Nouvelles recettes

Dormez dans le luxe sur un lit de 9 000 $ dans ce Tokyo Nap Café

Dormez dans le luxe sur un lit de 9 000 $ dans ce Tokyo Nap Café

Les clients peuvent savourer un café décaféiné avant de dormir et auront droit à une tasse de café ordinaire après le réveil

Le café éphémère est équipé de 10 lits pour la sieste des clients.

En ce qui concerne les cafés à thème, Tokyo a tout pour plaire - la ville a accueilli des pop-ups dédiés à tout, de Mon petit Poney à Super mario. Le dernier pop-up de Tokyo a transformé un café local en un monde de rêve, et c'est parfait pour les somnolents perpétuels.

En l'honneur de la Journée mondiale du sommeil (qui a eu lieu le 17 mars), Nescafé et France Bed Co. ont collaboré pour lancer un café de la sieste au Nescafé Harajuku, RocketNews24 signalé.

Au Nescafé x France Bed Sleep Café, les clients peuvent faire une sieste de deux heures dans trois types de lits inclinables électriques de luxe, dont le « Bosutesso BO-08 », qui coûte environ 8 694 $, et le « RP1000DLX », qui coûte environ 1 065 $. À chaque lit, les visiteurs peuvent contrôler les paramètres d'éclairage en mode « détente » et écouter de la musique sur un baladeur Sony.

Pour découvrir le café, les clients doivent acheter au moins un aliment du menu régulier de Nescafé Harajuku.

Si vous êtes à Tokyo et que vous cherchez à vous ressourcer pendant la journée, le nap café sera ouvert jusqu'au 26 mars.

Pour en savoir plus sur le pop-up café Chanel à Tokyo, cliquez ici.


Neko JaLaLa Cat Café, Akihabara, Tokyo

Lorsque nous cherchions des choses folles et merveilleuses à faire à Tokyo, nous avons entendu parler des cafés pour chats. À Tokyo, où les appartements ressemblent davantage à un dressing américain, les résidents ne sont souvent pas en mesure de garder des animaux de compagnie. En fait, le style de vie de Tokyo est tel que l'on travaille jusqu'à 21 heures (ou plus tard), mange un morceau et rentre souvent chez soi pour dormir. La plupart des divertissements, des repas et de la détente se déroulent à l'extérieur de la maison - et c'est là qu'interviennent les cafés pour chats. Dans une ville pleine de monde où l'on surfe presque à corps perdu dans le métro tous les jours, les gens ont besoin d'un lieu de répit. Et presque rien n'est aussi apaisant que de passer du temps avec des animaux… lire un livre et avoir un chat blotti à côté de vous… et c'est pourquoi les gens viennent dans les cafés pour chats. Nous sommes arrivés vers 17h30 un lundi pour voir de quoi il s'agissait.

Juste au détour du quartier de l'électronique et de l'anime d'Akihabara à Tokyo se trouve le Neko JaLaLa Cat Café. En fait, neko = chat en japonais et huit des créatures à fourrure résident derrière la poignée de porte en laiton de Neko JaLaLa. Nous avons eu un peu de mal à le trouver au départ, car le site Web n'avait pas d'adresse officielle (du moins pas en anglais), mais ne vous inquiétez pas… le propriétaire était super serviable au téléphone et nous a en fait expliqué les directions pendant que nous marchions de la station de métro. Parfait !

Nous avons ensuite été accueillis à la porte par le propriétaire qui nous a chaleureusement invités à rencontrer les chatons. Alors que je sirotais un thé glacé au gingembre et au citron, j'ai commencé à regarder autour de moi. En partie aire de jeux pour chats et en partie café, il y avait des chats sur des bibliothèques… dans des lits de chat en peluche… sur des tabourets… sur des arbres à chat tapissés et tapissant les murs. Il y avait… sur un repose-pieds… le plus gros Maine Coon que j'aie jamais vu et je doute sérieusement d'en voir un plus gros. Il avait la taille d'un chien et avait un air plutôt sans humour. Un Persan orange avec un visage écrasé a dormi et s'est étiré et a dormi un peu plus. Un Scottish Fold tigré s'est réveillé d'une sieste et nous a regardé d'un œil. Et « Jack », un chat noir, également connu comme le gérant des lieux, s'est approché de nous comme pour nous accueillir dans son humble exploitation.

Un café rempli de chats peut sembler déconnecté dans une ville si soucieuse de la propreté… où même les toilettes publiques ont des désinfectants liquides à l'intérieur des stalles, masquant la musique pour cacher l'embarras gênant d'avoir votre miction entendue par d'autres et des bidets d'eau chaude à bouton-poussoir . Mais en fait, Neko JaLaLa était assez propre et hygiénique… avec des chaussures retirées à la porte (courantes dans les maisons privées mais pas nécessairement dans les espaces publics), des sacs placés dans des casiers et des mains désinfectées avec un processus en 2 étapes. Et ce n'est qu'alors que l'on rencontre les chatons.

Nous étions un peu timides au début, mais nous nous sommes vite mis dans le bain à l'aide d'un panier de jouets. Tous les chatons étaient amicaux… même le féroce Maine Coon. (Assurez-vous de demander les bios du chat - ils ont en japonais et en anglais). Tous les félins étaient sympathiques, mais nous avons remarqué que certains clients semblaient se lier de manière unique avec certains chats. Par exemple, des chatons qui ne montraient qu'un intérêt passager pour moi, se sont accrochés à un voisin et lui ont tenu compagnie tout le temps. Mon préféré était une Abyssin coquette au visage rond nommé Anne qui aimait jouer et se blottir et chasser la ficelle, peu importe où ou à quelle hauteur elle était suspendue.

