 2022).