Nouvelles recettes

Farmed and Dangerous : une série comique de Chipotle

Farmed and Dangerous : une série comique de Chipotle

En partenariat avec Piro, un studio basé à New York, Chipotle a annoncé l'arrivée prochaine d'une série humoristique originale qui se moquera du monde parfois louche de l'agriculture d'entreprise. La série en quatre parties est conçue comme un véhicule pour communiquer l'engagement de Chipotle en faveur de l'agriculture durable et les défis ultérieurs posés par le côté le plus néfaste de l'agriculture à grande échelle. "Nous pensons à" Farmed and Dangerous "comme une intégration de valeurs plutôt qu'une intégration de produit typique", a déclaré Mark Crumpacker, directeur du marketing et du développement de Chipotle dans un communiqué pour Fil d'affaires. "L'émission aborde des problèmes que nous jugeons importants - bien que de manière satirique - sans parler explicitement de Chipotle."

Il convient de noter que la société a gardé les liens familiaux assez lâches – la série en quatre parties, qui commencera à être diffusée sur Hulu le 17 février 2014, comprend très peu de références à son créateur, selon une critique du New York Times. Il n'y a pas de scènes filmées à l'intérieur d'un Chipotle ou de critiques élogieuses sur le tarif du restaurant. Le personnage principal, cependant, s'appelle Chip.

Au lieu de cela, l'émission se concentrera sur l'agriculture mondiale des entreprises, mettant en vedette PetroPellet, un aliment pour animaux à base de pétrole développé par Animoil, une société fictive promettant de réduire la dépendance de l'industrie vis-à-vis du pétrole en éliminant à l'entreprise le besoin de cultiver et de transporter tous les aliments utilisés. pour élever du bétail. Ensuite, une fuite de sécurité sous la forme d'une vidéo virale expose certaines informations indésirables au public. C'est à l'assistant marketing de l'entreprise, interprété par Ray Wise (Twin Peaks, Mad Men) de réparer les dégâts.

Farmed and Dangerous suit deux courts métrages de Chipotle : Scarecrow en 2013 et Back to the Start en 2011, tous deux réalisés pour sensibiliser le public au chemin compliqué de la ferme à la table. Daniel Rosenberg, co-créateur de l'émission aux côtés de Tim Piper, a déclaré à Business Wire : « Nous espérons que l'émission inspirera d'autres marques à communiquer à travers une création plus stratégique et divertissante qui est vraiment représentative de qui elles sont et de ce qu'elles font pour faire un monde meilleur." Regardez la bande-annonce sur Farmed and Dangerous.


La série comique de Chipotle est une nouvelle façon de se démarquer, mais tous ne sont pas amusés

La nouvelle série comique originale de Chipotle, "Farmed and Dangerous", a été diffusée en première sur le service d'abonnement numérique Hulu le 17 février.

Chipotle est connu pour faire bouger les choses, de l'utilisation par la chaîne de restaurants de Denver d'ingrédients durables produits localement à sa publicité originale.

Mais sa dernière campagne marketing rend les précédentes pittoresques en comparaison.

Chipotle’s ‘Farmed and Dangerous’, une série de comédie originale en quatre épisodes qui a fait ses débuts sur Hulu le 17 février, mentionne à peine la chaîne mexicaine rapide et décontractée.

Au lieu de cela, il présente un récit qui critique les pratiques agricoles industrielles tout en vantant les vertus des petits producteurs progressistes.

Mais qu'il s'agisse de sarcasme ou de satire, de principe ou de propagande, sa version audacieuse de l'intégration des produits ne convient pas à certains éleveurs du Colorado, même si elle attire l'attention nationale sur l'entreprise.

"La théorie de Chipotle est que la façon dont ils rattachent leur marque à cette émission ne se fait pas par le placement de produits, mais par les relations publiques et les médias qui l'entourent", a déclaré Daniel Rosenberg, co-fondateur de Piro, qui a créé et a produit la série, par téléphone depuis New York. « Ils ne se contentent pas de vous enfoncer le nom du produit dans la gorge, ils créent un dialogue autour du sujet.

Le pilote de 22 minutes retrace les retombées de la société fictive Animoil après qu'une vidéo d'une vache qui explose soit devenue virale, opposant le patron Buck Marshall (Ray Wise) et sa fille Sophia (Karynn Moore) à l'activiste libertin Chip (John Sloan).

"Les gens dans ce pays ne sont pas très bien nourris et ils ne sont pas en aussi bonne santé à cause de cela", a déclaré Wise, dont les crédits d'acteur incluent "Twin Peaks" et "Mad Men". 8220À certains égards, c'est un problème encore plus important que le réchauffement climatique.

“Farmed and Dangerous,” qui coûte environ 250 000 $ par épisode, selon le New York Times, fait suite aux autres expériences de Chipotle dans la publicité non traditionnelle, y compris 2011’s “Back to the Start’s 8221 et 2013’s“L'épouvantail.”

Les deux courts métrages présentent des bandes sonores de grands noms (fournies par Willie Nelson et Fiona Apple, respectivement) et des personnages animés qui aspirent avec nostalgie à des opérations de restauration familiale avant de lancer la leur.

Par rapport à la plupart des campagnes publicitaires, ce sont des projets réfléchis et de haut niveau mettant l'accent sur les nuances et la vision artistique. Et le message est bien passé : les deux vidéos ont accumulé plus de 20 millions de vues sur YouTube.

Mais avec les jeux vidéo liés, les jeux-questionnaires et les liens directs vers la Fondation Cultivate interne de Chipotle, les critiques disent qu'ils sont également des messages de vente calculés qui rappellent à la fois les premiers jours de la télévision (pensez à Kraft Television Theatre) et l'image sophistiquée -tendre que “Farmed and Dangerous” fait la satire.