Quand nous avons décidé qu'il était temps de partir, j'ai réalisé que j'avais un sourire sur mon visage, un ressort dans ma démarche et que la sensation de douleur dans mon cou était atténuée. Hé, peut-être qu'il y a vraiment quelque chose dans cette idée de thérapie féline. Laissons aux Japonais le soin de surpasser le reste d'entre nous non seulement sur la gentillesse, mais aussi sur la détente ! Ronrrr……rrrr……rrrr.

(2 thés glacés + 2 personnes 1,5 heures dans le café était de 26 $ USD)

Neko JaLaLa
Akihabara, Tokyo, Japon
À 2 minutes à pied de l'arrêt Suehirocho du métro de Tokyo
Téléphone : +81 (0)3 3258 2525
Ouvert de 11h à 19h


Neko JaLaLa Cat Café, Akihabara, Tokyo

Lorsque nous cherchions des choses folles et merveilleuses à faire à Tokyo, nous avons entendu parler des cafés pour chats. À Tokyo, où les appartements ressemblent davantage à un dressing américain, les résidents ne sont souvent pas en mesure de garder des animaux de compagnie. En fait, le style de vie de Tokyo est tel que l'on travaille jusqu'à 21 heures (ou plus tard), mange un morceau et rentre souvent chez soi pour dormir. La plupart des divertissements, des repas et de la détente se déroulent à l'extérieur de la maison - et c'est là qu'interviennent les cafés pour chats. Dans une ville pleine de monde où l'on surfe presque à corps perdu dans le métro tous les jours, les gens ont besoin d'un lieu de répit. Et presque rien n'est aussi apaisant que de passer du temps avec des animaux… lire un livre et avoir un chat blotti à côté de vous… et c'est pourquoi les gens viennent dans les cafés pour chats. Nous sommes arrivés vers 17h30 un lundi pour voir de quoi il s'agissait.

Juste au détour du quartier de l'électronique et de l'anime d'Akihabara à Tokyo se trouve le Neko JaLaLa Cat Café. En fait, neko = chat en japonais et huit des créatures à fourrure résident derrière la poignée de porte en laiton de Neko JaLaLa. Nous avons eu un peu de mal à le trouver au départ, car le site Web n'avait pas d'adresse officielle (du moins pas en anglais), mais ne vous inquiétez pas… le propriétaire était super serviable au téléphone et nous a en fait expliqué les directions pendant que nous marchions de la station de métro. Parfait !

Nous avons ensuite été accueillis à la porte par le propriétaire qui nous a chaleureusement invités à rencontrer les chatons. Alors que je sirotais un thé glacé au gingembre et au citron, j'ai commencé à regarder autour de moi. En partie aire de jeux pour chats et en partie café, il y avait des chats sur des bibliothèques… dans des lits de chat en peluche… sur des tabourets… sur des arbres à chat rembourrés et tapissant les murs. Il y avait… sur un repose-pieds… le plus gros Maine Coon que j'aie jamais vu et je doute sérieusement d'en voir un plus gros. Il avait la taille d'un chien et avait un air plutôt sans humour. Un Persan orange avec un visage écrasé a dormi et s'est étiré et a dormi un peu plus. Un Scottish Fold tigré s'est réveillé d'une sieste et nous a regardé d'un œil. Et « Jack », un chat noir, aussi connu comme le gérant des lieux, s'est approché de nous comme pour nous accueillir dans son humble exploitation.

Un café rempli de chats peut sembler déconnecté dans une ville si soucieuse de la propreté… où même les toilettes publiques ont des désinfectants liquides à l'intérieur des stalles, masquant la musique pour cacher l'embarras gênant d'avoir votre miction entendue par d'autres et des bidets d'eau chaude à bouton-poussoir . Mais en fait, Neko JaLaLa était assez propre et hygiénique… avec des chaussures retirées à la porte (courantes dans les maisons privées mais pas nécessairement dans les espaces publics), des sacs placés dans des casiers et des mains désinfectées avec un processus en 2 étapes. Et ce n'est qu'alors que l'on rencontre les chatons.

Nous étions un peu timides au début, mais nous nous sommes vite mis dans le bain à l'aide d'un panier de jouets. Tous les chatons étaient amicaux… même le féroce Maine Coon. (Assurez-vous de demander les bios du chat - ils ont en japonais et en anglais). Tous les félins étaient sympathiques, mais nous avons remarqué que certains clients semblaient se lier de manière unique avec certains chats. Par exemple, des chatons qui ne montraient qu'un intérêt passager pour moi, se sont accrochés à un voisin et lui ont tenu compagnie tout le temps. Mon préféré était une Abyssin coquette au visage rond nommé Anne qui aimait jouer et se blottir et chasser la ficelle, peu importe où ou à quelle hauteur elle était suspendue.

Quand nous avons décidé qu'il était temps de partir, j'ai réalisé que j'avais un sourire sur mon visage, un ressort dans ma démarche et que la sensation de douleur dans mon cou était atténuée. Hé, peut-être qu'il y a vraiment quelque chose dans cette idée de thérapie féline. Laissons aux Japonais le soin de surpasser le reste d'entre nous non seulement sur la gentillesse, mais aussi sur la relaxation ! Ronrrr……rrrr……rrrr.

