Nouvelles recettes

Acheter ce vin aide l'environnement

Acheter ce vin aide l'environnement

Le California Sauvignon Blanc de ONEHOPE a aidé à planter 52 621 arbres grâce à ses recettes

Ce vin « vif et rafraîchissant » a « des saveurs de pamplemousse rose et de citron vert avec des nuances herbacées ».

Alors que nous profitons des derniers jours de l'été et buvons dans la beauté de la nature, ONEHOPE invite les clients à siroter son sauvignon blanc de Californie, qui n'est pas seulement « brillant et rafraîchissant », mais soutient une grande cause.

Chaque vin ONEHOPE soutient une association caritative. Pour le sauvignon blanc de Californie, ONEHOPE s'est associé à Trees4Trees et a aidé à planter 52 621 arbres grâce à ses recettes jusqu'à présent.

Le vin est décrit par la société comme ayant une « couleur pâle et dorée » avec « des saveurs de pamplemousse rose et de citron vert avec des nuances herbacées ».

Il a des critiques positives dans l'ensemble sur Amazon. Un client a écrit : « Croquant et rafraîchissant, je prévois de boire ce Sauv Blanc tout l'été ! De plus, chaque bouteille permet de planter un arbre, c'est gagnant-gagnant !

Le California Sauvignon Blanc de ONEHOPE coûte 18,99 $ et est disponible à l'achat sur le Site web d'ONEHOPE, ainsi que sur Amazon.

Découvrez notre histoire sur Coffret cadeau Pinot for Paws de ONEHOPE, qui aide à financer les adoptions d'animaux de compagnie, ainsi que notre tour d'horizon des cadeaux alimentaires qui redonnent.


Pourquoi boire du vin bio et où le trouver

Vignoble biologique Jasper Hill. Photographie : Daniel Honan/The Guardian.

Vignoble biologique Jasper Hill. Photographie : Daniel Honan/The Guardian.

Dernière modification le samedi 18 août 2018 12.15 BST

Il fut un temps où les gens, à la fois dans le commerce du vin et le consommateur en général, évitaient activement les vins biologiques, s'ils savaient même qu'ils existaient en premier lieu.

Mais selon les chiffres les plus récents de l'Australian Organic Market Report 2014, le vin biologique est en hausse parmi les amateurs de vin, représentant 6,9 % du marché biologique total en Australie, la production de raisin biologique ayant augmenté de 120 % entre 2011 et 2014.

Grâce en partie à une augmentation du nombre de jeunes vignerons talentueux à la recherche active de raisins issus de l'agriculture biologique pour faire leurs vins, et à une augmentation fortuite des barbes, des verres en écaille de tortue, des marchés de producteurs et des petits bars à vin, les vins biologiques se taillent enfin une place niche pour eux-mêmes. Et les buveurs en récoltent les fruits.

Un vin biologique est un vin issu de raisins qui ont été cultivés sans l'utilisation de produits chimiques artificiels ou synthétiques, tels que des herbicides et des pesticides. Pour éloigner les mauvaises herbes et les insectes, les agriculteurs biologiques travaillent avec la nature, plutôt que contre elle, en renforçant la biodiversité de leur vignoble. Par exemple, ils introduisent des cultures de couverture pour fournir un habitat aux insectes utiles qui sont l'ennemi naturel des espèces à problèmes, ou font paître de petits moutons entre les rangs de vigne, mangeant l'herbe et les mauvaises herbes. De cette façon, le vignoble devient un écosystème naturel autorégulé, capable de lutter intrinsèquement contre les problèmes et éliminant le besoin de produits chimiques artificiels et potentiellement toxiques.

Merlot biologique, cultivé sans pesticide. Photographie : Daniel Honan/The Guardian.

De nos jours, vous trouverez sans doute de nombreux exemples de vins bio figurant sur la carte des vins de votre petit bar ou étagère de magasin de bouteilles préféré, mais pour être sûr que le vin que vous buvez est vraiment bio, il doit être certifié. La certification est fournie par un organisme tiers indépendant, qui effectue des audits annuels sur les vignobles ayant demandé la certification biologique, afin de s'assurer que les raisins qu'ils cultivent sont conformes aux normes strictes de l'organisme de certification concerné et du département de l'agriculture. Il est illégal pour un producteur de vin de vendre ou de promouvoir son vin comme biologique s'il n'est pas certifié.

Il existe deux principaux organismes de certification biologique en Australie que la plupart des viticulteurs utiliseront pour prouver que leur vin est biologique. Il s'agit de l'Australian Certified Organic (ACO) et de la National Association for Sustainable Agriculture, Australia (NASAA). Recherchez le logo de l'organisme de certification particulier, qui, dans la plupart des cas, sera imprimé quelque part sur l'étiquette du vin. C'est votre assurance que ce que vous buvez est réellement biologique.

