Nouvelles recettes

Le livre de Michelle Obama retardé

Le livre de Michelle Obama retardé

'American Grown' sortira maintenant le 1er mai pour 30 $

Le livre de jardinage de la première dame, qui était précédemment défini pour une date de sortie le 10 avril, est maintenant fixée pour la publication le 1er mai 2012.

Le livre d'Obama racontera, "L'histoire du potager et des jardins de la Maison Blanche à travers l'Amérique", comme le dit le sous-titre. Il comprendra des anecdotes personnelles, des recettes et des photographies de Quentin Bacon (qui a tourné pour Mario Batali et Ina Garten).

Apparemment, la couverture rigide de 256 pages coûtera 30 $. Obama sera sur The Tonight Show avec Jay Leno ce soir, le 31 janvier, faisant la promotion du livre et obtenir Leno manger des légumes.

Découvrez la couverture mise à jour ci-dessous, gracieuseté de Groupe d'édition de la Couronne.

The Daily Byte est une chronique régulière consacrée à la couverture des nouvelles et des tendances alimentaires intéressantes à travers le pays. Cliquez ici pour les colonnes précédentes.


Vivian Gornick : 'Je n'ai pas pu finir le Becoming de Michelle Obama'

Le livre que je lis actuellement
Penelope Fitzgerald : Une vie par Hermione Lee. En fait, je n'avais jamais rien lu de Lee auparavant. Je n'ai lu que 50 ou 60 pages, mais son style est extrêmement attrayant. Les phrases sont très simples, il n'y a pas d'écriture fantaisiste - elle met les choses en place d'une manière si vivante que j'ai l'impression de l'écouter. Elle frappe ce merveilleux style de conversation. J'aime le travail de Fitzgerald et c'est un plaisir de voir comment elle a évolué. Je l'apprécie beaucoup.

Le livre qui a changé ma vie
J'avais la trentaine quand j'ai lu Les petites vertus par Natalia Ginzburg et dès que j'ai commencé, je me suis sentie profondément connectée. Ce n'est pas que ce soit le plus grand livre du monde, mais pour moi c'était vital. J'ai senti qu'elle me montrait le type d'écrivain que j'avais en moi d'être. L'un des essais – « Ma vocation » – a vraiment fait mouche. Je me suis profondément identifié à la manière dont Ginzburg a tracé son propre développement en tant qu'écrivain de non-fiction. Cela m'a fait réaliser que ce n'était que grâce à ce genre d'écriture que je pouvais utiliser mes propres dons de narrateur. Je le relis irrégulièrement mais beaucoup, et je suis toujours étonné de ce qu'elle est capable d'accomplir avec le petit essai personnel.

Le livre que je pense est le plus surfait
Un sport et un passe-temps de James Salter est immensément surestimé. J'aurais pu choisir 100 livres comme ça, mais c'est celui-ci qui m'est resté dans la croupe depuis longtemps.

Le dernier livre qui m'a fait rire
Dehors de pure rage de Geoff Dyer est un livre brillant. Pour moi, la meilleure chose qu'il ait jamais écrite. Un peu de génie, ça m'a fait rire, rire et rire.

Le dernier livre qui m'a fait pleurer
Juste la miséricorde par Bryan Stevenson. Il est écrit par un avocat noir de la classe moyenne formé à l'Ivy League qui est allé travailler pour une organisation à but non lucratif créée pour défendre les condamnés à mort dans le sud. L'histoire de ce que signifie être dans le couloir de la mort en Géorgie et en Alabama suffit à vous briser le cœur 15 fois. Sa description fait penser à l'Afrique du Sud avant la fin de l'apartheid. Un cauchemar. Un livre merveilleusement écrit.

Le livre que je n'ai pas pu finir
L'autobiographie de Michelle Obama, Devenir. Oui, c'est une femme très gentille mais j'ai trouvé le livre fastidieux, et il n'a tout simplement pas retenu mon intérêt.

Le livre que j'ai honte de ne pas avoir lu
celui de Thomas Mann La Montagne Magique. Je l'ai recommencé 100 fois, je n'arrive pas à m'y mettre. Je me sens toujours mal à ce sujet. Je ne pense pas réessayer.

Le livre que j'offre en cadeau
Cela dépend à qui je donne le livre. C'est comme offrir n'importe quel autre type de cadeau : vous essayez de garder à l'esprit ce que le destinataire aimera, pas ce que vous aimez. Mais cela doit toujours être quelque chose que je considère comme substantiel. Je ne donnerais jamais à quelqu'un le best-seller de fiction actuel ou quelque chose comme ça. Si je donne un livre, c'est un livre que j'apprécie, mais surtout un livre que l'autre personne appréciera aussi.

Mon premier souvenir de lecture
Petite femme par Louisa May Alcott. Notre maison était pleine de livres et mes parents m'ont encouragé à lire, mais je ne me souviens d'aucune histoire d'enfance comme Winnie l'ourson. Je me souviens de contes de fées comme celui des Grimm, mais la première fois que j'ai été vraiment impressionné par l'expérience de la lecture, c'était Petite femme. C'est entré directement en moi.