(2 thés glacés + 2 personnes 1,5 heures dans le café était de 26 $ USD)

Neko JaLaLa
Akihabara, Tokyo, Japon
À 2 minutes à pied de l'arrêt Suehirocho du métro de Tokyo
Téléphone : +81 (0)3 3258 2525
Ouvert de 11h à 19h


Neko JaLaLa Cat Café, Akihabara, Tokyo

Lorsque nous cherchions des choses folles et merveilleuses à faire à Tokyo, nous avons entendu parler des cafés pour chats. À Tokyo, où les appartements ressemblent davantage à un dressing américain, les résidents ne sont souvent pas en mesure de garder des animaux de compagnie. En fait, le style de vie de Tokyo est tel que l'on travaille jusqu'à 21 heures (ou plus tard), mange un morceau et rentre souvent chez soi pour dormir. La plupart des divertissements, des repas et de la détente se déroulent à l'extérieur de la maison - et c'est là qu'interviennent les cafés pour chats. Dans une ville pleine de monde où l'on surfe presque à corps perdu dans le métro tous les jours, les gens ont besoin d'un lieu de répit. Et presque rien n'est aussi apaisant que de passer du temps avec des animaux… lire un livre et avoir un chat blotti à côté de vous… et c'est pourquoi les gens viennent dans les cafés pour chats. Nous sommes arrivés vers 17h30 un lundi pour voir de quoi il s'agissait.

Juste au détour du quartier de l'électronique et de l'anime d'Akihabara à Tokyo se trouve le Neko JaLaLa Cat Café. En fait, neko = chat en japonais et huit des créatures à fourrure résident derrière la poignée de porte en laiton de Neko JaLaLa. Nous avons eu un peu de mal à le trouver au départ, car le site Web n'avait pas d'adresse officielle (du moins pas en anglais), mais ne vous inquiétez pas… le propriétaire était super serviable au téléphone et nous a en fait expliqué les directions pendant que nous marchions de la station de métro. Parfait !

Nous avons ensuite été accueillis à la porte par le propriétaire qui nous a chaleureusement invités à rencontrer les chatons. Alors que je sirotais un thé glacé au gingembre et au citron, j'ai commencé à regarder autour de moi. En partie aire de jeux pour chats et en partie café, il y avait des chats sur des bibliothèques… dans des lits de chat en peluche… sur des tabourets… sur des arbres à chat rembourrés et tapissant les murs. Il y avait… sur un repose-pieds… le plus gros Maine Coon que j'aie jamais vu et je doute sérieusement d'en voir un plus gros. Il avait la taille d'un chien et avait un air plutôt sans humour. Un Persan orange avec un visage écrasé a dormi et s'est étiré et a dormi un peu plus. Un Scottish Fold tigré s'est réveillé d'une sieste et nous a regardé d'un œil. Et « Jack », un chat noir, aussi connu comme le gérant des lieux, s'est approché de nous comme pour nous accueillir dans son humble exploitation.

Un café rempli de chats peut sembler une déconnexion dans une ville si soucieuse de la propreté… où même les toilettes publiques ont des désinfectants liquides à l'intérieur des stalles, masquant la musique pour cacher l'embarras gênant d'avoir votre miction entendue par d'autres et des bidets d'eau chaude à bouton-poussoir . Mais en fait, Neko JaLaLa était assez propre et hygiénique… avec des chaussures retirées à la porte (courantes dans les maisons privées mais pas nécessairement dans les espaces publics), des sacs placés dans des casiers et des mains désinfectées avec un processus en 2 étapes. Et ce n'est qu'alors que l'on rencontre les chatons.

Nous étions un peu timides au début, mais nous nous sommes vite mis dans le bain à l'aide d'un panier de jouets. Tous les chatons étaient amicaux… même le féroce Maine Coon. (Assurez-vous de demander les bios du chat - ils ont en japonais et en anglais). Tous les félins étaient sympathiques, mais nous avons remarqué que certains clients semblaient se lier de manière unique avec certains chats. Par exemple, des chatons qui ne montraient qu'un intérêt passager pour moi, se sont accrochés à un voisin et lui ont tenu compagnie tout le temps. Mon préféré était une Abyssin coquette au visage rond nommé Anne qui aimait jouer et se blottir et chasser la ficelle, peu importe où ou à quelle hauteur elle était suspendue.

Quand nous avons décidé qu'il était temps de partir, j'ai réalisé que j'avais un sourire sur mon visage, un ressort dans ma démarche et que la sensation de douleur dans mon cou était atténuée. Hé, peut-être qu'il y a vraiment quelque chose dans cette idée de thérapie féline. Laissons aux Japonais le soin de surpasser le reste d'entre nous non seulement sur la gentillesse, mais aussi sur la détente ! Ronrrr……rrrr……rrrr.

(2 thés glacés + 2 personnes 1,5 heures dans le café était de 26 $ USD)

Neko JaLaLa
Akihabara, Tokyo, Japon
À 2 minutes à pied de l'arrêt Suehirocho du métro de Tokyo
Téléphone : +81 (0)3 3258 2525
Ouvert de 11h à 19h


Neko JaLaLa Cat Café, Akihabara, Tokyo

Lorsque nous cherchions des choses folles et merveilleuses à faire à Tokyo, nous avons entendu parler des cafés pour chats. À Tokyo, où les appartements ressemblent davantage à un dressing américain, les résidents ne sont souvent pas en mesure de garder des animaux de compagnie. En fait, le style de vie de Tokyo est tel que l'on travaille jusqu'à 21 heures (ou plus tard), mange un morceau et rentre souvent chez soi pour dormir. La plupart des divertissements, des repas et de la détente se déroulent à l'extérieur de la maison - et c'est là qu'interviennent les cafés pour chats. Dans une ville pleine de monde où l'on surfe presque à corps perdu dans le métro tous les jours, les gens ont besoin d'un lieu de répit. Et presque rien n'est aussi apaisant que de passer du temps avec des animaux… lire un livre et avoir un chat blotti à côté de vous… et c'est pourquoi les gens viennent dans les cafés pour chats. Nous sommes arrivés vers 17h30 un lundi pour voir de quoi il s'agissait.