Ce n'est pas parce qu'un vin est biologique qu'il est en quelque sorte plus sain pour vous. L'environnement est certainement en bien meilleure santé que si vous pulvérisiez des poisons partout, et les raisins ont certainement un bien meilleur goût, ce qui signifie que, entre les mains d'un vigneron qualifié, le vin peut certainement meilleur goût, mais le vin biologique contient encore de l'alcool, qui, bien sûr, est nocif en quantité excessive.

En disant cela, le vin biologique contient la moitié de la limite légale maximale de dioxyde de soufre (220) - un conservateur courant dans le vin qui est utilisé pour inhiber ou tuer les levures et les bactéries indésirables, et le principal coupable de ces gueules de bois choquantes, le lendemain.

La limite maximale autorisée de « pres 220 » dans le vin australien est de 300 parties par million (ppm). Pour le vin australien certifié biologique, c'est 150 ppm. Pour donner un peu de contexte, la plupart des vins secs ne dépassent généralement pas 200 ppm, et les fruits secs peuvent contenir entre 500 et 3000 ppm. Si vous êtes trop sensible au soufre, boire des vins biologiques peut être un choix « plus sain » et rendra généralement les déclarations du lendemain d’un avenir sobre beaucoup moins nécessaires.

Hunter Valley récolte de vin biologique. Photographie : Daniel Honan/The Guardian.

Pour la plupart des gens, le choix de boire un vin bio se résume généralement au goût. Comme pour la plupart des produits biologiques, que ce soit du bœuf, des œufs, des pommes ou, si j'ose le dire, du chou frisé, les saveurs sont inhérentes, complexes, pures et délicieuses. Les aliments biologiques vous nourrissent d'une manière qu'aucun aliment cultivé de manière conventionnelle ne peut, et il en va de même pour le vin biologique. De nombreux sommeliers adorent servir ces types de vins dans leurs restaurants car ils ont bon goût et ont tendance à se marier bien avec la nourriture.

Mais ne me croyez pas sur parole. voici quelques vins certifiés biologiques à découvrir et à essayer par vous-même.


Pourquoi boire du vin bio et où le trouver

Vignoble biologique Jasper Hill. Photographie : Daniel Honan/The Guardian.

Vignoble biologique Jasper Hill. Photographie : Daniel Honan/The Guardian.

Dernière modification le samedi 18 août 2018 12.15 BST

Il fut un temps où les gens, à la fois dans le commerce du vin et le consommateur en général, évitaient activement les vins biologiques, s'ils savaient même qu'ils existaient en premier lieu.

Mais selon les chiffres les plus récents de l'Australian Organic Market Report 2014, le vin biologique est en hausse parmi les amateurs de vin, représentant 6,9 % du marché biologique total en Australie, la production de raisin biologique ayant augmenté de 120 % entre 2011 et 2014.

Grâce en partie à une augmentation du nombre de jeunes vignerons talentueux à la recherche active de raisins issus de l'agriculture biologique pour faire leurs vins, et à une augmentation fortuite des barbes, des verres en écaille de tortue, des marchés de producteurs et des petits bars à vin, les vins biologiques se taillent enfin une place niche pour eux-mêmes. Et les buveurs en récoltent les fruits.

Un vin biologique est un vin issu de raisins qui ont été cultivés sans l'utilisation de produits chimiques artificiels ou synthétiques, tels que des herbicides et des pesticides. Pour éloigner les mauvaises herbes et les insectes, les agriculteurs biologiques travaillent avec la nature, plutôt que contre elle, en renforçant la biodiversité de leur vignoble. Par exemple, ils introduisent des cultures de couverture pour fournir un habitat aux insectes utiles qui sont l'ennemi naturel des espèces à problèmes, ou font paître de petits moutons entre les rangs de vigne, mangeant l'herbe et les mauvaises herbes. De cette façon, le vignoble devient un écosystème naturel autorégulé, capable de lutter intrinsèquement contre les problèmes et éliminant le besoin de produits chimiques artificiels et potentiellement toxiques.

Merlot biologique, cultivé sans pesticide. Photographie : Daniel Honan/The Guardian.

De nos jours, vous trouverez sans doute de nombreux exemples de vins bio figurant sur la carte des vins de votre petit bar ou étagère de magasin de bouteilles préféré, mais pour être sûr que le vin que vous buvez est vraiment bio, il doit être certifié. La certification est fournie par un organisme tiers indépendant, qui effectue des audits annuels sur les vignobles ayant demandé la certification biologique, afin de s'assurer que les raisins qu'ils cultivent sont conformes aux normes strictes de l'organisme de certification concerné et du département de l'agriculture. Il est illégal pour un producteur de vin de vendre ou de promouvoir son vin comme biologique s'il n'est pas certifié.