"Dans les salles de réunion de Madison Avenue, ils appellent cela "le branding des valeurs : une stratégie marketing dans laquelle une entreprise essaie d'inculquer un sentiment de droiture aux clients qui achètent ses produits", a écrit Ted Sheely sur le Site de la vérité sur le commerce et la technologie. “Mais quel genre de valeurs inciterait une entreprise à mener une campagne de diffamation contre les agriculteurs américains ?”

Sheely, agriculteur et membre du conseil d'administration de diverses organisations agricoles californiennes, n'est pas d'accord avec la position de Chipotle selon laquelle les cultures génétiquement modifiées sont dangereuses. Il compare le dernier « stratagème » de Chipotle à une publicité du Super Bowl qui fait que les consommateurs se sentent moralement supérieurs tout en éliminant la concurrence.

"Je m'oppose aux grands traits", a déclaré Jo Stanko, qui dirige un ranch de bétail de cinquième génération de 2 000 acres à l'extérieur de Steamboat Springs. « C'est une conversation que nous devons avoir, mais elle ne devrait pas profiter à une seule entreprise. »

Chipotle a répliqué qu'il travaille avec des milliers d'agriculteurs et d'éleveurs et n'ignore pas leurs préoccupations.

"Nous n'avons que le plus grand respect pour eux", a déclaré Chris Arnold, porte-parole de Chipotle. « Ils prennent des décisions difficiles en fonction de ce qui est le mieux pour leur ferme ou leur famille, et nous prenons nos décisions en fonction de ce que nous pensons être le mieux pour notre entreprise. »

Fondée à Denver en 1993, Chipotle exploite plus de 1 500 restaurants dans le monde. Les analystes estiment sa valeur boursière à plus de 15 milliards de dollars.

Indépendamment de la politique, l'émission brouille la frontière entre la publicité et le divertissement. Mais sa qualité inhérente et sa compatibilité avec le message de Chipotle devraient apaiser les craintes que d'autres marques ne deviennent des producteurs de contenu, selon Piro Rosenberg.

"Certaines personnes pensent que c'est le diable", a-t-il déclaré. “‘Oh, une marque qui crée du divertissement ? C'est la fin du monde tel que nous le connaissons ! Mais ceux qui ont vu le produit fini savent que nous racontons une histoire créative.

Si la série a du succès, les téléspectateurs peuvent en attendre encore plus.

"Je ne pense pas que cela semble le moins du monde marqué", a déclaré Rosenberg. “Sur Hulu, il se trouve à côté d'autres contenus premium et contrairement au contenu généré par les utilisateurs sur YouTube. Et Hulu a une version gratuite, contrairement à Netflix ou Amazon. Nous avons donc le public le plus large possible et le meilleur de chaque monde.


Chipotle va lancer la série comique "Farmed and Dangerous"

Chipotle Mexican Grill (NYSE : CMG) a annoncé son intention de lancer &ldquoFarmed and Dangerous&rdquo, une série comique originale Chipotle qui explore de manière satirique le monde de l'agriculture industrielle en Amérique. Produite par Chipotle et Piro, un studio basé à New York connu pour son travail unique dans le cinéma et la télévision, la saison initiale de quatre épisodes sera présentée chaque semaine sur Hulu et Hulu Plus à partir du lundi 17 février 2014. L'émission intègre Chipotle&rsquos valeurs et engagement à servir des aliments préparés avec des ingrédients de la plus haute qualité à travers le contenu et les thèmes du spectacle lui-même, sans aucune marque Chipotle explicite.

&ldquoFarmed and Dangerous&rdquo fait la satire des efforts déployés par les entreprises agroalimentaires et leurs créateurs d'image pour créer une image positive de l'agriculture industrielle. La première saison se concentre sur l'introduction de PetroPellet ® , un nouvel aliment pour animaux à base de pétrole créé par le géant industriel fictif Animoil ® . PetroPellet promet de réduire la dépendance de l'agriculture industrielle au pétrole en éliminant le besoin de cultiver, d'irriguer, de fertiliser et de transporter la grande quantité d'aliments nécessaires pour élever du bétail dans les fermes industrielles. Avant que sa nouvelle formule d'alimentation ne puisse remodeler à jamais l'agriculture industrielle, les plans d'Animoil tournent mal lorsqu'une vidéo de sécurité révélatrice devient virale en envoyant Animoil et son maître du spin, Buck Marshall (Ray Wise &ndash &ldquoTwin Peaks,&rdquo &ldquoMad Men,&rdquo &ldquo24&rdquo) de l'Industrial Food Image Bureau (IFIB), en mode de contrôle des avaries.

"Une grande partie de notre marketing vise à rendre les consommateurs plus curieux de savoir d'où viennent leurs aliments et comment ils sont préparés", a déclaré Mark Crumpacker, directeur du marketing et du développement chez Chipotle. &ldquoEn rendant les problèmes complexes liés à la production alimentaire plus compréhensibles &mdash même divertissants&mdash, nous atteignons des personnes qui ne sont généralement pas à l'écoute de ces types de problèmes.&rdquo

&ldquoFarmed and Dangerous&rdquo fait suite à deux courts métrages d'animation primés de Chipotle &mdash 2013&rsquos &ldquoScarecrow&rdquo et 2011&rsquos &ldquoBack to the Start&rdquo &mdash qui ont tous deux contribué à susciter des conversations sur l'agriculture et la production alimentaire industrielle de manière divertissante. La saison initiale se compose de quatre épisodes d'une demi-heure, mais le scénario est conçu pour être étendu à des saisons supplémentaires. L'émission met en vedette Wise et Eric Pierpoint (&ldquoParks and Recreation,&rdquo &ldquoBig Love&rdquo).