Ma lecture de confort
Les femmes étranges par George Gissing. Il fut un temps où je lisais ce livre tous les six mois – généralement en hiver – pendant un certain nombre d'années. C'est un livre que je chéris encore aujourd'hui.


Vivian Gornick : 'Je n'ai pas pu finir le Becoming de Michelle Obama'

Le livre que je lis actuellement
Penelope Fitzgerald : Une vie par Hermione Lee. En fait, je n'avais jamais rien lu de Lee auparavant. Je n'ai lu que 50 ou 60 pages, mais son style est extrêmement attrayant. Les phrases sont très simples, il n'y a pas d'écriture fantaisiste - elle met les choses en place d'une manière si vivante que j'ai l'impression de l'écouter. Elle frappe ce merveilleux style de conversation. J'aime le travail de Fitzgerald et c'est un plaisir de voir comment elle a évolué. Je l'apprécie beaucoup.

Le livre qui a changé ma vie
J'avais la trentaine quand j'ai lu Les petites vertus par Natalia Ginzburg et dès que j'ai commencé, je me suis sentie profondément connectée. Ce n'est pas que ce soit le plus grand livre du monde, mais pour moi c'était vital. J'ai senti qu'elle me montrait le type d'écrivain que j'avais en moi d'être. L'un des essais – « Ma vocation » – a vraiment fait mouche. Je me suis profondément identifié à la manière dont Ginzburg a tracé son propre développement en tant qu'écrivain de non-fiction. Cela m'a fait réaliser que ce n'était que grâce à ce genre d'écriture que je pouvais utiliser mes propres dons de narrateur. Je le relis irrégulièrement mais pas mal, et je suis toujours étonné de ce qu'elle est capable d'accomplir avec le petit essai personnel.

Le livre que je pense est le plus surfait
Un sport et un passe-temps de James Salter est immensément surestimé. J'aurais pu choisir 100 livres comme ça, mais c'est celui-ci qui m'est resté dans la croupe depuis longtemps.

Le dernier livre qui m'a fait rire
Dehors de pure rage de Geoff Dyer est un livre brillant. Pour moi, la meilleure chose qu'il ait jamais écrite. Un peu de génie, ça m'a fait rire, rire et rire.

Le dernier livre qui m'a fait pleurer
Juste la miséricorde par Bryan Stevenson. Il est écrit par un avocat noir de la classe moyenne formé à l'Ivy League qui est allé travailler pour une organisation à but non lucratif créée pour défendre les condamnés à mort dans le sud. L'histoire de ce que signifie être dans le couloir de la mort en Géorgie et en Alabama suffit à vous briser le cœur 15 fois. Sa description fait penser à l'Afrique du Sud avant la fin de l'apartheid. Un cauchemar. Un livre merveilleusement écrit.

Le livre que je n'ai pas pu finir
L'autobiographie de Michelle Obama, Devenir. Oui, c'est une femme très gentille mais j'ai trouvé le livre fastidieux, et il n'a tout simplement pas retenu mon intérêt.

Le livre que j'ai honte de ne pas avoir lu
celui de Thomas Mann La Montagne Magique. Je l'ai recommencé 100 fois, je n'arrive pas à m'y mettre. Je me sens toujours mal à ce sujet. Je ne pense pas réessayer.

Le livre que j'offre en cadeau
Cela dépend à qui je donne le livre. C'est comme offrir n'importe quel autre type de cadeau : vous essayez de garder à l'esprit ce que le destinataire aimera, pas ce que vous aimez. Mais cela doit toujours être quelque chose que je considère comme substantiel. Je ne donnerais jamais à quelqu'un le best-seller de fiction actuel ou quelque chose comme ça. Si je donne un livre, c'est un livre que j'apprécie, mais surtout un livre que l'autre personne appréciera aussi.

Mon premier souvenir de lecture
Petite femme par Louisa May Alcott. Notre maison était pleine de livres et mes parents m'encourageaient à lire, mais je ne me souviens d'aucune histoire d'enfance comme Winnie l'ourson. Je me souviens de contes de fées comme celui des Grimm, mais la première fois que j'ai été vraiment impressionné par l'expérience de la lecture, c'était Petite femme. C'est entré directement en moi.

Ma lecture de confort
Les femmes étranges par George Gissing. Il fut un temps où je lisais ce livre tous les six mois – généralement en hiver – pendant un certain nombre d'années. C'est un livre que je chéris encore aujourd'hui.


Vivian Gornick : 'Je n'ai pas pu finir le Becoming de Michelle Obama'

Le livre que je lis actuellement
Penelope Fitzgerald : Une vie par Hermione Lee. En fait, je n'avais jamais rien lu de Lee auparavant. Je n'ai lu que 50 ou 60 pages, mais son style est extrêmement attrayant. Les phrases sont très simples, il n'y a pas d'écriture fantaisiste - elle met les choses en place d'une manière si vivante que j'ai l'impression de l'écouter. Elle frappe ce merveilleux style de conversation. J'aime le travail de Fitzgerald et c'est un plaisir de voir comment elle a évolué. Je l'apprécie beaucoup.