Juste au détour du quartier de l'électronique et de l'anime d'Akihabara à Tokyo se trouve le Neko JaLaLa Cat Café. En fait, neko = chat en japonais et huit des créatures à fourrure résident derrière la poignée de porte en laiton de Neko JaLaLa. Nous avons eu un peu de mal à le trouver au départ, car le site Web n'avait pas d'adresse officielle (du moins pas en anglais), mais ne vous inquiétez pas… le propriétaire était super serviable au téléphone et nous a en fait expliqué les directions pendant que nous marchions de la station de métro. Parfait !

Nous avons ensuite été accueillis à la porte par le propriétaire qui nous a chaleureusement invités à rencontrer les chatons. Alors que je sirotais un thé glacé au gingembre et au citron, j'ai commencé à regarder autour de moi. En partie aire de jeux pour chats et en partie café, il y avait des chats sur des bibliothèques… dans des lits de chat en peluche… sur des tabourets… sur des arbres à chat tapissés et tapissant les murs. Il y avait… sur un repose-pieds… le plus gros Maine Coon que j'aie jamais vu et je doute sérieusement d'en voir un plus gros. Il avait la taille d'un chien et avait un air plutôt sans humour. Un Persan orange avec un visage écrasé a dormi et s'est étiré et a dormi un peu plus. Un Scottish Fold tigré s'est réveillé d'une sieste et nous a regardé d'un œil. Et « Jack », un chat noir, aussi connu comme le gérant des lieux, s'est approché de nous comme pour nous accueillir dans son humble exploitation.

Un café rempli de chats peut sembler déconnecté dans une ville si soucieuse de la propreté… où même les toilettes publiques ont des désinfectants liquides à l'intérieur des stalles, masquant la musique pour cacher l'embarras gênant d'avoir votre miction entendue par d'autres et des bidets d'eau chaude à bouton-poussoir . Mais en fait, Neko JaLaLa était assez propre et hygiénique… avec des chaussures retirées à la porte (courantes dans les maisons privées mais pas nécessairement dans les espaces publics), des sacs placés dans des casiers et des mains désinfectées avec un processus en 2 étapes. Et ce n'est qu'alors que l'on rencontre les chatons.

Nous étions un peu timides au début, mais nous nous sommes vite mis dans le bain à l'aide d'un panier de jouets. Tous les chatons étaient amicaux… même le féroce Maine Coon. (Assurez-vous de demander les bios du chat - ils ont en japonais et en anglais). Tous les félins étaient sympathiques, mais nous avons remarqué que certains clients semblaient se lier de manière unique avec certains chats. Par exemple, des chatons qui ne montraient qu'un intérêt passager pour moi, se sont accrochés à un voisin et lui ont tenu compagnie tout le temps. Mon préféré était une Abyssin coquette au visage rond nommé Anne qui aimait jouer et se blottir et chasser la ficelle, peu importe où et à quelle hauteur elle était suspendue.

Quand nous avons décidé qu'il était temps de partir, j'ai réalisé que j'avais un sourire sur mon visage, un ressort dans ma démarche et que la sensation de douleur dans mon cou était atténuée. Hé, peut-être qu'il y a vraiment quelque chose dans cette idée de thérapie féline. Laissons aux Japonais le soin de surpasser le reste d'entre nous non seulement sur la gentillesse, mais aussi sur la relaxation ! Ronrrr……rrrr……rrrr.

(2 thés glacés + 2 personnes 1,5 heures dans le café était de 26 $ USD)

Neko JaLaLa
Akihabara, Tokyo, Japon
À 2 minutes à pied de l'arrêt Suehirocho du métro de Tokyo
Téléphone : +81 (0)3 3258 2525
Ouvert de 11h à 19h


Neko JaLaLa Cat Café, Akihabara, Tokyo

Lorsque nous cherchions des choses folles et merveilleuses à faire à Tokyo, nous avons entendu parler des cafés pour chats. À Tokyo, où les appartements ressemblent davantage à un dressing américain, les résidents ne sont souvent pas en mesure de garder des animaux de compagnie. En fait, le style de vie de Tokyo est tel que l'on travaille jusqu'à 21 heures (ou plus tard), mange un morceau et rentre souvent chez soi pour dormir. La plupart des divertissements, des repas et de la détente se déroulent à l'extérieur de la maison - et c'est là qu'interviennent les cafés pour chats. Dans une ville pleine de monde où l'on surfe presque à corps perdu dans le métro tous les jours, les gens ont besoin d'un lieu de répit. Et presque rien n'est aussi apaisant que de passer du temps avec des animaux… lire un livre et avoir un chat blotti à côté de vous… et c'est pourquoi les gens viennent dans les cafés pour chats. Nous sommes arrivés vers 17h30 un lundi pour voir de quoi il s'agissait.

Juste au détour du quartier de l'électronique et de l'anime d'Akihabara à Tokyo se trouve le Neko JaLaLa Cat Café. En fait, neko = chat en japonais et huit des créatures à fourrure résident derrière la poignée de porte en laiton de Neko JaLaLa. Nous avons eu un peu de mal à le trouver au départ, car le site Web n'avait pas d'adresse officielle (du moins pas en anglais), mais ne vous inquiétez pas… le propriétaire était super serviable au téléphone et nous a en fait expliqué les directions pendant que nous marchions de la station de métro. Parfait !

Nous avons ensuite été accueillis à la porte par le propriétaire qui nous a chaleureusement invités à rencontrer les chatons. Alors que je sirotais un thé glacé au gingembre et au citron, j'ai commencé à regarder autour de moi. En partie aire de jeux pour chats et en partie café, il y avait des chats sur des bibliothèques… dans des lits de chat en peluche… sur des tabourets… sur des arbres à chat tapissés et tapissant les murs. Il y avait… sur un repose-pieds… le plus gros Maine Coon que j'aie jamais vu et je doute sérieusement d'en voir un plus gros. Il avait la taille d'un chien et avait un air plutôt sans humour. Un Persan orange avec un visage écrasé a dormi et s'est étiré et a dormi un peu plus. Un Scottish Fold tigré s'est réveillé d'une sieste et nous a regardé d'un œil. Et « Jack », un chat noir, également connu comme le gérant des lieux, s'est approché de nous comme pour nous accueillir dans son humble exploitation.