Il existe deux principaux organismes de certification biologique en Australie que la plupart des viticulteurs utiliseront pour prouver que leur vin est biologique. Il s'agit de l'Australian Certified Organic (ACO) et de la National Association for Sustainable Agriculture, Australia (NASAA). Recherchez le logo de l'organisme de certification particulier, qui, dans la plupart des cas, sera imprimé quelque part sur l'étiquette du vin. C'est votre assurance que ce que vous buvez est réellement biologique.

Ce n'est pas parce qu'un vin est biologique qu'il est en quelque sorte plus sain pour vous. L'environnement est certainement en bien meilleure santé que si vous pulvérisiez des poisons partout, et les raisins ont certainement un bien meilleur goût, ce qui signifie que, entre les mains d'un vigneron qualifié, le vin peut certainement meilleur goût, mais le vin biologique contient encore de l'alcool, qui, bien sûr, est nocif en quantité excessive.

En disant cela, le vin biologique contient la moitié de la limite légale maximale de dioxyde de soufre (220) - un conservateur courant dans le vin qui est utilisé pour inhiber ou tuer les levures et les bactéries indésirables, et le principal coupable de ces gueules de bois choquantes, le lendemain.

La limite maximale autorisée de « pres 220 » dans le vin australien est de 300 parties par million (ppm). Pour le vin australien certifié biologique, c'est 150 ppm. Pour donner un peu de contexte, la plupart des vins secs ne dépassent généralement pas 200 ppm, et les fruits secs peuvent contenir entre 500 et 3000 ppm. Si vous êtes trop sensible au soufre, boire des vins biologiques peut être un choix « plus sain » et rendra généralement les déclarations du lendemain d’un avenir sobre beaucoup moins nécessaires.

Hunter Valley récolte de vin biologique. Photographie : Daniel Honan/The Guardian.

Pour la plupart des gens, le choix de boire un vin bio se résume généralement au goût. Comme pour la plupart des produits biologiques, que ce soit du bœuf, des œufs, des pommes ou, si j'ose le dire, du chou frisé, les saveurs sont inhérentes, complexes, pures et délicieuses. Les aliments biologiques vous nourrissent d'une manière qu'aucun aliment cultivé de manière conventionnelle ne peut, et il en va de même pour le vin biologique. De nombreux sommeliers adorent servir ces types de vins dans leurs restaurants car ils ont bon goût et ont tendance à se marier bien avec la nourriture.

Mais ne me croyez pas sur parole. voici quelques vins certifiés biologiques à découvrir et à essayer par vous-même.


Pourquoi boire du vin bio et où le trouver

Vignoble biologique Jasper Hill. Photographie : Daniel Honan/The Guardian.

Vignoble biologique Jasper Hill. Photographie : Daniel Honan/The Guardian.

Dernière modification le samedi 18 août 2018 12.15 BST

Il fut un temps où les gens, à la fois dans le commerce du vin et le consommateur en général, évitaient activement les vins biologiques, s'ils savaient même qu'ils existaient en premier lieu.

Mais selon les chiffres les plus récents de l'Australian Organic Market Report 2014, le vin biologique est en hausse parmi les amateurs de vin, représentant 6,9 % du marché biologique total en Australie, la production de raisin biologique ayant augmenté de 120 % entre 2011 et 2014.

Grâce en partie à une augmentation du nombre de jeunes vignerons talentueux à la recherche active de raisins issus de l'agriculture biologique pour faire leurs vins, et à une augmentation fortuite des barbes, des verres en écaille de tortue, des marchés de producteurs et des petits bars à vin, les vins biologiques se taillent enfin une place niche pour eux-mêmes. Et les buveurs en récoltent les fruits.

Un vin biologique est un vin issu de raisins qui ont été cultivés sans l'utilisation de produits chimiques artificiels ou synthétiques, tels que des herbicides et des pesticides. Pour éloigner les mauvaises herbes et les insectes, les agriculteurs biologiques travaillent avec la nature, plutôt que contre elle, en renforçant la biodiversité de leur vignoble. Par exemple, ils introduisent des cultures de couverture pour fournir un habitat aux insectes utiles qui sont l'ennemi naturel des espèces à problèmes, ou font paître de petits moutons entre les rangs de vigne, mangeant l'herbe et les mauvaises herbes. De cette façon, le vignoble devient un écosystème naturel autorégulé, capable de lutter intrinsèquement contre les problèmes et éliminant le besoin de produits chimiques artificiels et potentiellement toxiques.

Merlot biologique, cultivé sans pesticide. Photographie : Daniel Honan/The Guardian.