&ldquoChipotle&rsquo la véritable mission de changer le monde de la restauration rapide est une excellente base pour la narration,&rdquo a déclaré Tim Piper, partenaire chez Piro et directeur de &ldquoFarmed and Dangerous.&rdquo &ldquoLes personnages et l'intrigue reflètent la position de Chipotle sur l'agriculture durable et permettent à Chipotle de communiquer avec plus d'engagement que la publicité traditionnelle.&rdquo

Chipotle s'est depuis longtemps engagé à trouver des sources meilleures et plus durables pour tous les ingrédients qu'il utilise, y compris les viandes d'élevage responsable (provenant d'animaux élevés de manière humaine et sans utilisation d'antibiotiques ou d'hormones ajoutées), locales et les produits issus de l'agriculture biologique et les produits laitiers issus de bovins laitiers élevés en pâturage. L'entreprise s'est également attaquée à la question des organismes génétiquement modifiés (OGM) dans les aliments, devenant la première entreprise nationale de restauration à divulguer volontairement l'utilisation d'OGM dans ses aliments et la première à annoncer son intention d'éliminer les OGM des ingrédients qu'elle utilise.

&ldquoNous considérons &lsquoFarmed and Dangerous&rsquo comme un valeurs-intégration plutôt que typique intégration de produits,» dit Crumpacker. &ldquoL'émission aborde des problèmes que nous pensons importants &mdash bien que de manière satirique &mdash sans être explicitement à propos de Chipotle. Cette approche nous permet de produire du contenu qui communique nos valeurs et divertit les gens en même temps.&ldquo

Partenaire de Piro, producteur exécutif et co-créateur de l'émission, Daniel Rosenberg a ajouté, &ldquoNous espérons que l'émission inspirera d'autres marques à communiquer à travers une création plus stratégique et divertissante qui est vraiment représentative de qui elles sont et de ce qu'elles font pour améliorer monde.&rdquo

L'épisode pilote de &ldquoFarmed and Dangerous&rdquo sera disponible gratuitement sur Hulu.com et via le service d'abonnement Hulu Plus à partir du 17 février 2014. Chaque épisode supplémentaire sera disponible les lundis consécutifs.

&ldquoFarmed and Dangerous&rdquo met en vedette Ray Wise (&ldquoTwin Peaks,&rdquo &ldquoMad Men,&rdquo &ldquo24&rdquo), Eric Pierpoint (&ldquoParks and Recreation,&rdquo &ldquoBig Love&rdquo), John Sloan (&ldquoatom & &ldquo Moore (&ldquoJane by Design,&rdquo &ldquoWater for Elephants&rdquo). Les producteurs exécutifs sont Mark Crumpacker (directeur du marketing et du développement chez Chipotle), William Espey (chef de la voix de la marque chez Chipotle), Daniel Rosenberg (partenaire de Piro, &ldquoInside Man,&rdquo &ldquoRighteous Kill&rdquo) et Timothy Piper (&ldquoDove Evolution,&rdquo &ldquoThe Palace of Light&rdquo) le spectacle a été écrit par Rosenberg, Piper, Mike Dieffenbach (&ldquoLess Than Perfect,&rdquo &ldquoRetired at 35&rdquo), et Jeremy Pisker (Academy Award ® nominé pour &ldquoBullworth&rdquo) réalisateur est Timothy Piper.

Des informations supplémentaires sur &ldquoFarmed et Dangerous&rdquo, y compris la liste complète des acteurs, sont disponibles sur FarmedAndDangerous.com.

Les logos, noms de produits et de sociétés mentionnés sont la propriété de leurs propriétaires respectifs.


Chipotle lancera une série de comédie noire sur l'élevage industriel (VIDEO)

En tant qu'entreprise de restauration rapide qui s'oppose au modèle d'élevage industriel intensif adopté par bon nombre de leurs concurrents, Chipotle Mexican Grill est réputée depuis longtemps pour défier les conventions. En septembre dernier, ils ont lancé une application "Scarecrow Game" qui encourageait les utilisateurs à sauver des vaches, des porcs et des poulets dans des fermes industrielles virtuelles.

Et maintenant, en collaboration avec le studio de cinéma basé à New York Piro, ils se préparent à lancer une autre attaque plus cinglante contre l'industrie agricole industrielle : une série de comédie noire intitulée "Farmed and Dangerous". dans le communiqué de presse de l'entreprise, nous imaginons que quelques cadres de la restauration rapide se tortilleront sur leurs sièges :

“Farmed and Dangerous” fait la satire des efforts déployés par les entreprises agroalimentaires et leurs créateurs d'image pour créer une image positive de l'agriculture industrielle. La première saison se concentre sur l'introduction de PetroPellet®, un nouvel aliment pour animaux à base de pétrole créé par le géant industriel fictif Animoil®. PetroPellet promet de réduire la dépendance de l'agriculture industrielle à l'égard du pétrole en éliminant le besoin de cultiver, d'irriguer, de fertiliser et de transporter la grande quantité d'aliments nécessaires pour élever du bétail dans des fermes industrielles. Avant que sa nouvelle formule d'alimentation ne puisse remodeler à jamais l'agriculture industrielle, les plans d'Animoil tournent mal lorsqu'une vidéo de sécurité révélatrice devient virale, envoyant Animoil et son maître de rotation, Buck Marshall de l'Industrial Food Image Bureau (IFIB), en mode de contrôle des dommages.