Le livre qui a changé ma vie
J'avais la trentaine quand j'ai lu Les petites vertus par Natalia Ginzburg et dès que j'ai commencé, je me suis sentie profondément connectée. Ce n'est pas que ce soit le plus grand livre du monde, mais pour moi c'était vital. J'ai senti qu'elle me montrait le type d'écrivain que j'avais en moi d'être. L'un des essais – « Ma vocation » – a vraiment fait mouche. Je me suis profondément identifié à la manière dont Ginzburg a tracé son propre développement en tant qu'écrivain de non-fiction. Cela m'a fait réaliser que ce n'était que grâce à ce genre d'écriture que je pouvais utiliser mes propres dons de narrateur. Je le relis irrégulièrement mais pas mal, et je suis toujours étonné de ce qu'elle est capable d'accomplir avec le petit essai personnel.

Le livre que je pense est le plus surfait
Un sport et un passe-temps de James Salter est immensément surestimé. J'aurais pu choisir 100 livres comme ça, mais c'est celui-ci qui m'est resté dans la croupe depuis longtemps.

Le dernier livre qui m'a fait rire
Dehors de pure rage de Geoff Dyer est un livre brillant. Pour moi, la meilleure chose qu'il ait jamais écrite. Un peu de génie, ça m'a fait rire, rire et rire.

Le dernier livre qui m'a fait pleurer
Juste la miséricorde par Bryan Stevenson. Il est écrit par un avocat noir de la classe moyenne formé à l'Ivy League qui est allé travailler pour une organisation à but non lucratif créée pour défendre les condamnés à mort dans le sud. L'histoire de ce que signifie être dans le couloir de la mort en Géorgie et en Alabama suffit à vous briser le cœur 15 fois. Sa description fait penser à l'Afrique du Sud avant la fin de l'apartheid. Un cauchemar. Un livre merveilleusement écrit.

Le livre que je n'ai pas pu finir
L'autobiographie de Michelle Obama, Devenir. Oui, c'est une femme très gentille mais j'ai trouvé le livre fastidieux, et il n'a tout simplement pas retenu mon intérêt.

Le livre que j'ai honte de ne pas avoir lu
celui de Thomas Mann La Montagne Magique. Je l'ai recommencé 100 fois, je n'arrive pas à m'y mettre. Je me sens toujours mal à ce sujet. Je ne pense pas réessayer.

Le livre que j'offre en cadeau
Cela dépend à qui je donne le livre. C'est comme offrir n'importe quel autre type de cadeau : vous essayez de garder à l'esprit ce que le destinataire aimera, pas ce que vous aimez. Mais cela doit toujours être quelque chose que je considère comme substantiel. Je ne donnerais jamais à quelqu'un le best-seller de fiction actuel ou quelque chose comme ça. Si je donne un livre, c'est un livre que j'apprécie, mais surtout un livre que l'autre personne appréciera aussi.

Mon premier souvenir de lecture
Petite femme par Louisa May Alcott. Notre maison était pleine de livres et mes parents m'ont encouragé à lire, mais je ne me souviens d'aucune histoire d'enfance comme Winnie l'ourson. Je me souviens de contes de fées comme celui des Grimm, mais la première fois que j'ai été vraiment impressionné par l'expérience de la lecture, c'était Petite femme. C'est entré directement en moi.

Ma lecture de confort
Les femmes étranges par George Gissing. Il fut un temps où je lisais ce livre tous les six mois – généralement en hiver – pendant un certain nombre d'années. C'est un livre que je chéris encore aujourd'hui.


Vivian Gornick : 'Je n'ai pas pu finir le Becoming de Michelle Obama'

Le livre que je lis actuellement
Penelope Fitzgerald : Une vie par Hermione Lee. En fait, je n'avais jamais rien lu de Lee auparavant. Je n'ai lu que 50 ou 60 pages, mais son style est extrêmement attrayant. Les phrases sont très simples, il n'y a pas d'écriture fantaisiste - elle met les choses en place d'une manière si vivante que j'ai l'impression de l'écouter. Elle frappe ce merveilleux style de conversation. J'aime le travail de Fitzgerald et c'est un plaisir de voir comment elle a évolué. Je l'apprécie beaucoup.

Le livre qui a changé ma vie
J'avais la trentaine quand j'ai lu Les petites vertus par Natalia Ginzburg et dès que j'ai commencé, je me suis sentie profondément connectée. Ce n'est pas que ce soit le plus grand livre du monde, mais pour moi c'était vital. J'ai senti qu'elle me montrait le type d'écrivain que j'avais en moi d'être. L'un des essais – « Ma vocation » – a vraiment fait mouche. Je me suis profondément identifié à la manière dont Ginzburg a tracé son propre développement en tant qu'écrivain de non-fiction. Cela m'a fait réaliser que ce n'était que grâce à ce genre d'écriture que je pouvais utiliser mes propres dons de narrateur. Je le relis irrégulièrement mais pas mal, et je suis toujours étonné de ce qu'elle est capable d'accomplir avec le petit essai personnel.

Le livre que je pense est le plus surfait
Un sport et un passe-temps de James Salter est immensément surestimé. J'aurais pu choisir 100 livres comme ça, mais c'est celui-ci qui m'est resté dans la croupe depuis longtemps.

