Nouvelles recettes

Target rompt avec Hampton Creek à la suite de « graves allégations de sécurité alimentaire »

Target rompt avec Hampton Creek à la suite de « graves allégations de sécurité alimentaire »

L'hypermarché ne stockera plus les produits à base de plantes

Jonathan Weiss/shutterstock.com

Si vous cherchez la mayonnaise sans œufs de Just Mayo, vous ne la trouverez pas chez Cible. Le détaillant a décidé d'arrêter de vendre tous Ruisseau Hampton produits deux mois après avoir reçu des rapports d'"allégations spécifiques et graves en matière de sécurité sanitaire des aliments", selon Bloomberg. Target a retiré les produits végétaliens – vinaigrettes, biscuits et pâte à biscuits crue comestible – des étagères en juin.

Hampton Creek déclare que tous ses produits sont sûrs et conformes aux règles de la Food and Drug Administration.

"Bien que la FDA n'aille pas plus loin, nous avons profité de l'occasion pour revoir notre portefeuille, comme nous le faisons régulièrement, et avons décidé de reconsidérer notre relation avec Hampton Creek", a déclaré à Bloomberg la porte-parole de Target, Jenna Reck. "Nous ne prévoyons pas de ramener les produits Hampton Creek à Target et avons ouvertement communiqué notre décision à l'équipe de Hampton Creek."

Hampton Creek allègue que la décision de Target était le résultat direct du fait d'avoir informé le public que leurs produits avaient été approuvés par la FDA, ce qui, selon Target, représentait une violation des directives de communication avec les fournisseurs du géant de la vente au détail.

La difficulté actuelle n'est qu'un des quelques revers majeurs auxquels Hampton Creek a été confronté au cours de la dernière année, notamment un poursuite en cours intentée contre la société par Jaden Smith's Just Goods Inc. pour violation du droit d'auteur.

La mayonnaise sans œufs est peut-être sortie, mais vous pouvez toujours vous perdre dans la sauce avec le 7 sauces qui tuent votre alimentation - et 7 substituts maison sains qui ne le feront pas.


“La chose la plus facile à faire sur terre n'est pas d'écrire.”

Je n'aurais jamais cru cela dans un million d'années, mais c'est arrivé : les Cubs ont remporté les World Series et The Donald est notre nouveau président. Chaque année en décembre, j'écris une revue de l'année 1 qui est publiée pour la première fois sur le site Web de Chris Martenson et d'Adam Taggart. Culminer La prospérité 2 et plus tard à Zéro haie. 3 Ce ​​qui a commencé comme quelques réflexions postées sur une poignée de wingnuts sur le babillard Prudent Bear de Doug Noland s'est transformé en un compte rendu détaillé des événements de l'année. Pourquoi écrire cette bête ? Pour moi, cela met les événements apparemment déconnectés qui traversent ma conscience, bientôt perdus à jamais, sous une forme plus organisée et plus durable. Quelqu'un a dit que je devrais écrire un livre. Je viens de faire. En un mot, c'est une histoire de folies humaines et d'événements bizarres. Il y en a toujours plein. Laissez les autres raconter des histoires de bien-être.

Figure 1. Malcolm McDowell dans le rôle d'Alex dans Une orange mécanique.

J'essaie d'identifier des thèmes qui évoluent. Cette année&# x2019s thème a été évidemment défini par l'élection, qui a posé un vrai problème. J'ai eu du mal à détecter les signaux à travers le bruit. Beaucoup de mes analystes préférés dont j'extrais la sagesse et les idées cool ont passé l'année à essayer de convaincre le monde qu'un ou plusieurs des candidats présidentiels étaient un misérable indicible. Je cherchais une métaphore pour capturer nos expériences partagées, en fouillant dans les scripts de Quentin Tarantino et les paysages de Hieronymus Bosch pour m'inspirer. “Rise of the Deplorables” était tentant. Puis ça a cliqué. Le terme “orange mécanique” est une phrase de Cockney indiquant un incident bizarre qui semble normal à la surface. La phrase a été réquisitionnée comme titre d'un film dystopique de 1971 dans lequel le personnage de Malcolm McDowell, Alex, subit un lavage de cerveau en étant forcé de regarder le plus horrible et le plus horrible des spectacles (Figure 1). Pour nous, ce fut l'élection présidentielle de 2016, qui a créé un lavement cérébral mondial époustouflant. L'horreur! L'horreur! (Oups. Mauvais film.)

Je savais en janvier qu'à la mi-novembre nous serions unis par notre méfiance collective envers le Leader du Monde Libre, qui serait entouré d'une douzaine de tracés à la craie correspondant à des cadavres politiques qui personne voulu ressusciter. j'ai fait de mon mieux pour ne pas vous faire trop mariner dans des histoires de criminels sociopathes ou de letches peignées aux doigts trapus. Cependant, je finis par entrer dans le marais.

En guise d'introduction, mon manque de références—Je suis un chimiste organique—n'a pas empêché des camées dans le Le journal Wall Street, 4 le Gardien, 5 La Russie d'aujourd'hui, 6,7,8 une pléthore de podcasts, 1 et même quelques conférences sur l'investissement. Laissant de côté toute prétention d'humble vantardise, publions simplement le rapport d'ascenseur de cette année et quelques mentions pour parler de mon livre.

“Nous vivons dans un monde où certains des meilleurs commentaires sur les marchés financiers mondiaux proviennent d'un professeur de chimie frustré.”

Catherine Austin Fitts, ancienne secrétaire adjointe au logement, ancienne Dillon, Reed & Co., et actuelle présidente de Solari 9

L'un des points culminants était de partager la vedette avec Mark Cuban dans un le journal Wall Street article de Ben Eisen sur le nouveau sodomie en or : 10

�ve Collum . . . a ajouté à ses avoirs en or physique ce mois-ci, citant, parmi ses préoccupations, les taux d'intérêt négatifs et la crise croissante des réfugiés en Europe. ‘Je deviens apocalyptique,’ dit-il.”