De nos jours, vous trouverez sans doute de nombreux exemples de vins bio figurant sur la carte des vins de votre petit bar ou étagère de magasin de bouteilles préféré, mais pour être sûr que le vin que vous buvez est vraiment bio, il doit être certifié. La certification est fournie par un organisme tiers indépendant, qui effectue des audits annuels sur les vignobles ayant demandé la certification biologique, afin de s'assurer que les raisins qu'ils cultivent sont conformes aux normes strictes de l'organisme de certification concerné et du département de l'agriculture. Il est illégal pour un producteur de vin de vendre ou de promouvoir son vin comme biologique s'il n'est pas certifié.

Il existe deux principaux organismes de certification biologique en Australie que la plupart des viticulteurs utiliseront pour prouver que leur vin est biologique. Il s'agit de l'Australian Certified Organic (ACO) et de la National Association for Sustainable Agriculture, Australia (NASAA). Recherchez le logo de l'organisme de certification particulier, qui, dans la plupart des cas, sera imprimé quelque part sur l'étiquette du vin. C'est votre assurance que ce que vous buvez est réellement biologique.

Ce n'est pas parce qu'un vin est biologique qu'il est en quelque sorte plus sain pour vous. L'environnement est certainement en bien meilleure santé que si vous pulvérisiez des poisons partout, et les raisins ont certainement un bien meilleur goût, ce qui signifie que, entre les mains d'un vigneron qualifié, le vin peut certainement meilleur goût, mais le vin biologique contient encore de l'alcool, qui, bien sûr, est nocif en quantité excessive.

En disant cela, le vin biologique contient la moitié de la limite légale maximale de dioxyde de soufre (220) - un conservateur courant dans le vin qui est utilisé pour inhiber ou tuer les levures et les bactéries indésirables, et le principal coupable de ces gueules de bois choquantes, le lendemain.

La limite maximale autorisée de « pres 220 » dans le vin australien est de 300 parties par million (ppm). Pour le vin australien certifié biologique, c'est 150 ppm. Pour donner un peu de contexte, la plupart des vins secs ne dépassent généralement pas 200 ppm, et les fruits secs peuvent contenir entre 500 et 3000 ppm. Si vous êtes trop sensible au soufre, boire des vins biologiques peut être un choix « plus sain » et rendra généralement les déclarations du lendemain d’un avenir sobre beaucoup moins nécessaires.

Hunter Valley récolte de vin biologique. Photographie : Daniel Honan/The Guardian.

Pour la plupart des gens, le choix de boire un vin bio se résume généralement au goût. Comme pour la plupart des produits biologiques, que ce soit du bœuf, des œufs, des pommes ou, si j'ose le dire, du chou frisé, les saveurs sont inhérentes, complexes, pures et délicieuses. Les aliments biologiques vous nourrissent d'une manière qu'aucun aliment cultivé de manière conventionnelle ne peut, et il en va de même pour le vin biologique. De nombreux sommeliers adorent servir ces types de vins dans leurs restaurants car ils ont bon goût et ont tendance à se marier bien avec la nourriture.

Mais ne me croyez pas sur parole. voici quelques vins certifiés biologiques à découvrir et à essayer par vous-même.


Pourquoi boire du vin bio et où le trouver

Vignoble biologique Jasper Hill. Photographie : Daniel Honan/The Guardian.

Vignoble biologique Jasper Hill. Photographie : Daniel Honan/The Guardian.

Dernière modification le samedi 18 août 2018 12.15 BST

Il fut un temps où les gens, à la fois dans le commerce du vin et le consommateur en général, évitaient activement les vins biologiques, s'ils savaient même qu'ils existaient en premier lieu.

Mais selon les chiffres les plus récents de l'Australian Organic Market Report 2014, le vin biologique est en hausse parmi les amateurs de vin, représentant 6,9 % du marché biologique total en Australie, la production de raisin biologique ayant augmenté de 120 % entre 2011 et 2014.

Grâce en partie à une augmentation du nombre de jeunes vignerons talentueux à la recherche active de raisins issus de l'agriculture biologique pour faire leurs vins, et à une augmentation fortuite des barbes, des verres en écaille de tortue, des marchés de producteurs et des petits bars à vin, les vins biologiques se taillent enfin une place niche pour eux-mêmes. Et les buveurs en récoltent les fruits.