Mark Crumpacker, directeur du marketing et du développement chez Chipotle, déclare : « En rendant les problèmes complexes liés à la production alimentaire plus compréhensibles, voire divertissants, nous atteignons des personnes qui ne sont généralement pas à l'écoute de ces types de problèmes.

La série sera lancée sur le site de streaming Internet Hulu et Hulu Plus, à partir du lundi 17 février. Si vous voulez apercevoir Big Food en train de recevoir un coup embarrassant (et avouons-le, ce que Green Monster ne 8217t ?), regardez la bande-annonce ci-dessous :


Première assaisonnée de Chipotle

« Kraft Television Theatre », le premier feuilleton télévisé hebdomadaire, a fait ses débuts en mai 1947, une année de premières télévisées : quelques mois plus tard, les Brooklyn Dodgers ont joué les Yankees de New York dans la première série télévisée mondiale, et, peu de temps après, Harry Truman est devenu le premier président à prononcer une allocution télévisée depuis la Maison Blanche. Comme la plupart des premières émissions de télévision, "Kraft Television Theatre" a été réalisé sur le modèle de l'annonceur-producteur, adapté de la radio. Les réseaux vendaient le temps d'antenne, mais les agences de publicité, en l'occurrence J. Walter Thompson, produisaient le contenu pour le compte de leurs clients. Les annonceurs-producteurs étaient responsables d'émissions telles que "The Voice of Firestone", "The Colgate Comedy Hour" et "Texaco Star Theatre".

Les produits Kraft n'ont jamais été mentionnés lors d'une télédiffusion « Kraft Television Theatre ». Au lieu de cela, ils sont apparus dans les démonstrations de recettes qui constituaient les pauses publicitaires, lorsque les téléspectateurs voyaient les mains d'une femme au travail, remuant « un Cheez Whiz alléchant » dans un pot de soupe à la tomate, par exemple. L'émission elle-même présentait une programmation distinguée, un cadre de J. Walter Thompson l'a qualifiée de «réalisme avec une morale modeste». L'objectif était de séduire le public cible de Kraft : la « classe moyenne solide qui aspire à quelque chose d'un peu mieux », m'a expliqué Mike Mashon, responsable de la section des images animées de la Bibliothèque du Congrès.

Au cours de ses onze ans sur NBC, l'émission a présenté des performances de Bea Arthur, Jack Lemmon et William Shatner. Il a également reçu six nominations aux Emmy et a engendré une deuxième version, sur ABC. Un épisode de 1955, "Patterns", écrit par Rod Serling, offrait une critique sans faille de la cupidité des entreprises et du carriérisme incontrôlé dans le Fois, Jack Gould l'a décrit comme "l'un des points culminants de l'évolution du média télévisé". En 1958, Kraft vend les droits de l'émission à la société de production Talent Associates, qui la retravaille. La dernière incarnation, appelée « Kraft Mystery Theatre », n'a duré que quelques mois.

Selon Mashon, le modèle de l'annonceur-producteur était alors en train de perdre du terrain par rapport au modèle dit du magazine, lancé par NBC. Dans le nouvel ordre, les réseaux contrôlaient le contenu, plusieurs sociétés achetant des extraits de temps publicitaire pour chaque programme. Il a séduit les réseaux, qui en avaient marre que les agences de publicité déterminent ce qui finirait sur leurs ondes, et les annonceurs, qui en avaient marre de supporter les coûts de production des émissions.

La semaine prochaine, Hulu diffusera le premier épisode de "Farmed and Dangerous", une série de quatre épisodes, produite par la chaîne alimentaire mexicaine Chipotle, en collaboration avec Piro, une agence qui "crée et produit des propriétés de divertissement stratégiques pour les marques". Chipotle a rejeté la publicité télévisée conventionnelle. La société a produit deux publicités Web animées qui sont devenues virales : « Back to the Start », sur une chanson de Willie Nelson, montrait la transformation d'une idylle de cochons en liberté en un paysage d'enfer industriel et vice-versa. "The Scarecrow", dont la bande sonore est une chanson de Fiona Apple, racontait l'histoire d'un agriculteur épouvantail confronté à un monde dans lequel les fermes industrielles sont devenues de véritables usines, supervisées par des robo-crows. (J'ai écrit à propos de « L'épouvantail » et pour savoir si Chipotle est à la hauteur de ses allégations de « nourriture avec intégrité », l'année dernière.) Mais, avec sa dernière innovation marketing, Chipotle revient à une ancienne formule.

Ce n'est pas la première fois que le modèle annonceur-producteur ressuscite : comme le le journal Wall Street rapporté en 2011, un certain nombre de sociétés ont produit des séries Web, et Budweiser a réalisé une émission de téléréalité qui a finalement été diffusée sur ABC. Mais « Farmed and Dangerous » est un exemple inhabituellement ambitieux : ce sont des programmes scénarisés complets, présentés aux côtés des tarifs télévisés standard. (Comme d'autres éléments de la série Spotlight de Hulu, les épisodes ne seront pas étiquetés comme de la publicité et seront classés dans une catégorie de genre - dans ce cas, "Comédie". moins dérangeant que, disons, la nouvelle de jeudi selon laquelle Unilever et le Gardien s'associera pour produire du « contenu de marque », c'est néanmoins troublant.) Fois a rapporté que chaque épisode coûtait deux cent cinquante mille dollars à produire, un chiffre que Mark Crumpacker, directeur du marketing et du développement de Chipotle, a contesté. "Le budget de l'émission est similaire à, vous savez, n'importe quelle autre émission scénarisée de télévision par câble de haute qualité", a-t-il déclaré. « Ce qui est, vous savez, un peu plus que cela. » (Il a refusé de fournir un montant exact.)