Ben Eisen, le journal Wall Street

Podcasts en 2016 inclus Wall Street pour Main St., 11 Macro-Heure Touristique (BTFD.TV), 12 Le Kunstlercast, 13 Cinq bonnes questions, 14 FXStreet, 15 et, bien sûr, Pic de prospérité. 16 Dorsey Kindler, d'un journal de petite ville, le Espion (Doylestown, Pennsylvanie), m'a interviewé à propos de l'université dans un article intitulé "Le nouveau maccarthysme" et, ironiquement, a été licencié peu de temps après et son contenu a été purgé. 1 Un entretien pour le Critique de Cornell, un journal étudiant de droite considéré comme un “rag” par l'élite libérale, a sondé la vie universitaire et le nouvel activisme. 17 Une affectation croisée à Zéro haie le nombre de clics de l'examen a grimpé en flèche. 18 Enfin, j'ai discuté à la radio locale de l'immobilier, du marché obligataire, d'Hillary et d'autres actifs qui se déprécient rapidement. 19

Si vous réfléchissez à la [revue] annuelle du professeur Collum, vous vous rendrez compte à quel point vous êtes éloigné du monde réel et des marchés. C'est une énorme lacune que vous devez tous travailler à corriger.”

Le professeur Steve Hanke, économiste à l'Université Johns Hopkins, dans une lettre à ses étudiants


“La chose la plus facile à faire sur terre n'est pas d'écrire.”

Je n'aurais jamais cru cela dans un million d'années, mais c'est arrivé : les Cubs ont remporté les World Series et The Donald est notre nouveau président. Chaque année en décembre, j'écris une revue de l'année 1 qui est publiée pour la première fois sur le site Web de Chris Martenson et d'Adam Taggart. Culminer La prospérité 2 et plus tard à Zéro haie. 3 Ce ​​qui a commencé comme quelques réflexions postées sur une poignée de wingnuts sur le babillard Prudent Bear de Doug Noland s'est transformé en un compte rendu détaillé des événements de l'année. Pourquoi écrire cette bête ? Pour moi, cela met les événements apparemment déconnectés qui traversent ma conscience, bientôt perdus à jamais, sous une forme plus organisée et plus durable. Quelqu'un a dit que je devrais écrire un livre. Je viens de faire. En un mot, c'est une histoire de folies humaines et d'événements bizarres. Il y en a toujours plein. Laissez les autres raconter des histoires de bien-être.

Figure 1. Malcolm McDowell dans le rôle d'Alex dans Une orange mécanique.

J'essaie d'identifier des thèmes qui évoluent. Cette année&# x2019s thème a été évidemment défini par l'élection, qui a posé un vrai problème. J'ai eu du mal à détecter les signaux à travers le bruit. Beaucoup de mes analystes préférés dont j'extrais la sagesse et les idées cool ont passé l'année à essayer de convaincre le monde qu'un ou plusieurs des candidats présidentiels étaient un misérable indicible. Je cherchais une métaphore pour capturer nos expériences partagées, en fouillant dans les scripts de Quentin Tarantino et les paysages de Hieronymus Bosch pour m'inspirer. “Rise of the Deplorables” était tentant. Puis ça a cliqué. Le terme “orange mécanique” est une phrase de Cockney indiquant un incident bizarre qui semble normal à la surface. L'expression a été réquisitionnée comme titre d'un film dystopique de 1971 dans lequel le personnage de Malcolm McDowell, Alex, subit un lavage de cerveau en étant forcé de regarder le plus horrible et le plus horrible des spectacles (Figure 1). Pour nous, c'était l'élection présidentielle de 2016, qui a créé un lavement cérébral mondial époustouflant. L'horreur! L'horreur! (Oups. Mauvais film.)

Je savais en janvier qu'à la mi-novembre nous serions unis par notre méfiance collective envers le Leader du Monde Libre, qui serait entouré d'une douzaine de tracés à la craie correspondant à des cadavres politiques qui personne voulu ressusciter. j'ai fait de mon mieux pour ne pas vous faire trop mariner dans des histoires de criminels sociopathes ou de letches peignées aux doigts trapus. Cependant, je finis par entrer dans le marais.

En guise d'introduction, mon manque de références—Je suis un chimiste organique—n'a pas empêché des camées dans le Le journal Wall Street, 4 le Gardien, 5 La Russie d'aujourd'hui, 6,7,8 une pléthore de podcasts, 1 et même quelques conférences sur l'investissement. Laissant de côté toute prétention d'humble vantardise, publions simplement le rapport d'ascenseur de cette année et quelques mentions pour parler de mon livre.

“Nous vivons dans un monde où certains des meilleurs commentaires sur les marchés financiers mondiaux proviennent d'un professeur de chimie frustré.”

Catherine Austin Fitts, ancienne secrétaire adjointe au logement, ancienne Dillon, Reed & Co., et actuelle présidente de Solari 9

L'un des points culminants était de partager la vedette avec Mark Cuban dans un le journal Wall Street article de Ben Eisen sur le nouveau sodomie en or : 10

�ve Collum . . . a ajouté à ses avoirs en or physique ce mois-ci, citant, parmi ses préoccupations, les taux d'intérêt négatifs et la crise croissante des réfugiés en Europe. ‘Je deviens apocalyptique,’ dit-il.”

Ben Eisen, le journal Wall Street

Podcasts en 2016 inclus Wall Street pour Main St., 11 Macro-Heure Touristique (BTFD.TV), 12 Le Kunstlercast, 13 Cinq bonnes questions, 14 FXStreet, 15 et, bien sûr, Pic de prospérité. 16 Dorsey Kindler, d'un journal de petite ville, le Espion (Doylestown, Pennsylvanie), m'a interviewé à propos de l'université dans un article intitulé "Le nouveau maccarthysme" et, ironiquement, a été licencié peu de temps après et son contenu a été purgé. 1 Un entretien pour le Critique de Cornell, un journal étudiant de droite considéré comme un “rag” par l'élite libérale, a sondé la vie universitaire et le nouvel activisme. 17 Une affectation croisée à Zéro haie le nombre de clics de l'examen a grimpé en flèche. 18 Enfin, j'ai discuté à la radio locale de l'immobilier, du marché obligataire, d'Hillary et d'autres actifs qui se déprécient rapidement. 19

Si vous réfléchissez à la [revue] annuelle du professeur Collum, vous vous rendrez compte à quel point vous êtes éloigné du monde réel et des marchés. C'est une énorme lacune que vous devez tous travailler à corriger.”