Le dernier livre qui m'a fait rire
Dehors de pure rage de Geoff Dyer est un livre brillant. Pour moi, la meilleure chose qu'il ait jamais écrite. Un peu de génie, ça m'a fait rire, rire et rire.

Le dernier livre qui m'a fait pleurer
Juste la miséricorde par Bryan Stevenson. Il est écrit par un avocat noir de la classe moyenne formé à l'Ivy League qui est allé travailler pour une organisation à but non lucratif créée pour défendre les condamnés à mort dans le sud. L'histoire de ce que signifie être dans le couloir de la mort en Géorgie et en Alabama suffit à vous briser le cœur 15 fois. Sa description fait penser à l'Afrique du Sud avant la fin de l'apartheid. Un cauchemar. Un livre merveilleusement écrit.

Le livre que je n'ai pas pu finir
L'autobiographie de Michelle Obama, Devenir. Oui, c'est une femme très gentille mais j'ai trouvé le livre fastidieux, et il n'a tout simplement pas retenu mon intérêt.

Le livre que j'ai honte de ne pas avoir lu
celui de Thomas Mann La Montagne Magique. Je l'ai recommencé 100 fois, je n'arrive pas à m'y mettre. Je me sens toujours mal à ce sujet. Je ne pense pas réessayer.

Le livre que j'offre en cadeau
Cela dépend à qui je donne le livre. C'est comme offrir n'importe quel autre type de cadeau : vous essayez de garder à l'esprit ce que le destinataire aimera, pas ce que vous aimez. Mais cela doit toujours être quelque chose que je considère comme substantiel. Je ne donnerais jamais à quelqu'un le best-seller de fiction actuel ou quelque chose comme ça. Si je donne un livre, c'est un livre que j'apprécie, mais surtout un livre que l'autre personne appréciera aussi.

Mon premier souvenir de lecture
Petite femme par Louisa May Alcott. Notre maison était pleine de livres et mes parents m'ont encouragé à lire, mais je ne me souviens d'aucune histoire d'enfance comme Winnie l'ourson. Je me souviens de contes de fées comme celui des Grimm, mais la première fois que j'ai été vraiment impressionné par l'expérience de la lecture, c'était Petite femme. C'est entré directement en moi.

Ma lecture de confort
Les femmes étranges par George Gissing. Il fut un temps où je lisais ce livre tous les six mois – généralement en hiver – pendant un certain nombre d'années. C'est un livre que je chéris encore aujourd'hui.


Vivian Gornick : 'Je n'ai pas pu finir le Becoming de Michelle Obama'

Le livre que je lis actuellement
Penelope Fitzgerald : Une vie par Hermione Lee. En fait, je n'avais jamais rien lu de Lee auparavant. Je n'ai lu que 50 ou 60 pages, mais son style est extrêmement attrayant. Les phrases sont très simples, il n'y a pas d'écriture fantaisiste - elle met les choses en place d'une manière si vivante que j'ai l'impression de l'écouter. Elle frappe ce merveilleux style de conversation. J'aime le travail de Fitzgerald et c'est un plaisir de voir comment elle a évolué. Je l'apprécie beaucoup.

Le livre qui a changé ma vie
J'avais la trentaine quand j'ai lu Les petites vertus par Natalia Ginzburg et dès que j'ai commencé, je me suis sentie profondément connectée. Ce n'est pas que ce soit le plus grand livre du monde, mais pour moi c'était vital. J'ai senti qu'elle me montrait le type d'écrivain que j'avais en moi d'être. L'un des essais – « Ma vocation » – a vraiment fait mouche. Je me suis profondément identifié à la manière dont Ginzburg a tracé son propre développement en tant qu'écrivain de non-fiction. Cela m'a fait réaliser que ce n'était que grâce à ce genre d'écriture que je pouvais utiliser mes propres dons de narrateur. Je le relis irrégulièrement mais pas mal, et je suis toujours étonné de ce qu'elle est capable d'accomplir avec le petit essai personnel.

Le livre que je pense est le plus surfait
Un sport et un passe-temps de James Salter est immensément surestimé. J'aurais pu choisir 100 livres comme ça, mais c'est celui-ci qui m'est resté dans la croupe depuis longtemps.

Le dernier livre qui m'a fait rire
Dehors de pure rage de Geoff Dyer est un livre brillant. Pour moi, la meilleure chose qu'il ait jamais écrite. Un peu de génie, ça m'a fait rire, rire et rire.

Le dernier livre qui m'a fait pleurer
Juste la miséricorde par Bryan Stevenson. Il est écrit par un avocat noir de la classe moyenne formé à l'Ivy League qui est allé travailler pour une organisation à but non lucratif créée pour défendre les condamnés à mort dans le sud. L'histoire de ce que signifie être dans le couloir de la mort en Géorgie et en Alabama suffit à vous briser le cœur 15 fois. Sa description fait penser à l'Afrique du Sud avant la fin de l'apartheid. Un cauchemar. Un livre merveilleusement écrit.

Le livre que je n'ai pas pu finir
L'autobiographie de Michelle Obama, Devenir. Oui, c'est une femme très gentille mais j'ai trouvé le livre fastidieux, et il n'a tout simplement pas retenu mon intérêt.