"Farmed and Dangerous" met en vedette Ray Wise dans le rôle de Buck Marshall, un gros joueur qui fait de la "gestion de l'image" pour les fermes industrielles - plus d'usine que de ferme ici, comme dans "The Scarecrow". Dans le premier épisode, on apprend qu'un client de Marshall, Animoil, a inventé un nouvel aliment pour bétail à base de pétrole avec un effet secondaire fâcheux : la combustion spontanée des bovins. Lorsqu'un agriculteur-activiste au charme enfantin nommé Chip (John Sloan) met en ligne des séquences vidéo de sécurité d'une vache Animoil en train d'exploser, la fille et employée de Marshall, Sophia (Karynn Moore), essaie de le faire retirer. Il s'ensuit un flirt professionnel du bord du gouffre.

La marque Chipotle est visible dans « Farmed and Dangerous », mais seulement dans quelques références éphémères et ironiques. Pendant les pauses publicitaires, Chipotle diffusera de courts spots faisant la promotion du spectacle lui-même. La notion d'« intégration des valeurs » de Chipotle - attirer les clients en promouvant certaines valeurs plutôt qu'en présentant un produit spécifique - rappelle l'approche de Kraft, bien que le message de Chipotle soit plus spécifique et plus directement lié à ce qu'il vend. Là où Kraft voulait faire savoir aux consommateurs qu'il partageait leur goût pour les dramatiques télévisées intermédiaires et la morale qu'elles défendaient, Chipotle veut dire aux consommateurs qu'il se soucie des dangers de l'agriculture industrielle.

Comme J. Walter Thompson l'a fait pour Kraft, Piro a produit le spectacle avec la contribution de Chipotle. Dans ce cas, cependant, l'annonceur était plus profondément impliqué dans les décisions créatives. Crumpacker, qui a été producteur exécutif de la série, m'a dit que, lorsque Piro a livré une ébauche du script qui ne captait pas les bons "thèmes", l'équipe créative interne de Chipotle "a souligné chacun des problèmes que nous voulions discuter et suggéré la façon dont vous pourriez amplifier cela pour lui donner une valeur comique.


Chipotle va lancer une série comique sur Hulu

Chipotle Mexican Grill se lance dans le secteur de la télévision avec une série humoristique originale sur Hulu conçue pour transmettre la position de la chaîne sur l'agriculture industrielle sans aucune marque explicite.

« Farmed and Dangerous », une série de quatre épisodes qui traite de manière satirique les méfaits de l'agro-industrie, devrait faire ses débuts sur Hulu et Hulu Plus le 17 février.

La série suit un géant industriel fictif appelé Animoil qui développe un nouvel aliment pour animaux à base de pétrole appelé PetroPellet. Le produit promet de réduire la dépendance des fermes industrielles à l'égard du pétrole en éliminant le besoin de cultiver, d'irriguer, de fertiliser et de transporter de grandes quantités d'aliments nécessaires à l'élevage du bétail. Seul bémol : les vaches qui mangent les granulés ont tendance à exploser (avec des effets spéciaux pas chers mais amusants).

Ray Wise (« Twin Peaks », « Mad Men », « 24 ») incarne Buck Marshall, le « spin master » de l'Industrial Food Image Bureau (IFIB – vous comprenez ?) qui est chargé de limiter les dégâts. Pour empêcher les vidéos de vaches explosives de devenir virales, il recrute sa belle (et, nous supposons, tout aussi diabolique) fille pour séduire le noble et beau petit fermier nommé Chip, qui menace d'exploiter le pouvoir des médias sociaux pour exposer les actes sales d'Animoil. .

Mark Crumpacker, directeur du marketing et du développement de Chipotle, a déclaré que la série est une tentative d'atteindre les consommateurs qui ne suivent peut-être pas le débat national sur la production alimentaire.

"Une grande partie de notre marketing vise à rendre les consommateurs plus curieux de savoir d'où viennent leurs aliments et comment ils sont préparés", a déclaré Crumpacker dans un communiqué. « En rendant les problèmes complexes de la production alimentaire plus compréhensibles, voire divertissants, nous atteignons des personnes qui ne sont généralement pas à l'écoute de ces types de problèmes. »

Bien que Chipotle ait produit la série en partenariat avec le studio new-yorkais Piro, il n'y a aucune mention apparente de la chaîne de burrito rapide et décontractée.

Selon le New York Times, Chipotle n'est mentionné qu'une seule fois dans la série, lorsque le sinistre personnage de Marshall se vante de répandre une fausse rumeur selon laquelle McDonald's et Chipotle sont toujours liés. McDonald's a détenu une participation majoritaire dans Chipotle pendant environ huit ans avant de se dessaisir en 2006, lorsque Chipotle est devenue publique.

"Nous pensons à" Farmed and Dangerous "comme une intégration de valeurs plutôt que comme une intégration de produit typique", a déclaré Crumpacker. « L'émission aborde des questions que nous pensons importantes – quoique de manière satirique – sans parler explicitement de Chipotle. Cette approche nous permet de produire du contenu qui communique nos valeurs et divertit les gens en même temps.

Cette décision fait suite au succès de Chipotle avec l'introduction de courts métrages d'animation au cours des dernières années qui ont été promus dans les salles de cinéma et en ligne, ainsi qu'un jeu vidéo, tous avec des thèmes similaires qui mettent en évidence les efforts de la chaîne basée à Denver pour promouvoir la qualité de ses ingrédients.