Le professeur Steve Hanke, économiste à l'Université Johns Hopkins, dans une lettre à ses étudiants


“La chose la plus facile à faire sur terre n'est pas d'écrire.”

Je n'aurais jamais cru cela dans un million d'années, mais c'est arrivé : les Cubs ont remporté les World Series et The Donald est notre nouveau président. Chaque année en décembre, j'écris une revue de l'année 1 qui est publiée pour la première fois sur le site Web de Chris Martenson et d'Adam Taggart. Culminer La prospérité 2 et plus tard à Zéro haie. 3 Ce ​​qui a commencé comme quelques réflexions postées sur une poignée de wingnuts sur le babillard Prudent Bear de Doug Noland s'est transformé en un compte rendu détaillé des événements de l'année. Pourquoi écrire cette bête ? Pour moi, cela met les événements apparemment déconnectés qui traversent ma conscience, bientôt perdus à jamais, sous une forme plus organisée et plus durable. Quelqu'un a dit que je devrais écrire un livre. Je viens de faire. En un mot, c'est une histoire de folies humaines et d'événements bizarres. Il y en a toujours plein. Laissez les autres raconter des histoires de bien-être.

Figure 1. Malcolm McDowell dans le rôle d'Alex dans Une orange mécanique.

J'essaie d'identifier des thèmes qui évoluent. Cette année&# x2019s thème a été évidemment défini par l'élection, qui a posé un vrai problème. J'ai eu du mal à détecter les signaux à travers le bruit. Beaucoup de mes analystes préférés dont j'extrais la sagesse et les idées cool ont passé l'année à essayer de convaincre le monde qu'un ou plusieurs des candidats présidentiels étaient un misérable indicible. Je cherchais une métaphore pour capturer nos expériences partagées, en fouillant dans les scripts de Quentin Tarantino et les paysages de Hieronymus Bosch pour m'inspirer. “Rise of the Deplorables” était tentant. Puis ça a cliqué. Le terme “orange mécanique” est une phrase de Cockney indiquant un incident bizarre qui semble normal à la surface. La phrase a été réquisitionnée comme titre d'un film dystopique de 1971 dans lequel le personnage de Malcolm McDowell, Alex, subit un lavage de cerveau en étant forcé de regarder le plus horrible et le plus horrible des spectacles (Figure 1). Pour nous, ce fut l'élection présidentielle de 2016, qui a créé un lavement cérébral mondial époustouflant. L'horreur! L'horreur! (Oups. Mauvais film.)

Je savais en janvier qu'à la mi-novembre nous serions unis par notre méfiance collective envers le Leader du Monde Libre, qui serait entouré d'une douzaine de tracés à la craie correspondant à des cadavres politiques qui personne voulu ressusciter. j'ai fait de mon mieux pour ne pas vous faire trop mariner dans des histoires de criminels sociopathes ou de letches peignées aux doigts trapus. Cependant, je finis par entrer dans le marais.

En guise d'introduction, mon manque de références—Je suis un chimiste organique—n'a pas empêché des camées dans le Le journal Wall Street, 4 le Gardien, 5 La Russie d'aujourd'hui, 6,7,8 une pléthore de podcasts, 1 et même quelques conférences sur l'investissement. Laissant de côté toute prétention d'humble vantardise, publions simplement le rapport d'ascenseur de cette année et quelques mentions pour parler de mon livre.

“Nous vivons dans un monde où certains des meilleurs commentaires sur les marchés financiers mondiaux proviennent d'un professeur de chimie frustré.”

Catherine Austin Fitts, ancienne secrétaire adjointe au logement, ancienne Dillon, Reed & Co., et actuelle présidente de Solari 9

L'un des points culminants était de partager la vedette avec Mark Cuban dans un le journal Wall Street article de Ben Eisen sur le nouveau sodomie en or : 10

�ve Collum . . . a ajouté à ses avoirs en or physique ce mois-ci, citant, parmi ses préoccupations, les taux d'intérêt négatifs et la crise croissante des réfugiés en Europe. ‘Je deviens apocalyptique,’ dit-il.”

Ben Eisen, le journal Wall Street

Podcasts en 2016 inclus Wall Street pour Main St., 11 L'heure du macro-tourisme (BTFD.TV), 12 Le Kunstlercast, 13 Cinq bonnes questions, 14 FXStreet, 15 et, bien sûr, Pic de prospérité. 16 Dorsey Kindler, d'un journal de petite ville, le Espion (Doylestown, Pennsylvanie), m'a interviewé à propos de l'université dans un article intitulé "Le nouveau maccarthysme" et, ironiquement, a été licencié peu de temps après et son contenu a été purgé. 1 Un entretien pour le Critique de Cornell, un journal étudiant de droite considéré comme un “rag” par l'élite libérale, a sondé la vie universitaire et le nouvel activisme. 17 Une affectation croisée à Zéro haie le nombre de clics de l'examen a grimpé en flèche. 18 Enfin, j'ai discuté à la radio locale de l'immobilier, du marché obligataire, d'Hillary et d'autres actifs qui se déprécient rapidement. 19

Si vous réfléchissez à la [revue] annuelle du professeur Collum, vous vous rendrez compte à quel point vous êtes éloigné du monde réel et des marchés. C'est une énorme lacune que vous devez tous travailler à corriger.”

Le professeur Steve Hanke, économiste à l'Université Johns Hopkins, dans une lettre à ses étudiants


“La chose la plus facile à faire sur terre n'est pas d'écrire.”

Je n'aurais jamais cru cela dans un million d'années, mais c'est arrivé : les Cubs ont remporté les World Series et The Donald est notre nouveau président. Chaque année en décembre, j'écris une revue de l'année 1 qui est publiée pour la première fois sur le site Web de Chris Martenson et d'Adam Taggart. Culminer La prospérité 2 et plus tard à Zéro haie. 3 Ce ​​qui a commencé comme quelques réflexions postées sur une poignée de wingnuts sur le babillard Prudent Bear de Doug Noland s'est transformé en un compte rendu détaillé des événements de l'année. Pourquoi écrire cette bête ? Pour moi, cela met les événements apparemment déconnectés qui traversent ma conscience, bientôt perdus à jamais, sous une forme plus organisée et plus durable. Quelqu'un a dit que je devrais écrire un livre. Je viens de faire. En un mot, c'est une histoire de folies humaines et d'événements bizarres. Il y en a toujours plein. Laissez les autres raconter des histoires de bien-être.