Le livre que j'ai honte de ne pas avoir lu
celui de Thomas Mann La Montagne Magique. Je l'ai recommencé 100 fois, je n'arrive pas à m'y mettre. Je me sens toujours mal à ce sujet. Je ne pense pas réessayer.

Le livre que j'offre en cadeau
Cela dépend à qui je donne le livre. C'est comme offrir n'importe quel autre type de cadeau : vous essayez de garder à l'esprit ce que le destinataire aimera, pas ce que vous aimez. Mais cela doit toujours être quelque chose que je considère comme substantiel. Je ne donnerais jamais à quelqu'un le best-seller de fiction actuel ou quelque chose comme ça. Si je donne un livre, c'est un livre que j'apprécie, mais surtout un livre que l'autre personne appréciera aussi.

Mon premier souvenir de lecture
Petite femme par Louisa May Alcott. Notre maison était pleine de livres et mes parents m'ont encouragé à lire, mais je ne me souviens d'aucune histoire d'enfance comme Winnie l'ourson. Je me souviens de contes de fées comme celui des Grimm, mais la première fois que j'ai été vraiment impressionné par l'expérience de la lecture, c'était Petite femme. C'est entré directement en moi.

Ma lecture de confort
Les femmes étranges par George Gissing. Il fut un temps où je lisais ce livre tous les six mois – généralement en hiver – pendant un certain nombre d'années. C'est un livre que je chéris encore aujourd'hui.


Vivian Gornick : 'Je n'ai pas pu finir le Becoming de Michelle Obama'

Le livre que je lis actuellement
Penelope Fitzgerald : Une vie par Hermione Lee. En fait, je n'avais jamais rien lu de Lee auparavant. Je n'ai lu que 50 ou 60 pages, mais son style est extrêmement attrayant. Les phrases sont très simples, il n'y a pas d'écriture fantaisiste - elle met les choses en place d'une manière si vivante que j'ai l'impression de l'écouter. Elle frappe ce merveilleux style de conversation. J'aime le travail de Fitzgerald et c'est un plaisir de voir comment elle a évolué. Je l'apprécie beaucoup.

Le livre qui a changé ma vie
J'avais la trentaine quand j'ai lu Les petites vertus par Natalia Ginzburg et dès que j'ai commencé, je me suis sentie profondément connectée. Ce n'est pas que ce soit le plus grand livre du monde, mais pour moi c'était vital. J'ai senti qu'elle me montrait le type d'écrivain que j'avais en moi d'être. L'un des essais – « Ma vocation » – a vraiment fait mouche. Je me suis profondément identifié à la manière dont Ginzburg a tracé son propre développement en tant qu'écrivain de non-fiction. Cela m'a fait réaliser que ce n'était que grâce à ce genre d'écriture que je pouvais utiliser mes propres dons de narrateur. Je le relis irrégulièrement mais pas mal, et je suis toujours étonné de ce qu'elle est capable d'accomplir avec le petit essai personnel.

Le livre que je pense est le plus surfait
Un sport et un passe-temps de James Salter est immensément surestimé. J'aurais pu choisir 100 livres comme ça, mais c'est celui-ci qui m'est resté dans la croupe depuis longtemps.

Le dernier livre qui m'a fait rire
Dehors de pure rage de Geoff Dyer est un livre brillant. Pour moi, la meilleure chose qu'il ait jamais écrite. Un peu de génie, ça m'a fait rire, rire et rire.

Le dernier livre qui m'a fait pleurer
Juste la miséricorde par Bryan Stevenson. Il est écrit par un avocat noir de la classe moyenne formé à l'Ivy League qui est allé travailler pour une organisation à but non lucratif créée pour défendre les condamnés à mort dans le sud. L'histoire de ce que signifie être dans le couloir de la mort en Géorgie et en Alabama suffit à vous briser le cœur 15 fois. Sa description fait penser à l'Afrique du Sud avant la fin de l'apartheid. Un cauchemar. Un livre merveilleusement écrit.

Le livre que je n'ai pas pu finir
L'autobiographie de Michelle Obama, Devenir. Oui, c'est une femme très gentille mais j'ai trouvé le livre fastidieux, et il n'a tout simplement pas retenu mon intérêt.

Le livre que j'ai honte de ne pas avoir lu
celui de Thomas Mann La Montagne Magique. Je l'ai recommencé 100 fois, je n'arrive pas à m'y mettre. Je me sens toujours mal à ce sujet. Je ne pense pas réessayer.

Le livre que j'offre en cadeau
Cela dépend à qui je donne le livre. C'est comme offrir n'importe quel autre type de cadeau : vous essayez de garder à l'esprit ce que le destinataire aimera, pas ce que vous aimez. Mais cela doit toujours être quelque chose que je considère comme substantiel. Je ne donnerais jamais à quelqu'un le best-seller de fiction actuel ou quelque chose comme ça. Si je donne un livre, c'est un livre que j'apprécie, mais surtout un livre que l'autre personne appréciera aussi.

Mon premier souvenir de lecture
Petite femme par Louisa May Alcott. Notre maison était pleine de livres et mes parents m'ont encouragé à lire, mais je ne me souviens d'aucune histoire d'enfance comme Winnie l'ourson. Je me souviens de contes de fées comme celui des Grimm, mais la première fois que j'ai été vraiment impressionné par l'expérience de la lecture, c'était Petite femme. C'est entré directement en moi.