Un vin biologique est un vin issu de raisins qui ont été cultivés sans l'utilisation de produits chimiques artificiels ou synthétiques, tels que des herbicides et des pesticides. Pour éloigner les mauvaises herbes et les insectes, les agriculteurs biologiques travaillent avec la nature, plutôt que contre elle, en renforçant la biodiversité de leur vignoble. Par exemple, ils introduisent des cultures de couverture pour fournir un habitat aux insectes utiles qui sont l'ennemi naturel des espèces à problèmes, ou font paître de petits moutons entre les rangs de vigne, mangeant l'herbe et les mauvaises herbes. De cette façon, le vignoble devient un écosystème naturel autorégulé, capable de lutter intrinsèquement contre les problèmes et éliminant le besoin de produits chimiques artificiels et potentiellement toxiques.

Merlot biologique, cultivé sans pesticide. Photographie : Daniel Honan/The Guardian.

De nos jours, vous trouverez sans doute de nombreux exemples de vins bio figurant sur la carte des vins de votre petit bar ou étagère de magasin de bouteilles préféré, mais pour être sûr que le vin que vous buvez est vraiment bio, il doit être certifié. La certification est fournie par un organisme tiers indépendant, qui effectue des audits annuels sur les vignobles ayant demandé la certification biologique, afin de s'assurer que les raisins qu'ils cultivent sont conformes aux normes strictes de l'organisme de certification concerné et du département de l'agriculture. Il est illégal pour un producteur de vin de vendre ou de promouvoir son vin comme biologique s'il n'est pas certifié.

Il existe deux principaux organismes de certification biologique en Australie que la plupart des viticulteurs utiliseront pour prouver que leur vin est biologique. Il s'agit de l'Australian Certified Organic (ACO) et de la National Association for Sustainable Agriculture, Australia (NASAA). Recherchez le logo de l'organisme de certification particulier, qui, dans la plupart des cas, sera imprimé quelque part sur l'étiquette du vin. C'est votre assurance que ce que vous buvez est réellement biologique.

Ce n'est pas parce qu'un vin est biologique qu'il est en quelque sorte plus sain pour vous. L'environnement est certainement en bien meilleure santé que si vous pulvérisiez des poisons partout, et les raisins ont certainement un bien meilleur goût, ce qui signifie que, entre les mains d'un vigneron qualifié, le vin peut certainement meilleur goût, mais le vin biologique contient encore de l'alcool, qui, bien sûr, est nocif en quantité excessive.

En disant cela, le vin biologique contient la moitié de la limite légale maximale de dioxyde de soufre (220) - un conservateur courant dans le vin qui est utilisé pour inhiber ou tuer les levures et les bactéries indésirables, et le principal coupable de ces gueules de bois choquantes, le lendemain.

La limite maximale autorisée de « pres 220 » dans le vin australien est de 300 parties par million (ppm). Pour le vin australien certifié biologique, c'est 150 ppm. Pour donner un peu de contexte, la plupart des vins secs ne dépassent généralement pas 200 ppm, et les fruits secs peuvent contenir entre 500 et 3000 ppm. Si vous êtes trop sensible au soufre, boire des vins biologiques peut être un choix « plus sain » et rendra généralement les déclarations du lendemain d’un avenir sobre beaucoup moins nécessaires.

Hunter Valley récolte de vin biologique. Photographie : Daniel Honan/The Guardian.

Pour la plupart des gens, le choix de boire un vin bio se résume généralement au goût. Comme pour la plupart des produits biologiques, que ce soit du bœuf, des œufs, des pommes ou, si j'ose le dire, du chou frisé, les saveurs sont inhérentes, complexes, pures et délicieuses. Les aliments biologiques vous nourrissent d'une manière qu'aucun aliment cultivé de manière conventionnelle ne peut, et il en va de même pour le vin biologique. De nombreux sommeliers adorent servir ces types de vins dans leurs restaurants car ils ont bon goût et ont tendance à se marier bien avec la nourriture.

Mais ne me croyez pas sur parole. voici quelques vins certifiés biologiques à découvrir et à essayer par vous-même.


Pourquoi boire du vin bio et où le trouver

Vignoble biologique Jasper Hill. Photographie : Daniel Honan/The Guardian.

Vignoble biologique Jasper Hill. Photographie : Daniel Honan/The Guardian.

Dernière modification le samedi 18 août 2018 12.15 BST

Il fut un temps où les gens, à la fois dans le commerce du vin et le consommateur en général, évitaient activement les vins biologiques, s'ils savaient même qu'ils existaient en premier lieu.

Mais selon les chiffres les plus récents de l'Australian Organic Market Report 2014, le vin biologique est en hausse parmi les amateurs de vin, représentant 6,9 % du marché biologique total en Australie, la production de raisin biologique ayant augmenté de 120 % entre 2011 et 2014.

Grâce en partie à une augmentation du nombre de jeunes vignerons talentueux à la recherche active de raisins issus de l'agriculture biologique pour faire leurs vins, et à une augmentation fortuite des barbes, des verres en écaille de tortue, des marchés de producteurs et des petits bars à vin, les vins biologiques se taillent enfin une place niche pour eux-mêmes. Et les buveurs en récoltent les fruits.