Chipotle, par exemple, a déclaré qu'il utilise des viandes « d'élevage responsable » provenant d'animaux élevés sans cruauté, sans antibiotiques ni hormones, provenant de bovins élevés en pâturage et de produits cultivés localement ou biologiquement sans modification génétique.

L'année dernière, le court métrage "Scarecrow" dépeint le voyage d'un épouvantail pour ramener une nourriture saine au peuple en offrant une alternative aux aliments transformés qui dominent son monde. En 2011, le court métrage « Back to the Start » de Chipotle portait sur le choix d'un agriculteur fictif de revenir à des méthodes agricoles durables.

Chipotle n'est pas la première chaîne de restaurants à se tourner vers la télévision et les séries Web pour promouvoir sa marque. En 2012, KFC a lancé une série de divertissement de marque en ligne, intitulée «Growing Up and Getting Out», sur Comedy Central.

Denny's a une série en ligne intitulée "Always Open" sur CollegeHumor.com présentant des interviews non scénarisées qui se déroulent dans un vrai restaurant. Et Subway produit la comédie en ligne abrégée « 4 à 9ers » sur Hulu.

Contactez Lisa Jennings à [email protected] .
Suivez-la sur Twitter : @livetodineout


La série anti-OGM « Farmed and Dangerous » de Chipotle irrite les agriculteurs

Le nom de la série Hulu de Chipotle dit tout. "Farmed and Dangerous" est, selon la chaîne de restaurants, une "série comique qui explore le monde scandaleusement tordu et totalement insoutenable de l'agriculture industrielle". Il n'est pas surprenant que de nombreux agriculteurs aient contesté la représentation de leurs moyens de subsistance.

Depuis sa fondation il y a plus de vingt ans, Chipotle a essayé de se différencier des autres restaurants de l'espace fast-décontracté en proposant « Food With Integrity ». ont récemment pris position contre les aliments génétiquement modifiés. L'entreprise divulgue la présence d'OGM dans ses aliments et travaille à la suppression des OGM de son menu.

Avec la sortie de leur série de vidéos, l'entreprise prend position contre l'agriculture industrielle. Chipotle préfère s'approvisionner en nourriture pour ses 1 600 restaurants via des fermes familiales, ont-ils déclaré. Selon un rapport de l'USDA (PDF) publié cet été, 96 % des exploitations agricoles américaines sont des exploitations familiales. Les exploitations familiales se sont agrandies et diversifiées ces dernières années. Une grande ferme peut cultiver des cultures OGM, conventionnelles et biologiques afin de diversifier les sources de revenus. Alors sont-ils tous “dangereux” selon Chipotle ?

« Ce que je fais fonctionne le mieux pour moi », a déclaré Larry Sailer, un producteur de céréales et de porcs de l'Iowa à USA Today. Au fil des années, à partir de mon expérience, j'ai évolué vers ce que je pense être le mieux pour les animaux. Ils [Chipotle] ont mis du gros ag mais ils sont de la grosse bouffe. Je n'apprécie tout simplement pas la façon dont ils s'y prennent.

« Farmed and Dangerous » est une réaction à la désinformation diffusée par les gros producteurs, dit Chipotle, mais de nombreux agriculteurs disent que la série est pleine de ses propres inexactitudes.

Kristen Reese, qui a grandi dans une ferme, élève des moutons et blogue chez Reese Family Roots écrit :

Je dirais que, plutôt que "Big Ag" essayant de vendre du poison pour le profit, la véritable tromperie est que "Big Chipotle" colporte des mensonges et de la désinformation pour donner un avantage perçu à leurs produits par rapport à la concurrence - incitant les consommateurs à en faire plus. de l'argent pour leurs burritos « sains ». Arrêtons de lancer des informations inexactes et les agriculteurs et Chipotle s'attellent tous les deux à ce que nous faisons de mieux, élever de la nourriture et préparer des burritos. Que vous choisissiez de manger leur burrito ou non, ne nous battons pas !

« Les agriculteurs et les éleveurs ne sont pas satisfaits de l'attaque continue de Chipotle », a écrit Ryan Goodman, un ancien agriculteur qui travaille maintenant pour diffuser les messages des agriculteurs au public, sur CNN.

Avec un tel budget de production et une équipe marketing qui sait vendre aux émotions du public consommateur, Chipotle continue de séduire les fans avec des informations et des représentations bien loin d'être exactes de nos producteurs alimentaires modernes. Si Chipotle tient à ce que nous en apprenions davantage sur la provenance de notre nourriture, pourquoi dépenser des millions en animations et comédies ? Pourquoi ne pas parler à de vrais agriculteurs et éleveurs qui sont sur le terrain et qui en savent plus sur la culture des aliments que les responsables marketing ?

Chipotle a reçu une invitation ouverte de Jennie Schmidt, diététicienne et agricultrice agréée du Maryland, qui a été offensée par la série et la représentation de fermes comme sa famille dans le Maryland. Elle a consulté son site Web The Foodie Farmer pour exprimer ses griefs. Sa ferme cultive à la fois des cultures conventionnelles et biotechnologiques. “Ma ferme familiale n'est pas dangereuse. Nous avons une politique de porte ouverte et invitons les gens à venir pour des visites et à apprendre comment nous cultivons », écrit-elle. “Notre entreprise est grande ouverte, vous pouvez conduire n'importe quel jour de la semaine et constater par vous-même ce que nous faisons. En fait, nous allons vous faire visiter !


Cette nouvelle série Web sur l'élevage industriel vous est présentée par Chipotle

Deux vidéos musicales et quelque 20 millions de vues sur YouTube plus tard, Chipotle porte sa campagne pseudo-commerciale contre l'élevage industriel à de nouvelles longueurs : le mois prochain, la chaîne de restaurants lancera une comédie scénarisée, « Farmed and Dangerous », sur Hulu.