Ma lecture de confort
Les femmes étranges par George Gissing. Il fut un temps où je lisais ce livre tous les six mois – généralement en hiver – pendant un certain nombre d'années. C'est un livre que je chéris encore aujourd'hui.


Vivian Gornick : 'Je n'ai pas pu finir le Becoming de Michelle Obama'

Le livre que je lis actuellement
Penelope Fitzgerald : Une vie par Hermione Lee. En fait, je n'avais jamais rien lu de Lee auparavant. Je n'ai lu que 50 ou 60 pages, mais son style est extrêmement attrayant. Les phrases sont très simples, il n'y a pas d'écriture fantaisiste - elle met les choses en place d'une manière si vivante que j'ai l'impression de l'écouter. Elle frappe ce merveilleux style de conversation. J'aime le travail de Fitzgerald et c'est un plaisir de voir comment elle a évolué. Je l'apprécie beaucoup.

Le livre qui a changé ma vie
J'avais la trentaine quand j'ai lu Les petites vertus par Natalia Ginzburg et dès que j'ai commencé, je me suis sentie profondément connectée. Ce n'est pas que ce soit le plus grand livre du monde, mais pour moi c'était vital. J'ai senti qu'elle me montrait le type d'écrivain que j'avais en moi d'être. L'un des essais – « Ma vocation » – a vraiment fait mouche. Je me suis profondément identifié à la manière dont Ginzburg a tracé son propre développement en tant qu'écrivain de non-fiction. Cela m'a fait réaliser que ce n'était que grâce à ce genre d'écriture que je pouvais utiliser mes propres dons de narrateur. Je le relis irrégulièrement mais pas mal, et je suis toujours étonné de ce qu'elle est capable d'accomplir avec le petit essai personnel.

Le livre que je pense est le plus surfait
Un sport et un passe-temps de James Salter est immensément surestimé. J'aurais pu choisir 100 livres comme ça, mais c'est celui-ci qui m'est resté dans la croupe depuis longtemps.

Le dernier livre qui m'a fait rire
Dehors de pure rage de Geoff Dyer est un livre brillant. Pour moi, la meilleure chose qu'il ait jamais écrite. Un peu de génie, ça m'a fait rire, rire et rire.

Le dernier livre qui m'a fait pleurer
Juste la miséricorde par Bryan Stevenson. Il est écrit par un avocat noir de la classe moyenne formé à l'Ivy League qui est allé travailler pour une organisation à but non lucratif créée pour défendre les condamnés à mort dans le sud. L'histoire de ce que signifie être dans le couloir de la mort en Géorgie et en Alabama suffit à vous briser le cœur 15 fois. Sa description fait penser à l'Afrique du Sud avant la fin de l'apartheid. Un cauchemar. Un livre merveilleusement écrit.

Le livre que je n'ai pas pu finir
L'autobiographie de Michelle Obama, Devenir. Oui, c'est une femme très gentille mais j'ai trouvé le livre fastidieux, et il n'a tout simplement pas retenu mon intérêt.

Le livre que j'ai honte de ne pas avoir lu
celui de Thomas Mann La Montagne Magique. Je l'ai recommencé 100 fois, je n'arrive pas à m'y mettre. Je me sens toujours mal à ce sujet. Je ne pense pas réessayer.

Le livre que j'offre en cadeau
Cela dépend à qui je donne le livre. C'est comme offrir n'importe quel autre type de cadeau : vous essayez de garder à l'esprit ce que le destinataire aimera, pas ce que vous aimez. Mais cela doit toujours être quelque chose que je considère comme substantiel. Je ne donnerais jamais à quelqu'un le best-seller de fiction actuel ou quelque chose comme ça. Si je donne un livre, c'est un livre que j'apprécie, mais surtout un livre que l'autre personne appréciera aussi.

Mon premier souvenir de lecture
Petite femme par Louisa May Alcott. Notre maison était pleine de livres et mes parents m'encourageaient à lire, mais je ne me souviens d'aucune histoire d'enfance comme Winnie l'ourson. Je me souviens de contes de fées comme celui des Grimm, mais la première fois que j'ai été vraiment impressionné par l'expérience de la lecture, c'était Petite femme. C'est entré directement en moi.

Ma lecture de confort
Les femmes étranges par George Gissing. Il fut un temps où je lisais ce livre tous les six mois – généralement en hiver – pendant un certain nombre d'années. C'est un livre que je chéris encore aujourd'hui.


Vivian Gornick : 'Je n'ai pas pu finir le Becoming de Michelle Obama'

Le livre que je lis actuellement
Penelope Fitzgerald : Une vie par Hermione Lee. En fait, je n'avais jamais rien lu de Lee auparavant. Je n'ai lu que 50 ou 60 pages, mais son style est extrêmement attrayant. Les phrases sont très simples, il n'y a pas d'écriture fantaisiste - elle met les choses en place d'une manière si vivante que j'ai l'impression de l'écouter. Elle frappe ce merveilleux style de conversation. J'aime le travail de Fitzgerald et c'est un plaisir de voir comment elle a évolué. Je l'apprécie beaucoup.