Figure 1. Malcolm McDowell dans le rôle d'Alex dans Une orange mécanique.

J'essaie d'identifier des thèmes qui évoluent. Cette année&# x2019s thème a été évidemment défini par l'élection, qui a posé un vrai problème. J'ai eu du mal à détecter les signaux à travers le bruit. Beaucoup de mes analystes préférés dont j'extrais la sagesse et les idées cool ont passé l'année à essayer de convaincre le monde qu'un ou plusieurs des candidats présidentiels étaient un misérable indicible. Je cherchais une métaphore pour capturer nos expériences partagées, en fouillant dans les scripts de Quentin Tarantino et les paysages de Hieronymus Bosch pour m'inspirer. “Rise of the Deplorables” était tentant. Puis ça a cliqué. Le terme “orange mécanique” est une phrase de Cockney indiquant un incident bizarre qui semble normal à la surface. L'expression a été réquisitionnée comme titre d'un film dystopique de 1971 dans lequel le personnage de Malcolm McDowell, Alex, subit un lavage de cerveau en étant forcé de regarder le plus horrible et le plus horrible des spectacles (Figure 1). Pour nous, ce fut l'élection présidentielle de 2016, qui a créé un lavement cérébral mondial époustouflant. L'horreur! L'horreur! (Oups. Mauvais film.)

Je savais en janvier qu'à la mi-novembre nous serions unis par notre méfiance collective envers le Leader du Monde Libre, qui serait entouré d'une douzaine de tracés à la craie correspondant à des cadavres politiques qui personne voulu ressusciter. j'ai fait de mon mieux pour ne pas vous faire trop mariner dans des histoires de criminels sociopathes ou de letches peignées aux doigts trapus. Cependant, je finis par entrer dans le marais.

En guise d'introduction, mon manque de références—Je suis un chimiste organique—n'a pas empêché des camées dans le Le journal Wall Street, 4 le Gardien, 5 La Russie d'aujourd'hui, 6,7,8 une pléthore de podcasts, 1 et même quelques conférences sur l'investissement. Laissant de côté toute prétention d'humble vantardise, publions simplement le rapport d'ascenseur de cette année et quelques mentions pour parler de mon livre.

“Nous vivons dans un monde où certains des meilleurs commentaires sur les marchés financiers mondiaux proviennent d'un professeur de chimie frustré.”

Catherine Austin Fitts, ancienne secrétaire adjointe au logement, ancienne Dillon, Reed & Co., et actuelle présidente de Solari 9

L'un des points culminants était de partager la vedette avec Mark Cuban dans un le journal Wall Street article de Ben Eisen sur le nouveau sodomie en or : 10

�ve Collum . . . a ajouté à ses avoirs en or physique ce mois-ci, citant, parmi ses préoccupations, les taux d'intérêt négatifs et la crise croissante des réfugiés en Europe. ‘Je deviens apocalyptique,’ dit-il.”

Ben Eisen, le journal Wall Street

Podcasts en 2016 inclus Wall Street pour Main St., 11 L'heure du macro-tourisme (BTFD.TV), 12 Le Kunstlercast, 13 Cinq bonnes questions, 14 FXStreet, 15 et, bien sûr, Pic de prospérité. 16 Dorsey Kindler, d'un journal de petite ville, le Espion (Doylestown, Pennsylvanie), m'a interviewé à propos de l'université dans un article intitulé "Le nouveau maccarthysme" et, ironiquement, a été licencié peu de temps après et son contenu a été purgé. 1 Un entretien pour le Critique de Cornell, un journal étudiant de droite considéré comme un “rag” par l'élite libérale, a sondé la vie universitaire et le nouvel activisme. 17 Une affectation croisée à Zéro haie le nombre de clics de l'examen a grimpé en flèche. 18 Enfin, j'ai discuté à la radio locale de l'immobilier, du marché obligataire, d'Hillary et d'autres actifs qui se déprécient rapidement. 19

Si vous réfléchissez à la [revue] annuelle du professeur Collum, vous vous rendrez compte à quel point vous êtes éloigné du monde réel et des marchés. C'est une énorme lacune que vous devez tous travailler à corriger.”

Le professeur Steve Hanke, économiste à l'Université Johns Hopkins, dans une lettre à ses étudiants


“La chose la plus facile à faire sur terre n'est pas d'écrire.”

Je n'aurais jamais cru cela dans un million d'années, mais c'est arrivé : les Cubs ont remporté les World Series et The Donald est notre nouveau président. Chaque année en décembre, j'écris une revue de l'année 1 qui est publiée pour la première fois sur le site Web de Chris Martenson et d'Adam Taggart. Culminer La prospérité 2 et plus tard à Zéro haie. 3 Ce ​​qui a commencé comme quelques réflexions postées sur une poignée de wingnuts sur le babillard Prudent Bear de Doug Noland s'est transformé en un compte rendu détaillé des événements de l'année. Pourquoi écrire cette bête ? Pour moi, cela met les événements apparemment déconnectés qui traversent ma conscience, bientôt perdus à jamais, sous une forme plus organisée et plus durable. Quelqu'un a dit que je devrais écrire un livre. Je viens de faire. En un mot, c'est une histoire de folies humaines et d'événements bizarres. Il y en a toujours plein. Laissez les autres raconter des histoires de bien-être.

Figure 1. Malcolm McDowell dans le rôle d'Alex dans Une orange mécanique.

J'essaie d'identifier des thèmes qui évoluent. Cette année&# x2019s thème a été évidemment défini par l'élection, qui a posé un vrai problème. J'ai eu du mal à détecter les signaux à travers le bruit. Beaucoup de mes analystes préférés dont j'extrais la sagesse et les idées cool ont passé l'année à essayer de convaincre le monde qu'un ou plusieurs des candidats présidentiels étaient un misérable indicible. Je cherchais une métaphore pour capturer nos expériences partagées, en fouillant dans les scripts de Quentin Tarantino et les paysages de Hieronymus Bosch pour m'inspirer. “Rise of the Deplorables” était tentant. Puis ça a cliqué. Le terme “orange mécanique” est une phrase de Cockney indiquant un incident bizarre qui semble normal à la surface. L'expression a été réquisitionnée comme titre d'un film dystopique de 1971 dans lequel le personnage de Malcolm McDowell, Alex, subit un lavage de cerveau en étant forcé de regarder le plus horrible et le plus horrible des spectacles (Figure 1). Pour nous, ce fut l'élection présidentielle de 2016, qui a créé un lavement cérébral mondial époustouflant. L'horreur! L'horreur! (Oups. Mauvais film.)