Un vin biologique est un vin issu de raisins qui ont été cultivés sans l'utilisation de produits chimiques artificiels ou synthétiques, tels que des herbicides et des pesticides. Pour éloigner les mauvaises herbes et les insectes, les agriculteurs biologiques travaillent avec la nature, plutôt que contre elle, en renforçant la biodiversité de leur vignoble. Par exemple, ils introduisent des cultures de couverture pour fournir un habitat aux insectes utiles qui sont l'ennemi naturel des espèces à problèmes, ou font paître de petits moutons entre les rangs de vigne, mangeant l'herbe et les mauvaises herbes. De cette façon, le vignoble devient un écosystème naturel autorégulé, capable de lutter intrinsèquement contre les problèmes et éliminant le besoin de produits chimiques artificiels et potentiellement toxiques.

Merlot biologique, cultivé sans pesticide. Photographie : Daniel Honan/The Guardian.

De nos jours, vous trouverez sans doute de nombreux exemples de vins bio figurant sur la carte des vins de votre petit bar ou étagère de magasin de bouteilles préféré, mais pour être sûr que le vin que vous buvez est vraiment bio, il doit être certifié. La certification est fournie par un organisme tiers indépendant, qui effectue des audits annuels sur les vignobles ayant demandé la certification biologique, afin de s'assurer que les raisins qu'ils cultivent sont conformes aux normes strictes de l'organisme de certification concerné et du département de l'agriculture. Il est illégal pour un producteur de vin de vendre ou de promouvoir son vin comme biologique s'il n'est pas certifié.

Il existe deux principaux organismes de certification biologique en Australie que la plupart des viticulteurs utiliseront pour prouver que leur vin est biologique. Il s'agit de l'Australian Certified Organic (ACO) et de la National Association for Sustainable Agriculture, Australia (NASAA). Recherchez le logo de l'organisme de certification particulier, qui, dans la plupart des cas, sera imprimé quelque part sur l'étiquette du vin. C'est votre assurance que ce que vous buvez est réellement biologique.

Ce n'est pas parce qu'un vin est biologique qu'il est en quelque sorte plus sain pour vous. L'environnement est certainement en bien meilleure santé que si vous pulvérisiez des poisons partout, et les raisins ont certainement un bien meilleur goût, ce qui signifie que, entre les mains d'un vigneron qualifié, le vin peut certainement meilleur goût, mais le vin biologique contient encore de l'alcool, qui, bien sûr, est nocif en quantité excessive.

En disant cela, le vin biologique contient la moitié de la limite légale maximale de dioxyde de soufre (220) - un conservateur courant dans le vin qui est utilisé pour inhiber ou tuer les levures et les bactéries indésirables, et le principal coupable de ces gueules de bois choquantes, le lendemain.

La limite maximale autorisée de « pres 220 » dans le vin australien est de 300 parties par million (ppm). Pour le vin australien certifié biologique, c'est 150 ppm. Pour donner un peu de contexte, la plupart des vins secs ne dépassent généralement pas 200 ppm, et les fruits secs peuvent contenir entre 500 et 3000 ppm. Si vous êtes trop sensible au soufre, boire des vins biologiques peut être un choix « plus sain » et rendra généralement les déclarations du lendemain d’un avenir sobre beaucoup moins nécessaires.

Hunter Valley récolte de vin biologique. Photographie : Daniel Honan/The Guardian.

Pour la plupart des gens, le choix de boire un vin bio se résume généralement au goût. Comme pour la plupart des produits biologiques, que ce soit du bœuf, des œufs, des pommes ou, si j'ose le dire, du chou frisé, les saveurs sont inhérentes, complexes, pures et délicieuses. Les aliments biologiques vous nourrissent d'une manière qu'aucun aliment cultivé de manière conventionnelle ne peut, et il en va de même pour le vin biologique. De nombreux sommeliers adorent servir ces types de vins dans leurs restaurants car ils ont bon goût et ont tendance à se marier bien avec la nourriture.

Mais ne me croyez pas sur parole. voici quelques vins certifiés biologiques à découvrir et à essayer par vous-même.


Pourquoi boire du vin bio et où le trouver

Vignoble biologique Jasper Hill. Photographie : Daniel Honan/The Guardian.

Vignoble biologique Jasper Hill. Photographie : Daniel Honan/The Guardian.

Dernière modification le samedi 18 août 2018 12.15 BST

Il fut un temps où les gens, à la fois dans le commerce du vin et le consommateur en général, évitaient activement les vins biologiques, s'ils savaient même qu'ils existaient en premier lieu.