Le livre qui a changé ma vie
J'avais la trentaine quand j'ai lu Les petites vertus par Natalia Ginzburg et dès que j'ai commencé, je me suis sentie profondément connectée. Ce n'est pas que ce soit le plus grand livre du monde, mais pour moi c'était vital. J'ai senti qu'elle me montrait le type d'écrivain que j'avais en moi d'être. L'un des essais – « Ma vocation » – a vraiment fait mouche. Je me suis profondément identifié à la manière dont Ginzburg a tracé son propre développement en tant qu'écrivain de non-fiction. Cela m'a fait réaliser que ce n'était que grâce à ce genre d'écriture que je pouvais utiliser mes propres dons de narrateur. Je le relis irrégulièrement mais pas mal, et je suis toujours étonné de ce qu'elle est capable d'accomplir avec le petit essai personnel.

Le livre que je pense est le plus surfait
Un sport et un passe-temps de James Salter est immensément surestimé. J'aurais pu choisir 100 livres comme ça, mais c'est celui-ci qui m'est resté dans la croupe depuis longtemps.

Le dernier livre qui m'a fait rire
Dehors de pure rage de Geoff Dyer est un livre brillant. Pour moi, la meilleure chose qu'il ait jamais écrite. Un peu de génie, ça m'a fait rire, rire et rire.

Le dernier livre qui m'a fait pleurer
Juste la miséricorde par Bryan Stevenson. Il est écrit par un avocat noir de la classe moyenne formé à l'Ivy League qui est allé travailler pour une organisation à but non lucratif créée pour défendre les condamnés à mort dans le sud. L'histoire de ce que signifie être dans le couloir de la mort en Géorgie et en Alabama suffit à vous briser le cœur 15 fois. Sa description fait penser à l'Afrique du Sud avant la fin de l'apartheid. Un cauchemar. Un livre merveilleusement écrit.

Le livre que je n'ai pas pu finir
L'autobiographie de Michelle Obama, Devenir. Oui, c'est une femme très gentille mais j'ai trouvé le livre fastidieux, et il n'a tout simplement pas retenu mon intérêt.

Le livre que j'ai honte de ne pas avoir lu
celui de Thomas Mann La Montagne Magique. Je l'ai recommencé 100 fois, je n'arrive pas à m'y mettre. Je me sens toujours mal à ce sujet. Je ne pense pas réessayer.

Le livre que j'offre en cadeau
Cela dépend à qui je donne le livre. C'est comme offrir n'importe quel autre type de cadeau : vous essayez de garder à l'esprit ce que le destinataire aimera, pas ce que vous aimez. Mais cela doit toujours être quelque chose que je considère comme substantiel. Je ne donnerais jamais à quelqu'un le best-seller de fiction actuel ou quelque chose comme ça. Si je donne un livre, c'est un livre que j'apprécie, mais surtout un livre que l'autre personne appréciera aussi.

Mon premier souvenir de lecture
Petite femme par Louisa May Alcott. Notre maison était pleine de livres et mes parents m'ont encouragé à lire, mais je ne me souviens d'aucune histoire d'enfance comme Winnie l'ourson. Je me souviens de contes de fées comme celui des Grimm, mais la première fois que j'ai été vraiment impressionné par l'expérience de la lecture, c'était Petite femme. C'est entré directement en moi.

Ma lecture de confort
Les femmes étranges par George Gissing. Il fut un temps où je lisais ce livre tous les six mois – généralement en hiver – pendant un certain nombre d'années. C'est un livre que je chéris encore aujourd'hui.


Vivian Gornick : 'Je n'ai pas pu finir le Becoming de Michelle Obama'

Le livre que je lis actuellement
Penelope Fitzgerald : Une vie par Hermione Lee. En fait, je n'avais jamais rien lu de Lee auparavant. Je n'ai lu que 50 ou 60 pages, mais son style est extrêmement attrayant. Les phrases sont très simples, il n'y a pas d'écriture fantaisiste - elle met les choses en place d'une manière si vivante que j'ai l'impression de l'écouter. Elle frappe ce merveilleux style de conversation. J'aime le travail de Fitzgerald et c'est un plaisir de voir comment elle a évolué. Je l'apprécie beaucoup.

Le livre qui a changé ma vie
J'avais la trentaine quand j'ai lu Les petites vertus par Natalia Ginzburg et dès que j'ai commencé, je me suis sentie profondément connectée. Ce n'est pas que ce soit le plus grand livre du monde, mais pour moi c'était vital. J'ai senti qu'elle me montrait le type d'écrivain que j'avais en moi d'être. L'un des essais – « Ma vocation » – a vraiment fait mouche. Je me suis profondément identifié à la manière dont Ginzburg a tracé son propre développement en tant qu'écrivain de non-fiction. Cela m'a fait réaliser que ce n'était que grâce à ce genre d'écriture que je pouvais utiliser mes propres dons de narrateur. Je le relis irrégulièrement mais pas mal, et je suis toujours étonné de ce qu'elle est capable d'accomplir avec le petit essai personnel.

Le livre que je pense est le plus surfait
Un sport et un passe-temps de James Salter est immensément surestimé. J'aurais pu choisir 100 livres comme ça, mais c'est celui-ci qui m'est resté dans la croupe depuis longtemps.