Un café rempli de chats peut sembler déconnecté dans une ville si soucieuse de la propreté… où même les toilettes publiques ont des désinfectants liquides à l'intérieur des stalles, masquant la musique pour cacher l'embarras gênant d'avoir votre miction entendue par d'autres et des bidets d'eau chaude à bouton-poussoir . Mais en fait, Neko JaLaLa était assez propre et hygiénique… avec des chaussures retirées à la porte (courantes dans les maisons privées mais pas nécessairement dans les espaces publics), des sacs placés dans des casiers et des mains désinfectées avec un processus en 2 étapes. Et ce n'est qu'alors que l'on rencontre les chatons.

Nous étions un peu timides au début, mais nous nous sommes vite mis dans le bain à l'aide d'un panier de jouets. Tous les chatons étaient amicaux… même le féroce Maine Coon. (Assurez-vous de demander les bios du chat - ils ont en japonais et en anglais). Tous les félins étaient sympathiques, mais nous avons remarqué que certains clients semblaient se lier de manière unique avec certains chats. Par exemple, des chatons qui ne montraient qu'un intérêt passager pour moi, se sont accrochés à un voisin et lui ont tenu compagnie tout le temps. Mon préféré était une Abyssin coquette au visage rond nommé Anne qui aimait jouer et se blottir et chasser la ficelle, peu importe où et à quelle hauteur elle était suspendue.

Quand nous avons décidé qu'il était temps de partir, j'ai réalisé que j'avais un sourire sur mon visage, un ressort dans ma démarche et que la sensation de douleur dans mon cou était atténuée. Hé, peut-être qu'il y a vraiment quelque chose dans cette idée de thérapie féline. Laissons aux Japonais le soin de surpasser le reste d'entre nous non seulement sur la gentillesse, mais aussi sur la relaxation ! Ronrrr……rrrr……rrrr.

(2 thés glacés + 2 personnes 1,5 heures dans le café était de 26 $ USD)

Neko JaLaLa
Akihabara, Tokyo, Japon
À 2 minutes à pied de l'arrêt Suehirocho du métro de Tokyo
Téléphone : +81 (0)3 3258 2525
Ouvert de 11h à 19h


Neko JaLaLa Cat Café, Akihabara, Tokyo

Lorsque nous cherchions des choses folles et merveilleuses à faire à Tokyo, nous avons entendu parler des cafés pour chats. À Tokyo, où les appartements ressemblent davantage à un dressing américain, les résidents ne sont souvent pas en mesure de garder des animaux de compagnie. En fait, le style de vie de Tokyo est tel que l'on travaille jusqu'à 21 heures (ou plus tard), mange un morceau et rentre souvent chez soi pour dormir. La plupart des divertissements, des repas et de la détente se déroulent à l'extérieur de la maison - et c'est là qu'interviennent les cafés pour chats. Dans une ville pleine de monde où l'on surfe presque à corps perdu dans le métro tous les jours, les gens ont besoin d'un lieu de répit. Et presque rien n'est aussi apaisant que de passer du temps avec les animaux… lire un livre et avoir un chat blotti à côté de vous… et c'est pourquoi les gens viennent dans les cafés pour chats. Nous sommes arrivés vers 17h30 un lundi pour voir de quoi il s'agissait.

Juste au détour du quartier de l'électronique et de l'anime d'Akihabara à Tokyo se trouve le Neko JaLaLa Cat Café. En fait, neko = chat en japonais et huit des créatures à fourrure résident derrière la poignée de porte en laiton de Neko JaLaLa. Nous avons eu un peu de mal à le trouver au départ, car le site Web n'avait pas d'adresse officielle (du moins pas en anglais), mais ne vous inquiétez pas… le propriétaire était super serviable au téléphone et nous a en fait expliqué les directions pendant que nous marchions de la station de métro. Parfait !

Nous avons ensuite été accueillis à la porte par le propriétaire qui nous a chaleureusement invités à rencontrer les chatons. Alors que je sirotais un thé glacé au gingembre et au citron, j'ai commencé à regarder autour de moi. En partie aire de jeux pour chats et en partie café, il y avait des chats sur des bibliothèques… dans des lits de chat en peluche… sur des tabourets… sur des arbres à chat tapissés et tapissant les murs. Il y avait… sur un repose-pieds… le plus gros Maine Coon que j'aie jamais vu et je doute sérieusement d'en voir un plus gros. Il avait la taille d'un chien et avait un air plutôt sans humour. Un Persan orange avec un visage écrasé a dormi et s'est étiré et a dormi un peu plus. Un Scottish Fold tigré s'est réveillé d'une sieste et nous a regardé d'un œil. Et « Jack », un chat noir, également connu comme le gérant des lieux, s'est approché de nous comme pour nous accueillir dans son humble exploitation.

Un café rempli de chats peut sembler déconnecté dans une ville si soucieuse de la propreté… où même les toilettes publiques ont des désinfectants liquides à l'intérieur des stalles, masquant la musique pour cacher l'embarras gênant d'avoir votre miction entendue par d'autres et des bidets d'eau chaude à bouton-poussoir . Mais en fait, Neko JaLaLa était assez propre et hygiénique… avec des chaussures retirées à la porte (courantes dans les maisons privées mais pas nécessairement dans les espaces publics), des sacs placés dans des casiers et des mains désinfectées avec un processus en 2 étapes. Et ce n'est qu'alors que l'on rencontre les chatons.