Je savais en janvier qu'à la mi-novembre nous serions unis par notre méfiance collective envers le Leader du Monde Libre, qui serait entouré d'une douzaine de tracés à la craie correspondant à des cadavres politiques qui personne voulu ressusciter. j'ai fait de mon mieux pour ne pas vous faire trop mariner dans des histoires de criminels sociopathes ou de letches peignées aux doigts trapus. Cependant, je finis par entrer dans le marais.

En guise d'introduction, mon manque de références—Je suis un chimiste organique—n'a pas empêché des camées dans le Le journal Wall Street, 4 le Gardien, 5 La Russie d'aujourd'hui, 6,7,8 une pléthore de podcasts, 1 et même quelques conférences sur l'investissement. Laissant de côté toute prétention d'humble vantardise, publions simplement le rapport d'ascenseur de cette année et quelques mentions pour parler de mon livre.

“Nous vivons dans un monde où certains des meilleurs commentaires sur les marchés financiers mondiaux proviennent d'un professeur de chimie frustré.”

Catherine Austin Fitts, ancienne secrétaire adjointe au logement, ancienne Dillon, Reed & Co., et actuelle présidente de Solari 9

L'un des points culminants était de partager la vedette avec Mark Cuban dans un le journal Wall Street article de Ben Eisen sur le nouveau sodomie en or : 10

�ve Collum . . . a ajouté à ses avoirs en or physique ce mois-ci, citant, parmi ses préoccupations, les taux d'intérêt négatifs et la crise croissante des réfugiés en Europe. ‘Je deviens apocalyptique,’ dit-il.”

Ben Eisen, le journal Wall Street

Podcasts en 2016 inclus Wall Street pour Main St., 11 Macro-Heure Touristique (BTFD.TV), 12 Le Kunstlercast, 13 Cinq bonnes questions, 14 FXStreet, 15 et, bien sûr, Pic de prospérité. 16 Dorsey Kindler, d'un journal de petite ville, le Espion (Doylestown, Pennsylvanie), m'a interviewé à propos de l'université dans un article intitulé "Le nouveau maccarthysme" et, ironiquement, a été licencié peu de temps après et son contenu a été purgé. 1 Un entretien pour le Critique de Cornell, un journal étudiant de droite considéré comme un “rag” par l'élite libérale, a sondé la vie universitaire et le nouvel activisme. 17 Une affectation croisée à Zéro haie le nombre de clics de l'examen a grimpé en flèche. 18 Enfin, j'ai discuté à la radio locale de l'immobilier, du marché obligataire, d'Hillary et d'autres actifs qui se déprécient rapidement. 19

Si vous réfléchissez à la [revue] annuelle du professeur Collum, vous vous rendrez compte à quel point vous êtes éloigné du monde réel et des marchés. C'est une énorme lacune que vous devez tous travailler à corriger.”

Le professeur Steve Hanke, économiste à l'Université Johns Hopkins, dans une lettre à ses étudiants


“La chose la plus facile à faire sur terre n'est pas d'écrire.”

Je n'aurais jamais cru cela dans un million d'années, mais c'est arrivé : les Cubs ont remporté les World Series et The Donald est notre nouveau président. Chaque année en décembre, j'écris une revue de l'année 1 qui est publiée pour la première fois sur le site Web de Chris Martenson et d'Adam Taggart. Culminer La prospérité 2 et plus tard à Zéro haie. 3 Ce ​​qui a commencé comme quelques réflexions postées sur une poignée de wingnuts sur le babillard Prudent Bear de Doug Noland s'est transformé en un compte rendu détaillé des événements de l'année. Pourquoi écrire cette bête ? Pour moi, cela met les événements apparemment déconnectés qui traversent ma conscience, bientôt perdus à jamais, sous une forme plus organisée et plus durable. Quelqu'un a dit que je devrais écrire un livre. Je viens de faire. En un mot, c'est une histoire de folies humaines et d'événements bizarres. Il y en a toujours plein. Laissez les autres raconter des histoires de bien-être.

Figure 1. Malcolm McDowell dans le rôle d'Alex dans Une orange mécanique.

J'essaie d'identifier des thèmes qui évoluent. Cette année&# x2019s thème a été évidemment défini par l'élection, qui a posé un vrai problème. J'ai eu du mal à détecter les signaux à travers le bruit. Beaucoup de mes analystes préférés dont j'extrais la sagesse et les idées cool ont passé l'année à essayer de convaincre le monde qu'un ou plusieurs des candidats présidentiels étaient un misérable indicible. Je cherchais une métaphore pour capturer nos expériences partagées, en fouillant dans les scripts de Quentin Tarantino et les paysages de Hieronymus Bosch pour m'inspirer. “Rise of the Deplorables” était tentant. Puis ça a cliqué. Le terme “orange mécanique” est une phrase de Cockney indiquant un incident bizarre qui semble normal à la surface. La phrase a été réquisitionnée comme titre d'un film dystopique de 1971 dans lequel le personnage de Malcolm McDowell, Alex, subit un lavage de cerveau en étant forcé de regarder le plus horrible et le plus horrible des spectacles (Figure 1). Pour nous, c'était l'élection présidentielle de 2016, qui a créé un lavement cérébral mondial époustouflant. L'horreur! L'horreur! (Oups. Mauvais film.)

Je savais en janvier qu'à la mi-novembre nous serions unis par notre méfiance collective envers le Leader du Monde Libre, qui serait entouré d'une douzaine de tracés à la craie correspondant à des cadavres politiques qui personne voulu ressusciter. j'ai fait de mon mieux pour ne pas vous faire trop mariner dans des histoires de criminels sociopathes ou de letches peignées aux doigts trapus. Cependant, je finis par entrer dans le marais.