Ray Wise, dont la vraie couleur de cheveux rattrape les tresses blanches et blanches induites par la culpabilité de son personnage Leland Palmer dans "Twin Peaks"joue Buck Marshall, le chef imprudent de l'Industrial Food Image Bureau. La série en quatre parties, chaque épisode de 30 minutes interrompu par des pauses publicitaires traditionnelles, suit les efforts de Marshall pour vendre au public la viande nourrie au pétrole de l'agri-méchant fictif Animoil.

Fiona Apple s'attaque à l'élevage industriel avec une couverture obsédante

Le problème, c'est que nourrir le bétail avec des boulettes noires de brut les fait brûler comme un batteur de Spinal Tap - et lorsque les images de la caméra de sécurité d'une de ces bombes bovines sont divulguées par un beau jeune agriculteur qui fait partie d'un groupe « engagé à mieux pratiques agricoles », Animoil a une crise de relations publiques sur les bras.

Ce que tout cela signifie pour Chipotle, qui, selon Le New York Times, is mentioned in “Farmed and Dangerous” just once, isn’t quite clear. The chain, with its better-than-the-rest meat, much of which comes from Niman Ranch, has more authority to speak critically about factory farming than, say, McDonald’s, but its record isn’t exactly perfect.

But like its previous forays into narrative, nontraditional “advertising,” such as the Fiona Apple video, Chipotle’s branding is more pathos than ethos. “Farmed and Dangerous” clearly says factory-farmed meat is a bad thing, but it’s left for the viewer to (hopefully) infer that the company making that creative statement is better.

“ ‘Farmed and Dangerous’ is meant to strike large emotional chords—it’s not about selling burritos,” Daniel Rosenberg of Piro, which produced the show, told the Fois.

Although it's unlikely that anyone at Chipotle will complain if “Farmed and Dangerous” does move some extra Mexican food.


Have a Cow? Chipotle Made a Smart Comedy Show

Cows exploding, leaked videos, and a nasty fight between a farmer and the agribusiness he takes on sets the stage for a new Hulu original comedy series whose producer might surprise you more than the detonating livestock.

“Farmed and Dangerous,” a comedy set in the world of industrial agriculture, explores a new frontier in branded entertainment and is brought to you by fast food chain, Chipotle Mexican Grill. Impressively, the four-episode series never tries to directly sell tacos and burritos, even though it’s produced by Chipotle and Piro, a New York film and television studio.

Instead, it satirizes the debate between sustainable farming and industrial agriculture practices with the goal of getting viewers (and Chipotle customers) to care more about the food they eat. In the series, an industrial agriculture corporation (Animoil) saves money by feeding cows petroleum-based animal pellets called PetroPellets. Ray Wise (“Good Night, and Good Luck” and “Twin Peaks”) plays spin doctor Buck Marshall of the Industrial Food Image Bureau who is hired by Animoil to fix its image when a video of an exploding cow is leaked and goes viral. In the midst of that insanity, there’s also a brewing romance between sustainable farmer Chip Randolph (John Sloan), who leaked the video, and Buck’s daughter, Sophia (Karynn Moore).

Playing dapper men with a naughty side comes easy to Wise. But the veteran actor has never done it for a Web series, and his boss has never been a fast food chain. None of those things mattered to him when he considered the role.

“I approached it the way I approach everything—like a theatrical project,” he said. “I was not really concerned about the medium or that Chipotle was behind it. They had a very light footprint in the whole production. I have to give them all the credit in the world for starting a new model for this kind of show. It’s the wave of the future and I’m glad to be in on the ground floor of it. It’s something new, something different, and I think it’s going to matter to people.”

Chipotle has spent $1 million on the series, but the company’s name is spoken only once and seen only once in the four 22-minute episodes. The opening and closing credits don’t disclose Chipotle’s involvement either.

It’s a long way from the in-your-face product placement strategies we’ve grown used to: “New Girl” plugged a Ford Fusion in its post-Super Bowl episode everyone on “Shark Tank” uses T-Mobile phones. But it’s how Chipotle has determined it prefers to reach its customers as the company has committed to spending more money on its ingredients than its advertising, and has publicly denounced issues in the agriculture industry, such as the overuse of antibiotics on animals.

“A big television ad campaign would wipe out our marketing budget so we have to take a very different approach to marketing,” said Chipotle’s chief marketing and development officer Mark Crumpacker. “What we wanted to do was create entertainment first that would engage people on these issues. Whether they figure out or not that Chipotle has anything to do with it and they come out caring a little bit more about where food comes from, or realizing that they never knew that, that indirectly benefits Chipotle. Of course, that’s a very long-term game we’re playing there in terms of changing people’s perceptions of food.”

Branded entertainment and content marketing is everywhere now, but Chipotle has been breaking ground over the last two years with a strategy that seeks to build an emotional connection to its brand by creating educational and discussion-driven content. Two short animated videos about how its food is prepared, “Back to the Start,” and “The Scarecrow,” featuring songs by Willie Nelson and Fiona Apple, generated a combined 20 million YouTube views. The company will now test new waters with long-form entertainment.

“Chipotle has really figured out what they want to say to a certain group of consumers and they’re looking at new ways to say that,” said Jackie Kulesza, a senior vice president at the ad-buying firm Starcom. “This is an area where we’re seeing a great amount of creative attention being paid. Certainly, innovative product placement has been going on in television and in the digital space for a while. But what they’re doing is absolutely on brand and it’s interesting that they’re focusing on these things first before a more mass media strategy.”