Nous étions un peu timides au début, mais nous nous sommes vite mis dans le bain à l'aide d'un panier de jouets. Tous les chatons étaient amicaux… même le féroce Maine Coon. (Assurez-vous de demander les bios du chat - ils ont en japonais et en anglais). Tous les félins étaient sympathiques, mais nous avons remarqué que certains clients semblaient se lier de manière unique avec certains chats. Par exemple, des chatons qui ne montraient qu'un intérêt passager pour moi, se sont accrochés à un voisin et lui ont tenu compagnie tout le temps. Mon préféré était une Abyssin coquette au visage rond nommé Anne qui aimait jouer et se blottir et chasser la ficelle, peu importe où et à quelle hauteur elle était suspendue.

Quand nous avons décidé qu'il était temps de partir, j'ai réalisé que j'avais un sourire sur mon visage, un ressort dans ma démarche et que la sensation de douleur dans mon cou était atténuée. Hé, peut-être qu'il y a vraiment quelque chose dans cette idée de thérapie féline. Laissons aux Japonais le soin de surpasser le reste d'entre nous non seulement sur la gentillesse, mais aussi sur la détente ! Ronrrr……rrrr……rrrr.

(2 thés glacés + 2 personnes 1,5 heures dans le café était de 26 $ USD)

Neko JaLaLa
Akihabara, Tokyo, Japon
À 2 minutes à pied de l'arrêt Suehirocho du métro de Tokyo
Téléphone : +81 (0)3 3258 2525
Ouvert de 11h à 19h


Neko JaLaLa Cat Café, Akihabara, Tokyo

Lorsque nous cherchions des choses folles et merveilleuses à faire à Tokyo, nous avons entendu parler des cafés pour chats. À Tokyo, où les appartements ressemblent davantage à un dressing américain, les résidents ne sont souvent pas en mesure de garder des animaux de compagnie. En fait, le style de vie de Tokyo est tel que l'on travaille jusqu'à 21 heures (ou plus tard), mange un morceau et rentre souvent chez soi pour dormir. La plupart des divertissements, des repas et de la détente se déroulent à l'extérieur de la maison - et c'est là qu'interviennent les cafés pour chats. Dans une ville pleine de monde où l'on surfe presque à corps perdu dans le métro tous les jours, les gens ont besoin d'un lieu de répit. Et presque rien n'est aussi apaisant que de passer du temps avec des animaux… lire un livre et avoir un chat blotti à côté de vous… et c'est pourquoi les gens viennent dans les cafés pour chats. Nous sommes arrivés vers 17h30 un lundi pour voir de quoi il s'agissait.

Juste au détour du quartier de l'électronique et de l'anime d'Akihabara à Tokyo se trouve le Neko JaLaLa Cat Café. En fait, neko = chat en japonais et huit des créatures à fourrure résident derrière la poignée de porte en laiton de Neko JaLaLa. Nous avons eu un peu de mal à le trouver au départ, car le site Web n'avait pas d'adresse officielle (du moins pas en anglais), mais ne vous inquiétez pas… le propriétaire était super serviable au téléphone et nous a en fait expliqué les directions pendant que nous marchions de la station de métro. Parfait !

Nous avons ensuite été accueillis à la porte par le propriétaire qui nous a chaleureusement invités à rencontrer les chatons. Alors que je sirotais un thé glacé au gingembre et au citron, j'ai commencé à regarder autour de moi. En partie aire de jeux pour chats et en partie café, il y avait des chats sur des bibliothèques… dans des lits de chat en peluche… sur des tabourets… sur des arbres à chat tapissés et tapissant les murs. Il y avait… sur un repose-pieds… le plus gros Maine Coon que j'aie jamais vu et je doute sérieusement d'en voir un plus gros. Il avait la taille d'un chien et avait un air plutôt sans humour. Un Persan orange avec un visage écrasé a dormi et s'est étiré et a dormi un peu plus. Un Scottish Fold tigré s'est réveillé d'une sieste et nous a regardé d'un œil. Et « Jack », un chat noir, aussi connu comme le gérant des lieux, s'est approché de nous comme pour nous accueillir dans son humble exploitation.

Un café rempli de chats peut sembler déconnecté dans une ville si soucieuse de la propreté… où même les toilettes publiques ont des désinfectants liquides à l'intérieur des stalles, masquant la musique pour cacher l'embarras gênant d'avoir votre miction entendue par d'autres et des bidets d'eau chaude à bouton-poussoir . Mais en fait, Neko JaLaLa était assez propre et hygiénique… avec des chaussures retirées à la porte (courantes dans les maisons privées mais pas nécessairement dans les espaces publics), des sacs placés dans des casiers et des mains désinfectées avec un processus en 2 étapes. Et ce n'est qu'alors que l'on rencontre les chatons.

Nous étions un peu timides au début, mais nous nous sommes vite mis dans le vif du sujet à l'aide d'un panier de jouets. Tous les chatons étaient amicaux… même le féroce Maine Coon. (Assurez-vous de demander les bios du chat - ils ont en japonais et en anglais). Tous les félins étaient sympathiques, mais nous avons remarqué que certains clients semblaient se lier de manière unique avec certains chats. Par exemple, des chatons qui ne montraient qu'un intérêt passager pour moi, se sont accrochés à un voisin et lui ont tenu compagnie tout le temps. Mon préféré était une Abyssin coquette au visage rond nommé Anne qui aimait jouer et se blottir et chasser la ficelle, peu importe où ou à quelle hauteur elle était suspendue.