Mais selon les chiffres les plus récents de l'Australian Organic Market Report 2014, le vin biologique est en hausse parmi les amateurs de vin, représentant 6,9 % du marché biologique total en Australie, la production de raisin biologique ayant augmenté de 120 % entre 2011 et 2014.

Grâce en partie à une augmentation du nombre de jeunes vignerons talentueux à la recherche active de raisins issus de l'agriculture biologique pour faire leurs vins, et à une augmentation fortuite des barbes, des verres en écaille de tortue, des marchés de producteurs et des petits bars à vin, les vins biologiques se taillent enfin une place niche pour eux-mêmes. Et les buveurs en récoltent les fruits.

Un vin biologique est un vin issu de raisins qui ont été cultivés sans l'utilisation de produits chimiques artificiels ou synthétiques, tels que des herbicides et des pesticides. Pour éloigner les mauvaises herbes et les insectes, les agriculteurs biologiques travaillent avec la nature, plutôt que contre elle, en renforçant la biodiversité de leur vignoble. Par exemple, ils introduisent des cultures de couverture pour fournir un habitat aux insectes utiles qui sont l'ennemi naturel des espèces à problèmes, ou font paître de petits moutons entre les rangs de vigne, mangeant l'herbe et les mauvaises herbes. De cette façon, le vignoble devient un écosystème naturel autorégulé, capable de lutter intrinsèquement contre les problèmes et éliminant le besoin de produits chimiques artificiels et potentiellement toxiques.

Merlot biologique, cultivé sans pesticide. Photographie : Daniel Honan/The Guardian.

De nos jours, vous trouverez sans doute de nombreux exemples de vins bio figurant sur la carte des vins de votre petit bar ou étagère de magasin de bouteilles préféré, mais pour être sûr que le vin que vous buvez est vraiment bio, il doit être certifié. La certification est fournie par un organisme tiers indépendant, qui effectue des audits annuels sur les vignobles ayant demandé la certification biologique, afin de s'assurer que les raisins qu'ils cultivent sont conformes aux normes strictes de l'organisme de certification concerné et du département de l'agriculture. Il est illégal pour un producteur de vin de vendre ou de promouvoir son vin comme biologique s'il n'est pas certifié.

Il existe deux principaux organismes de certification biologique en Australie que la plupart des viticulteurs utiliseront pour prouver que leur vin est biologique. Il s'agit de l'Australian Certified Organic (ACO) et de la National Association for Sustainable Agriculture, Australia (NASAA). Recherchez le logo de l'organisme de certification particulier, qui, dans la plupart des cas, sera imprimé quelque part sur l'étiquette du vin. C'est votre assurance que ce que vous buvez est réellement biologique.

Ce n'est pas parce qu'un vin est biologique qu'il est en quelque sorte plus sain pour vous. L'environnement est certainement en bien meilleure santé que si vous pulvérisiez des poisons partout, et les raisins ont certainement un bien meilleur goût, ce qui signifie que, entre les mains d'un vigneron qualifié, le vin peut certainement meilleur goût, mais le vin biologique contient encore de l'alcool, qui, bien sûr, est nocif en quantité excessive.

En disant cela, le vin biologique contient la moitié de la limite légale maximale de dioxyde de soufre (220) - un conservateur courant dans le vin qui est utilisé pour inhiber ou tuer les levures et les bactéries indésirables, et le principal coupable de ces gueules de bois choquantes, le lendemain.

La limite maximale autorisée de « pres 220 » dans le vin australien est de 300 parties par million (ppm). Pour le vin australien certifié biologique, c'est 150 ppm. Pour donner un peu de contexte, la plupart des vins secs ne dépassent généralement pas 200 ppm, et les fruits secs peuvent contenir entre 500 et 3000 ppm. Si vous êtes trop sensible au soufre, boire des vins biologiques peut être un choix « plus sain » et rendra généralement les déclarations du lendemain d’un avenir sobre beaucoup moins nécessaires.

Hunter Valley récolte de vin biologique. Photographie : Daniel Honan/The Guardian.

Pour la plupart des gens, le choix de boire un vin bio se résume généralement au goût. Comme pour la plupart des produits biologiques, que ce soit du bœuf, des œufs, des pommes ou, si j'ose le dire, du chou frisé, les saveurs sont inhérentes, complexes, pures et délicieuses. Les aliments biologiques vous nourrissent d'une manière qu'aucun aliment cultivé de manière conventionnelle ne peut, et il en va de même pour le vin biologique. De nombreux sommeliers adorent servir ces types de vins dans leurs restaurants car ils ont bon goût et ont tendance à se marier bien avec la nourriture.

Mais ne me croyez pas sur parole. voici quelques vins certifiés biologiques à découvrir et à essayer par vous-même.