Le dernier livre qui m'a fait rire
Dehors de pure rage de Geoff Dyer est un livre brillant. Pour moi, la meilleure chose qu'il ait jamais écrite. Un peu de génie, ça m'a fait rire, rire et rire.

Le dernier livre qui m'a fait pleurer
Juste la miséricorde par Bryan Stevenson. Il est écrit par un avocat noir de la classe moyenne formé à l'Ivy League qui est allé travailler pour une organisation à but non lucratif créée pour défendre les condamnés à mort dans le sud. L'histoire de ce que signifie être dans le couloir de la mort en Géorgie et en Alabama suffit à vous briser le cœur 15 fois. Sa description fait penser à l'Afrique du Sud avant la fin de l'apartheid. Un cauchemar. Un livre merveilleusement écrit.

Le livre que je n'ai pas pu finir
L'autobiographie de Michelle Obama, Devenir. Oui, c'est une femme très gentille mais j'ai trouvé le livre fastidieux, et il n'a tout simplement pas retenu mon intérêt.

Le livre que j'ai honte de ne pas avoir lu
celui de Thomas Mann La Montagne Magique. Je l'ai recommencé 100 fois, je n'arrive pas à m'y mettre. Je me sens toujours mal à ce sujet. Je ne pense pas réessayer.

Le livre que j'offre en cadeau
Cela dépend à qui je donne le livre. It’s like giving any other kind of gift: you try to keep in mind what the recipient will like, not what you like. But it always has to be something I consider substantial. I would never give somebody the current fiction bestseller or anything like that. If I give a book, it’s one that I value, but most importantly one that the other person will value too.

My earliest reading memory
Petite femme by Louisa May Alcott. Our house was full of books and my parents encouraged me to read, but I don’t remember any childhood stories like Winnie l'ourson. I remember fairytales like the Grimms’, but the first time I was really impressed with the experience of reading was Petite femme. It went right into me.

My comfort read
The Odd Women by George Gissing. There was a time when I read that book every six months – usually in the winter – for quite a number of years. It’s a book that I treasure to this day.


Vivian Gornick: 'I couldn’t finish Michelle Obama’s Becoming'

The book I am currently reading
Penelope Fitzgerald: A Life by Hermione Lee. I had actually never read anything by Lee before. I’ve only read 50 or 60 pages, but her style is immensely appealing. The sentences are very simple, there’s no fancy writing – she somehow puts things together in such a lively way that I feel as if I’m listening to her. She hits that marvellous conversational style. I like Fitzgerald’s work and it’s a pleasure seeing how she developed. I’m enjoying it very much.

The book that changed my life
I was well into my 30s when I read The Little Virtues by Natalia Ginzburg and as soon as I began I felt myself deeply connected. It isn’t that it’s the greatest book in the world, but for me it was vital. I felt she was showing me the type of writer I had it in me to be. One of the essays – “My Vocation” – really hit the nail on the head. I identified profoundly with the way in which Ginzburg traced her own development as a nonfiction writer. It made me realise that it was only through this kind of writing I could employ my own storytelling gifts. I reread it irregularly but quite a lot, and I’m always amazed by what she is able to accomplish with the small personal essay.

The book I think is most overrated
A Sport and a Pastime by James Salter is immensely overrated. I could have picked 100 books like that, but this is the one that has been stuck in my craw for a long time.

The last book that made me laugh
Dehors of Sheer Rage by Geoff Dyer is a brilliant book. For me, the best thing he ever wrote. A little bit of genius, it made me laugh, and laugh, and laugh.

The last book that made me cry
Juste la miséricorde by Bryan Stevenson. It’s written by an Ivy League-educated, middle-class black lawyer who went to work for a non-profit organisation set up to defend the people on death row in the south. The story of what it means to be on death row in Georgia and Alabama is enough to break your heart 15 times over. His description makes it sound like South Africa before apartheid was ended. A nightmare. A wonderfully written book.

The book I couldn’t finish
Michelle Obama’s autobiography, Becoming. Yes, she’s a very nice woman but I found the book tedious, and it just didn’t hold my interest.

The book I’m ashamed not to have read
Thomas Mann’s The Magic Mountain. I’ve started it 100 times over – I just can’t get into it. I always feel bad about that. I don’t think I’ll try again.

The book I give as a gift
This depends on who I’m giving the book to. It’s like giving any other kind of gift: you try to keep in mind what the recipient will like, not what you like. But it always has to be something I consider substantial. I would never give somebody the current fiction bestseller or anything like that. If I give a book, it’s one that I value, but most importantly one that the other person will value too.

My earliest reading memory
Petite femme by Louisa May Alcott. Our house was full of books and my parents encouraged me to read, but I don’t remember any childhood stories like Winnie l'ourson. I remember fairytales like the Grimms’, but the first time I was really impressed with the experience of reading was Petite femme. It went right into me.

My comfort read
The Odd Women by George Gissing. There was a time when I read that book every six months – usually in the winter – for quite a number of years. It’s a book that I treasure to this day.


Voir la vidéo: The Stunning Transformation Of Michelle Obama (Décembre 2021).