Quand nous avons décidé qu'il était temps de partir, j'ai réalisé que j'avais un sourire sur mon visage, un ressort dans ma démarche et que la sensation de douleur dans mon cou était atténuée. Hé, peut-être qu'il y a vraiment quelque chose dans cette idée de thérapie féline. Laissons aux Japonais le soin de surpasser le reste d'entre nous non seulement sur la gentillesse, mais aussi sur la relaxation ! Ronrrr……rrrr……rrrr.

(2 thés glacés + 2 personnes 1,5 heures dans le café était de 26 $ USD)

Neko JaLaLa
Akihabara, Tokyo, Japon
À 2 minutes à pied de l'arrêt Suehirocho du métro de Tokyo
Téléphone : +81 (0)3 3258 2525
Ouvert de 11h à 19h


Neko JaLaLa Cat Café, Akihabara, Tokyo

Lorsque nous cherchions des choses folles et merveilleuses à faire à Tokyo, nous avons entendu parler des cafés pour chats. À Tokyo, où les appartements ressemblent davantage à un dressing américain, les résidents ne sont souvent pas en mesure de garder des animaux de compagnie. En fait, le style de vie de Tokyo est tel que l'on travaille jusqu'à 21 heures (ou plus tard), mange un morceau et rentre souvent chez soi pour dormir. La plupart des divertissements, des repas et de la détente se déroulent à l'extérieur de la maison - et c'est là qu'interviennent les cafés pour chats. Dans une ville pleine de monde où l'on surfe presque à corps perdu dans le métro tous les jours, les gens ont besoin d'un lieu de répit. Et presque rien n'est aussi apaisant que de passer du temps avec des animaux… lire un livre et avoir un chat blotti à côté de vous… et c'est pourquoi les gens viennent dans les cafés pour chats. Nous sommes arrivés vers 17h30 un lundi pour voir de quoi il s'agissait.

Juste au détour du quartier de l'électronique et de l'anime d'Akihabara à Tokyo se trouve le Neko JaLaLa Cat Café. En fait, neko = chat en japonais et huit des créatures à fourrure résident derrière la poignée de porte en laiton de Neko JaLaLa. Nous avons eu un peu de mal à le trouver au départ, car le site Web n'avait pas d'adresse officielle (du moins pas en anglais), mais ne vous inquiétez pas… le propriétaire était super serviable au téléphone et nous a en fait expliqué les directions pendant que nous marchions de la station de métro. Parfait !

Nous avons ensuite été accueillis à la porte par le propriétaire qui nous a chaleureusement invités à rencontrer les chatons. Alors que je sirotais un thé glacé au gingembre et au citron, j'ai commencé à regarder autour de moi. En partie aire de jeux pour chats et en partie café, il y avait des chats sur des bibliothèques… dans des lits de chat en peluche… sur des tabourets… sur des arbres à chat rembourrés et tapissant les murs. Il y avait… sur un repose-pieds… le plus gros Maine Coon que j'aie jamais vu et je doute sérieusement d'en voir un plus gros. Il avait la taille d'un chien et avait un air plutôt sans humour. Un Persan orange avec un visage écrasé a dormi et s'est étiré et a dormi un peu plus. A tabby Scottish Fold awoke from a nap and peered at us with one eye. And “Jack” a black cat, also known as the manager of the place, made his way over to us as if to welcome us to his humble operation.

A café full of cats may seem like a disconnect in a city so concerned with cleanliness…where even public toilets have liquid sanitizers inside stalls, masking music to hide the inconvenient embarrassment of having your urination heard by others and push-button warm-water bidets. But in fact Neko JaLaLa was quite tidy and hygienic…with shoes being removed at the door (common in private homes but not necessarily in public spaces), bags put up into cubby holes and hands sanitized with a 2-step process. And only then, does one get to meet the kitties.

We were a bit shy at first, but soon we got into the swing of things with the help of a basket of toys. All the kitties were friendly…even the ferocious looking Maine Coon. (Make sure to ask for the cat bios – they have in Japanese and English). All the felines were friendly but we did notice that some of the customers seemed to uniquely bond with certain cats. For example, kitties that only showed passing interest in me, latched on to a neighbour and kept him company the entire time. My favourite was a coquettish round-faced Abyssinian named Anne who loved to play and snuggle and chase the string no matter where or how high it was dangled.

When we decided it was time to leave, I realized I had a smile on my face, a spring in my step and that achy feeling in my neck was lessened. Hey, maybe there really is something to this idea of feline therapy. Leave it to the Japanese to outsmart the rest of us not only on cuteness, but also on relaxation! Purrrr……rrrr……rrrr.

(2 iced teas + 2 people 1.5 hours in the café was $26 USD)

Neko JaLaLa
Akihabara, Tokyo, Japan
2 minute walk from the Suehirocho stop on the Tokyo Metro
Telephone: +81 (0)3 3258 2525
Open 11am – 7pm


Neko JaLaLa Cat Café, Akihabara, Tokyo

When we were looking up wacky and wonderful things to do in Tokyo we learned about the cat cafes. In Tokyo, where flats are more like an American walk-in closet, residents are often not able to keep pets. In fact, the Tokyo lifestyle is such that one works until 9pm (or later), grabs a bite to eat and then often just heads home to sleep. Most entertainment, dining and relaxation happen outside the home – and this is where cat cafes come in. In a city packed with people where one nearly body surfs the subway everyday, people are in need of a place of respite. And almost nothing is as soothing as spending time with animals…reading a book and having a cat curl up beside you…and this is why people come to cat cafés. We dropped in around 5:30pm on a Monday to see what it was all about.

Just around the bend from the electronics and anime district of Akihabara in Tokyo lies Neko JaLaLa Cat Café. Actually neko = cat in Japanese and eight of the furry creatures reside behind the brass-paw door handle of Neko JaLaLa. We had a little bit of trouble to find it initially, since the website had no formal address (at least not in English), but no worries…the owner was super helpful on the phone and in fact talked us through the directions as we walked from the subway station. Purrfect!