En guise d'introduction, mon manque de références—Je suis un chimiste organique—n'a pas empêché des camées dans le Le journal Wall Street, 4 le Gardien, 5 La Russie d'aujourd'hui, 6,7,8 une pléthore de podcasts, 1 et même quelques conférences sur l'investissement. Laissant de côté toute prétention d'humble vantardise, publions simplement le rapport d'ascenseur de cette année et quelques mentions pour parler de mon livre.

“Nous vivons dans un monde où certains des meilleurs commentaires sur les marchés financiers mondiaux proviennent d'un professeur de chimie frustré.”

Catherine Austin Fitts, ancienne secrétaire adjointe au logement, ancienne Dillon, Reed & Co., et actuelle présidente de Solari 9

L'un des points culminants était de partager la vedette avec Mark Cuban dans un le journal Wall Street article de Ben Eisen sur le nouveau sodomie en or : 10

�ve Collum . . . a ajouté à ses avoirs en or physique ce mois-ci, citant, parmi ses préoccupations, les taux d'intérêt négatifs et la crise croissante des réfugiés en Europe. ‘Je deviens apocalyptique,’ dit-il.”

Ben Eisen, le journal Wall Street

Podcasts en 2016 inclus Wall Street pour Main St., 11 L'heure du macro-tourisme (BTFD.TV), 12 Le Kunstlercast, 13 Cinq bonnes questions, 14 FXStreet, 15 et, bien sûr, Pic de prospérité. 16 Dorsey Kindler, d'un journal de petite ville, le Espion (Doylestown, PA), m'a interviewé à propos de l'université dans un article intitulé "Le nouveau maccarthysme" et, ironiquement, a été licencié peu de temps après et son contenu a été purgé. 1 Un entretien pour le Critique de Cornell, un journal étudiant de droite considéré comme un “rag” par l'élite libérale, a sondé la vie universitaire et le nouvel activisme. 17 Une affectation croisée à Zéro haie le nombre de clics de l'examen a grimpé en flèche. 18 Enfin, j'ai discuté à la radio locale de l'immobilier, du marché obligataire, d'Hillary et d'autres actifs qui se déprécient rapidement. 19

Si vous réfléchissez à la [revue] annuelle du professeur Collum, vous vous rendrez compte à quel point vous êtes éloigné du monde réel et des marchés. C'est une énorme lacune que vous devez tous travailler à corriger.”

Le professeur Steve Hanke, économiste à l'Université Johns Hopkins, dans une lettre à ses étudiants


“La chose la plus facile à faire sur terre n'est pas d'écrire.”

Je n'aurais jamais cru cela dans un million d'années, mais c'est arrivé : les Cubs ont remporté les World Series et The Donald est notre nouveau président. Chaque année en décembre, j'écris une revue de l'année 1 qui est publiée pour la première fois sur le site Web de Chris Martenson et d'Adam Taggart. Culminer La prospérité 2 et plus tard à Zéro haie. 3 Ce ​​qui a commencé comme quelques réflexions postées sur une poignée de wingnuts sur le babillard Prudent Bear de Doug Noland s'est transformé en un compte rendu détaillé des événements de l'année. Pourquoi écrire cette bête ? Pour moi, cela met les événements apparemment déconnectés qui traversent ma conscience, bientôt perdus à jamais, sous une forme plus organisée et plus durable. Quelqu'un a dit que je devrais écrire un livre. Je viens de faire. En un mot, c'est une histoire de folies humaines et d'événements bizarres. Il y en a toujours plein. Laissez les autres raconter des histoires de bien-être.

Figure 1. Malcolm McDowell dans le rôle d'Alex dans Une orange mécanique.

J'essaie d'identifier des thèmes qui évoluent. Cette année&# x2019s thème a été évidemment défini par l'élection, qui a posé un vrai problème. J'ai eu du mal à détecter les signaux à travers le bruit. Beaucoup de mes analystes préférés dont j'extrais la sagesse et les idées cool ont passé l'année à essayer de convaincre le monde qu'un ou plusieurs des candidats présidentiels étaient un misérable indicible. Je cherchais une métaphore pour capturer nos expériences partagées, en fouillant dans les scripts de Quentin Tarantino et les paysages de Hieronymus Bosch pour m'inspirer. “Rise of the Deplorables” était tentant. Puis ça a cliqué. The term 𠇌lockwork orange” is a Cockney phrase indicating a bizarre incident that appears normal on the surface. The phrase was commandeered as the title of a 1971 dystopian film in which Malcolm McDowell’s character Alex is brainwashed by being forced to watch the most grisly and horrifying of spectacles (Figure 1). For us, it was the 2016 presidential election, which created a global mind-purging brain enema. The horror! The horror! (Oops. Wrong movie.)

I knew in January that by mid-November we would be unified by our collective distrust of the Leader of the Free World, who would be surrounded by a dozen chalk outlines corresponding to political corpses that personne wished to resurrect. I have done my best to ne pas marinate you—too much—in tales of sociopathic felons or stumpy-fingered, combed-over letches. I do, however, eventually enter the Swamp.

By way of introduction, my lack of credentials—I am an organic chemist—has not precluded cameos in the Wall Street Journal, 4 the Guardian, 5 Russia Today, 6,7,8 a plethora of podcasts, 1 and even a couple investment conference talks. Casting any pretense of humble bragging aside, let’s just post this year’s elevator résumé and a few endorsements to talk my book.

“We live in a world where some of the best commentary on the global financial markets comes from a frustrated chemistry professor.”

Catherine Austin Fitts, former Assistant Secretary of Housing, former Dillon, Reed & Co., and current president of Solari 9

One of the high-water marks was sharing the spotlight with Mark Cuban in a le journal Wall Street article by Ben Eisen on nouveau gold buggery: 10

�ve Collum . . . has been adding to his holdings of physical gold this month, citing, among his concerns, negative interest rates and the growing refugee crisis in Europe. ‘I’m getting apocalyptic,’ he said.”

Ben Eisen, le journal Wall Street

Podcasts in 2016 included Wall St. for Main St., 11 Macro Tourist Hour (BTFD.TV), 12 The Kunstlercast, 13 Five Good Questions, 14 FXStreet, 15 and, of course, Peak Prosperity. 16 Dorsey Kindler, of a small-town newspaper, the Espion (Doylestown, PA), interviewed me about college in an article titled, “The New McCarthyism” and, in an ironic twist, was soon thereafter fired and his content purged. 1 An interview for the Cornell Review, a right-wing student newspaper considered a “rag” by the liberal elite, probed college life and the new activism. 17 A cross-posting at Zero Hedge got the Review’s click counts soaring. 18 Finally, I chatted on local radio about real estate, the bond market, Hillary, and other rapidly depreciating assets. 19

“If you reflect on Prof. Collum’s annual [review], you will realize how far removed from the real world and markets you are. This is a huge deficiency that all of you must work on correcting.”