Although Chipotle is not the first company to venture into this territory, its approach is more subtle and ambitious than some of the other product-oriented brands that have made the transition from creating ads to creating entertainment. Subway, for example, produced the Hulu comedy hit "The 4 to 9ers," which featured people working at the sandwich shop. Ikea was successful with Illeana Douglas’ “Easy to Assemble,” in which she quit her Hollywood career to work at an Ikea store. Jason Bateman and Will Arnett starred in and produced three shorts for Wrigley’s Orbit gum brand, which featured a lot of gum-chewing.

“We've seen a lot of the ad industry going after branded entertainment funds and avenues,” said Tim Piper, co-founder of Piro and director of the series. “The difference with Chipotle is the collaboration between agency creatives who spent their lives creating great ads and Hollywood creatives who have spent their lives creating great stories. We don’t see many of them teaming up and working on a project together.”

The impact of directly placing or integrating products into the content of a TV show or movie is certainly more easily measurable than the strategy Chipotle has taken, said Daniel Rosenberg, co-founder of Piro.

“But I don’t think you can compare the value to the audience, especially when you’re giving them something at this high production value,” he said. “You’re entertaining them, rather than interrupting them. You’re adding value to their lives. We hope more brands move in this direction. It’s about having an important thing to say.”

“Farmed and Dangerous” will be presented weekly on Hulu and Hulu Plus, beginning on Monday.


Chipotle’s comedy series is a new way to brand, but not all are amused

Chipotle is known for shaking things up, from the Denver restaurant chain’s use of sustainable, locally-produced ingredients to its quirky advertising.

But its latest marketing campaign makes previous ones look quaint by comparison.

Chipotle’s “Farmed and Dangerous,” a four-episode original comedy series that debuted on Hulu on Feb. 17, barely mentions the fast-casual Mexican chain at all.

Instead it presents a narrative that criticizes industrial farming practices while extolling the virtues of small-scale, progressive growers.

But whether it’s sarcasm or satire, principle or propaganda, its bold twist on product integration isn’t sitting well with some Colorado ranchers &mdash even as it brings national attention to the company.

“Chipotle’s theory is that the way they tie their brand back into this show is not through product placement, but through the public relations and media that surrounds it,” said Daniel Rosenberg, co-founder of Piro, which created and produced the series, over the phone from New York. “They’re not simply shoving the product name down your throat, they’re creating a dialogue around the subject.”

The 22-minute pilot traces the fallout at fictional corporation Animoil after a video of an exploding cow goes viral, pitting boss Buck Marshall (Ray Wise) and his daughter Sophia (Karynn Moore) against rakish activist Chip (John Sloan).

“People in this country are not being fed very well and they’re not as healthy because of it,” said Wise, whose acting credits include “Twin Peaks” and “Mad Men.” “In some ways it’s an even more important issue than global warming.”

“Farmed and Dangerous,” which cost about $250,000 per episode, according to the New York Times, comes on the heels of Chipotle’s other experiments in non-traditional advertising, including 2011’s “Back to the Start” and 2013’s “The Scarecrow.”

Both short films feature big-name soundtracks (provided by Willie Nelson and Fiona Apple, respectively) and animated characters who wistfully yearn for mom-and-pop food operations before starting their own.

Compared to most ad campaigns, they’re thoughtful, high-concept projects with an emphasis on nuance and artistic vision. And the message certainly got out: the two videos have racked up more than 20 million YouTube views.

But with tie-in video games, trivia contests and direct links to Chipotle’s in-house Cultivate Foundation, critics say they’re also calculated sales messages that recall both the early days of television (think Kraft Television Theatre) and the sophisticated image-tending that “Farmed and Dangerous” satirizes.

“In the boardrooms of Madison Avenue, they call it ‘values branding:’ a marketing strategy in which a company tries to instill a feeling of righteousness in the customers who buy its products,” wrote Ted Sheely on the Truth About Trade & Technology site. “But what kind of values would inspire a corporation to wage a smear campaign against America’s farmers?”

Sheely, a farmer and board member on various California farming organizations, disagrees with Chipotle’s stance that genetically-modified crops are dangerous. He compares Chipotle’s latest “ploy” to a Super Bowl commercial that makes consumers feel morally superior while tearing down the competition.

“I object to the broad strokes,” said Jo Stanko, who runs a 2,000-acre, fifth-generation cattle ranch outside of Steamboat Springs. “It’s a conversation we need to be having, but it shouldn’t be to the benefit of just one company.”

Chipotle countered that it works with thousands of farmers and ranchers and is not ignoring their concerns.

“We have nothing but the utmost respect for them,” said Chipotle spokesman Chris Arnold. “They make hard decisions based on what’s best for their farm or their family, and we make our decisions based on what we think is best for our business.”

Founded in Denver in 1993, Chipotle operates more than 1,500 restaurants worldwide. Analysts estimate its stock-market value at more than $15 billion .

Regardless of politics, the show blurs the line between advertising and entertainment. But its inherent quality and compatibility with Chipotle’s message ought to quiet fears of other brands becoming content producers, according to Piro’s Rosenberg.

“Some people think this is the devil,” he said. “’Oh, a brand creating entertainment? This is the end of the world as we know it!’ But people who have seen the finished product know we’re telling a creative story.”

If the series is successful, viewers can expect even more.

“I don’t think it feels branded in the slightest,” said Rosenberg. “On Hulu it sits next to other premium content &mdash unlike user-generated content on YouTube. And Hulu has a free version, unlike Netflix or Amazon. So we’ve got the widest possible audience and the best of every world.”


Voir la vidéo: Huorat - Virolainen TV sarja, 2018 (Décembre 2021).