We were then greeted at the door by the owner who warmly ushered us in to meet the kitties. As I was sipping a ginger and lemon iced tea, I started to look around. Part kitty playground and part café, there were cats on bookcases….in plush kitty beds…on stools….on upholstered cat trees and lining the walls. There was…on a footstool…the biggest Maine Coon I have ever seen and I seriously doubt I will ever see one bigger. He was the size of a dog and had a rather humourless look about him. An orange Persian with a squished up face slept and stretched and slept some more. A tabby Scottish Fold awoke from a nap and peered at us with one eye. And “Jack” a black cat, also known as the manager of the place, made his way over to us as if to welcome us to his humble operation.

A café full of cats may seem like a disconnect in a city so concerned with cleanliness…where even public toilets have liquid sanitizers inside stalls, masking music to hide the inconvenient embarrassment of having your urination heard by others and push-button warm-water bidets. But in fact Neko JaLaLa was quite tidy and hygienic…with shoes being removed at the door (common in private homes but not necessarily in public spaces), bags put up into cubby holes and hands sanitized with a 2-step process. And only then, does one get to meet the kitties.

We were a bit shy at first, but soon we got into the swing of things with the help of a basket of toys. All the kitties were friendly…even the ferocious looking Maine Coon. (Make sure to ask for the cat bios – they have in Japanese and English). All the felines were friendly but we did notice that some of the customers seemed to uniquely bond with certain cats. For example, kitties that only showed passing interest in me, latched on to a neighbour and kept him company the entire time. My favourite was a coquettish round-faced Abyssinian named Anne who loved to play and snuggle and chase the string no matter where or how high it was dangled.

When we decided it was time to leave, I realized I had a smile on my face, a spring in my step and that achy feeling in my neck was lessened. Hey, maybe there really is something to this idea of feline therapy. Leave it to the Japanese to outsmart the rest of us not only on cuteness, but also on relaxation! Purrrr……rrrr……rrrr.

(2 iced teas + 2 people 1.5 hours in the café was $26 USD)

Neko JaLaLa
Akihabara, Tokyo, Japan
2 minute walk from the Suehirocho stop on the Tokyo Metro
Telephone: +81 (0)3 3258 2525
Open 11am – 7pm


Neko JaLaLa Cat Café, Akihabara, Tokyo

When we were looking up wacky and wonderful things to do in Tokyo we learned about the cat cafes. In Tokyo, where flats are more like an American walk-in closet, residents are often not able to keep pets. In fact, the Tokyo lifestyle is such that one works until 9pm (or later), grabs a bite to eat and then often just heads home to sleep. Most entertainment, dining and relaxation happen outside the home – and this is where cat cafes come in. In a city packed with people where one nearly body surfs the subway everyday, people are in need of a place of respite. And almost nothing is as soothing as spending time with animals…reading a book and having a cat curl up beside you…and this is why people come to cat cafés. We dropped in around 5:30pm on a Monday to see what it was all about.

Just around the bend from the electronics and anime district of Akihabara in Tokyo lies Neko JaLaLa Cat Café. Actually neko = cat in Japanese and eight of the furry creatures reside behind the brass-paw door handle of Neko JaLaLa. We had a little bit of trouble to find it initially, since the website had no formal address (at least not in English), but no worries…the owner was super helpful on the phone and in fact talked us through the directions as we walked from the subway station. Purrfect!

We were then greeted at the door by the owner who warmly ushered us in to meet the kitties. As I was sipping a ginger and lemon iced tea, I started to look around. Part kitty playground and part café, there were cats on bookcases….in plush kitty beds…on stools….on upholstered cat trees and lining the walls. There was…on a footstool…the biggest Maine Coon I have ever seen and I seriously doubt I will ever see one bigger. He was the size of a dog and had a rather humourless look about him. An orange Persian with a squished up face slept and stretched and slept some more. A tabby Scottish Fold awoke from a nap and peered at us with one eye. And “Jack” a black cat, also known as the manager of the place, made his way over to us as if to welcome us to his humble operation.

A café full of cats may seem like a disconnect in a city so concerned with cleanliness…where even public toilets have liquid sanitizers inside stalls, masking music to hide the inconvenient embarrassment of having your urination heard by others and push-button warm-water bidets. But in fact Neko JaLaLa was quite tidy and hygienic…with shoes being removed at the door (common in private homes but not necessarily in public spaces), bags put up into cubby holes and hands sanitized with a 2-step process. And only then, does one get to meet the kitties.

We were a bit shy at first, but soon we got into the swing of things with the help of a basket of toys. All the kitties were friendly…even the ferocious looking Maine Coon. (Make sure to ask for the cat bios – they have in Japanese and English). All the felines were friendly but we did notice that some of the customers seemed to uniquely bond with certain cats. For example, kitties that only showed passing interest in me, latched on to a neighbour and kept him company the entire time. My favourite was a coquettish round-faced Abyssinian named Anne who loved to play and snuggle and chase the string no matter where or how high it was dangled.

When we decided it was time to leave, I realized I had a smile on my face, a spring in my step and that achy feeling in my neck was lessened. Hey, maybe there really is something to this idea of feline therapy. Leave it to the Japanese to outsmart the rest of us not only on cuteness, but also on relaxation! Purrrr……rrrr……rrrr.

(2 iced teas + 2 people 1.5 hours in the café was $26 USD)

Neko JaLaLa
Akihabara, Tokyo, Japan
2 minute walk from the Suehirocho stop on the Tokyo Metro
Telephone: +81 (0)3 3258 2525
Open 11am – 7pm