Professor Steve Hanke, economist at Johns Hopkins University, in a letter to his students


“The easiest thing to do on earth is not write.”

I never would have believed it—not in a million years𠅋ut it happened: the Cubs won the World Series, and The Donald is our new president. Every December, I write a Year in Review 1 that’s first posted on Chris Martenson’s & Adam Taggart’s website Culminer Prosperity 2 and later at Zero Hedge. 3 What started as a few thoughts posted to a handful of wingnuts on Doug Noland’s Prudent Bear message board has mutated into a detailed account of the year’s events. Why write this beast? For me, it puts the seemingly disconnected events that pass through my consciousness, soon to be lost forever, into a more organized and durable form. Somebody said I should write a book. I just did. In a nutshell, this is a story of human follies and bizarre events. There are always plenty of those. Let others tell the feel-good stories.

Figure 1. Malcolm McDowell as Alex in Une orange mécanique.

I try to identify themes that evolve. This year’s theme was obviously defined by the election, which posed a real problem. I struggled to detect the signals through the noise. Many of my favorite analysts from whom I extract wisdom and pinch cool ideas spent the year trying to convince the world that one or more of the presidential candidates was an unspeakable wretch. I was groping for a metaphor to capture our shared experiences, rummaging through Quentin Tarantino scripts and Hieronymus Bosch landscapes for inspiration. “Rise of the Deplorables” was tempting. Then it clicked. The term 𠇌lockwork orange” is a Cockney phrase indicating a bizarre incident that appears normal on the surface. The phrase was commandeered as the title of a 1971 dystopian film in which Malcolm McDowell’s character Alex is brainwashed by being forced to watch the most grisly and horrifying of spectacles (Figure 1). For us, it was the 2016 presidential election, which created a global mind-purging brain enema. The horror! The horror! (Oops. Wrong movie.)

I knew in January that by mid-November we would be unified by our collective distrust of the Leader of the Free World, who would be surrounded by a dozen chalk outlines corresponding to political corpses that personne wished to resurrect. I have done my best to ne pas marinate you—too much—in tales of sociopathic felons or stumpy-fingered, combed-over letches. I do, however, eventually enter the Swamp.

By way of introduction, my lack of credentials—I am an organic chemist—has not precluded cameos in the Wall Street Journal, 4 the Guardian, 5 Russia Today, 6,7,8 a plethora of podcasts, 1 and even a couple investment conference talks. Casting any pretense of humble bragging aside, let’s just post this year’s elevator résumé and a few endorsements to talk my book.

“We live in a world where some of the best commentary on the global financial markets comes from a frustrated chemistry professor.”

Catherine Austin Fitts, former Assistant Secretary of Housing, former Dillon, Reed & Co., and current president of Solari 9

One of the high-water marks was sharing the spotlight with Mark Cuban in a le journal Wall Street article by Ben Eisen on nouveau gold buggery: 10

�ve Collum . . . has been adding to his holdings of physical gold this month, citing, among his concerns, negative interest rates and the growing refugee crisis in Europe. ‘I’m getting apocalyptic,’ he said.”

Ben Eisen, le journal Wall Street

Podcasts in 2016 included Wall St. for Main St., 11 Macro Tourist Hour (BTFD.TV), 12 The Kunstlercast, 13 Five Good Questions, 14 FXStreet, 15 and, of course, Peak Prosperity. 16 Dorsey Kindler, of a small-town newspaper, the Espion (Doylestown, PA), interviewed me about college in an article titled, “The New McCarthyism” and, in an ironic twist, was soon thereafter fired and his content purged. 1 An interview for the Cornell Review, a right-wing student newspaper considered a “rag” by the liberal elite, probed college life and the new activism. 17 A cross-posting at Zero Hedge got the Review’s click counts soaring. 18 Finally, I chatted on local radio about real estate, the bond market, Hillary, and other rapidly depreciating assets. 19

“If you reflect on Prof. Collum’s annual [review], you will realize how far removed from the real world and markets you are. This is a huge deficiency that all of you must work on correcting.”

Professor Steve Hanke, economist at Johns Hopkins University, in a letter to his students


“The easiest thing to do on earth is not write.”

I never would have believed it—not in a million years𠅋ut it happened: the Cubs won the World Series, and The Donald is our new president. Every December, I write a Year in Review 1 that’s first posted on Chris Martenson’s & Adam Taggart’s website Culminer Prosperity 2 and later at Zero Hedge. 3 What started as a few thoughts posted to a handful of wingnuts on Doug Noland’s Prudent Bear message board has mutated into a detailed account of the year’s events. Why write this beast? For me, it puts the seemingly disconnected events that pass through my consciousness, soon to be lost forever, into a more organized and durable form. Somebody said I should write a book. I just did. In a nutshell, this is a story of human follies and bizarre events. There are always plenty of those. Let others tell the feel-good stories.

Figure 1. Malcolm McDowell as Alex in Une orange mécanique.

I try to identify themes that evolve. This year’s theme was obviously defined by the election, which posed a real problem. I struggled to detect the signals through the noise. Many of my favorite analysts from whom I extract wisdom and pinch cool ideas spent the year trying to convince the world that one or more of the presidential candidates was an unspeakable wretch. I was groping for a metaphor to capture our shared experiences, rummaging through Quentin Tarantino scripts and Hieronymus Bosch landscapes for inspiration. “Rise of the Deplorables” was tempting. Then it clicked. The term 𠇌lockwork orange” is a Cockney phrase indicating a bizarre incident that appears normal on the surface. The phrase was commandeered as the title of a 1971 dystopian film in which Malcolm McDowell’s character Alex is brainwashed by being forced to watch the most grisly and horrifying of spectacles (Figure 1). For us, it was the 2016 presidential election, which created a global mind-purging brain enema. The horror! The horror! (Oops. Wrong movie.)

I knew in January that by mid-November we would be unified by our collective distrust of the Leader of the Free World, who would be surrounded by a dozen chalk outlines corresponding to political corpses that personne wished to resurrect. I have done my best to ne pas marinate you—too much—in tales of sociopathic felons or stumpy-fingered, combed-over letches. I do, however, eventually enter the Swamp.

By way of introduction, my lack of credentials—I am an organic chemist—has not precluded cameos in the Wall Street Journal, 4 the Guardian, 5 Russia Today, 6,7,8 a plethora of podcasts, 1 and even a couple investment conference talks. Casting any pretense of humble bragging aside, let’s just post this year’s elevator résumé and a few endorsements to talk my book.

“We live in a world where some of the best commentary on the global financial markets comes from a frustrated chemistry professor.”

Catherine Austin Fitts, former Assistant Secretary of Housing, former Dillon, Reed & Co., and current president of Solari 9

One of the high-water marks was sharing the spotlight with Mark Cuban in a le journal Wall Street article by Ben Eisen on nouveau gold buggery: 10

�ve Collum . . . has been adding to his holdings of physical gold this month, citing, among his concerns, negative interest rates and the growing refugee crisis in Europe. ‘I’m getting apocalyptic,’ he said.”

Ben Eisen, le journal Wall Street

Podcasts in 2016 included Wall St. for Main St., 11 Macro Tourist Hour (BTFD.TV), 12 The Kunstlercast, 13 Five Good Questions, 14 FXStreet, 15 and, of course, Peak Prosperity. 16 Dorsey Kindler, of a small-town newspaper, the Espion (Doylestown, PA), interviewed me about college in an article titled, “The New McCarthyism” and, in an ironic twist, was soon thereafter fired and his content purged. 1 An interview for the Cornell Review, a right-wing student newspaper considered a “rag” by the liberal elite, probed college life and the new activism. 17 A cross-posting at Zero Hedge got the Review’s click counts soaring. 18 Finally, I chatted on local radio about real estate, the bond market, Hillary, and other rapidly depreciating assets. 19

“If you reflect on Prof. Collum’s annual [review], you will realize how far removed from the real world and markets you are. This is a huge deficiency that all of you must work on correcting.”

Professor Steve Hanke, economist at Johns Hopkins University, in a letter to his students


“The easiest thing to do on earth is not write.”

I never would have believed it—not in a million years𠅋ut it happened: the Cubs won the World Series, and The Donald is our new president. Every December, I write a Year in Review 1 that’s first posted on Chris Martenson’s & Adam Taggart’s website Culminer Prosperity 2 and later at Zero Hedge. 3 What started as a few thoughts posted to a handful of wingnuts on Doug Noland’s Prudent Bear message board has mutated into a detailed account of the year’s events. Why write this beast? For me, it puts the seemingly disconnected events that pass through my consciousness, soon to be lost forever, into a more organized and durable form. Somebody said I should write a book. I just did. In a nutshell, this is a story of human follies and bizarre events. There are always plenty of those. Let others tell the feel-good stories.

Figure 1. Malcolm McDowell as Alex in Une orange mécanique.

I try to identify themes that evolve. This year’s theme was obviously defined by the election, which posed a real problem. I struggled to detect the signals through the noise. Many of my favorite analysts from whom I extract wisdom and pinch cool ideas spent the year trying to convince the world that one or more of the presidential candidates was an unspeakable wretch. I was groping for a metaphor to capture our shared experiences, rummaging through Quentin Tarantino scripts and Hieronymus Bosch landscapes for inspiration. “Rise of the Deplorables” was tempting. Then it clicked. The term 𠇌lockwork orange” is a Cockney phrase indicating a bizarre incident that appears normal on the surface. The phrase was commandeered as the title of a 1971 dystopian film in which Malcolm McDowell’s character Alex is brainwashed by being forced to watch the most grisly and horrifying of spectacles (Figure 1). For us, it was the 2016 presidential election, which created a global mind-purging brain enema. The horror! The horror! (Oops. Wrong movie.)

I knew in January that by mid-November we would be unified by our collective distrust of the Leader of the Free World, who would be surrounded by a dozen chalk outlines corresponding to political corpses that personne wished to resurrect. I have done my best to ne pas marinate you—too much—in tales of sociopathic felons or stumpy-fingered, combed-over letches. I do, however, eventually enter the Swamp.

By way of introduction, my lack of credentials—I am an organic chemist—has not precluded cameos in the Wall Street Journal, 4 the Guardian, 5 Russia Today, 6,7,8 a plethora of podcasts, 1 and even a couple investment conference talks. Casting any pretense of humble bragging aside, let’s just post this year’s elevator résumé and a few endorsements to talk my book.

“We live in a world where some of the best commentary on the global financial markets comes from a frustrated chemistry professor.”

Catherine Austin Fitts, former Assistant Secretary of Housing, former Dillon, Reed & Co., and current president of Solari 9

One of the high-water marks was sharing the spotlight with Mark Cuban in a le journal Wall Street article by Ben Eisen on nouveau gold buggery: 10

�ve Collum . . . has been adding to his holdings of physical gold this month, citing, among his concerns, negative interest rates and the growing refugee crisis in Europe. ‘I’m getting apocalyptic,’ he said.”

Ben Eisen, le journal Wall Street

Podcasts in 2016 included Wall St. for Main St., 11 Macro Tourist Hour (BTFD.TV), 12 The Kunstlercast, 13 Five Good Questions, 14 FXStreet, 15 and, of course, Peak Prosperity. 16 Dorsey Kindler, of a small-town newspaper, the Espion (Doylestown, PA), interviewed me about college in an article titled, “The New McCarthyism” and, in an ironic twist, was soon thereafter fired and his content purged. 1 An interview for the Cornell Review, a right-wing student newspaper considered a “rag” by the liberal elite, probed college life and the new activism. 17 A cross-posting at Zero Hedge got the Review’s click counts soaring. 18 Finally, I chatted on local radio about real estate, the bond market, Hillary, and other rapidly depreciating assets. 19

“If you reflect on Prof. Collum’s annual [review], you will realize how far removed from the real world and markets you are. This is a huge deficiency that all of you must work on correcting.”

Professor Steve Hanke, economist at Johns Hopkins University, in a letter to his students


Voir la vidéo: PSE module A9: La sécurité alimentaire (Décembre 2021).