Pourquoi boire du vin bio et où le trouver

Vignoble biologique Jasper Hill. Photographie : Daniel Honan/The Guardian.

Vignoble biologique Jasper Hill. Photographie : Daniel Honan/The Guardian.

Dernière modification le samedi 18 août 2018 12.15 BST

Il fut un temps où les gens, à la fois dans le commerce du vin et le consommateur en général, évitaient activement les vins biologiques, s'ils savaient même qu'ils existaient en premier lieu.

Mais selon les chiffres les plus récents de l'Australian Organic Market Report 2014, le vin biologique est en hausse parmi les amateurs de vin, représentant 6,9 % du marché biologique total en Australie, la production de raisin biologique ayant augmenté de 120 % entre 2011 et 2014.

Thanks in part to an increase in the number of talented young winemakers actively seeking out organically grown grapes to make their wines from, and a coincidental rise in beards, tortoise shell glasses, farmers markets and small wine bars, organic wines are finally carving out a niche for themselves. And drinkers are reaping the rewards.

An organic wine is a wine made from grapes that have been grown without the use of artificial or synthetic chemicals, such as herbicides and pesticides. To keep the weeds and bugs at bay, organic farmers work with nature, rather than against it, by boosting their vineyard’s biodiversity. For example, they introduce cover crops to provide a habitat for beneficial insects that are the natural enemy of problem species, or have small sheep graze between the vine rows, eating the grass and weeds. In this way, the vineyard becomes a self-regulating, natural ecosystem, which is able to combat problems intrinsically and eliminates the need for artificial, and potentially toxic, chemicals.

Organic merlot, grown without pesticide. Photograph: Daniel Honan/The Guardian.

Nowadays, you will no doubt find many examples of organic wines appearing on the wine list of your favourite small bar or bottle shop shelf, but to be sure that the wine you are drinking is truly organic, it must be certified. Certification is provided by an independent third-party organisation, which carries out annual audits on vineyards that have applied for organic certification, to ensure that the grapes that they grow comply with the strict standards of both the particular certifying body and the department of agriculture. It is against the law for a wine producer to sell or promote their wine as organic if it is not certified.

There are two prominent organic certifying bodies in Australia that most winegrowers will use to prove that their wine is organic. These are Australian Certified Organic (ACO) and the National Association for Sustainable Agriculture, Australia (NASAA). Look out for the particular certifying body’s logo, which, in most cases, will be printed somewhere on the wine label. This is your assurance that what you’re drinking is actually organic.

Just because a wine is organic, however, doesn’t mean that it is somehow healthier for you. The environment is certainly in much better health, than if you were spraying poisons all over the place, and the grapes certainly taste a whole lot better, meaning that in the hands of a skilled winemaker, the wine can definitely taste better, but organic wine still contains alcohol, which, of course, is harmful in excessive amounts.

In saying that, organic wine does contain half the maximum legal limit of sulphur dioxide (220) – a common preservative in wine that is used to inhibit or kill unwanted yeasts and bacteria, and the main culprit for those shocking hangovers, the next day.

The maximum allowable limit of “pres 220” in Australian wine is 300 parts per million (ppm). For Australian certified organic wine it’s 150 ppm. To give a little context, most dry wines usually won’t exceed 200 ppm, and dried fruits can contain anywhere between 500 and 3000 ppm. If you are overly sensitive to sulphur, then drinking organic wines can be a “healthier” choice and will usually make the next day’s declarations of a sober future a lot less necessary.

Hunter Valley harvest of organic wine. Photograph: Daniel Honan/The Guardian.

For most people, the choice to drink an organic wine usually comes down to taste. As with most organic produce, be it beef, eggs, apples, or dare I say it, kale, the flavours are inherent, complex, pure and delicious. Organic food nourishes you in a way that no conventionally grown food can, and the same can be said of organic wine. Many sommeliers love serving these types of wines in their restaurants because they taste great and they tend to go well with food.

But, don’t take my word for it. here are a few certified organic wines for you to seek out and try for yourself.


Why you should be drinking organic wine and where to find it

Jasper Hill organic winery. Photograph: Daniel Honan/The Guardian.

Jasper Hill organic winery. Photograph: Daniel Honan/The Guardian.

Last modified on Sat 18 Aug 2018 12.15 BST

Once there was a time when people, both in the wine trade and the general consumer, would actively avoid organic wines, if they even knew they existed in the first place.

But according to the most recent figures from the 2014 Australian Organic Market Report, organic wine is on the rise among wine lovers, accounting for 6.9% of the total organic market in Australia, with organic grape production increasing by 120% between 2011 and 2014.

Thanks in part to an increase in the number of talented young winemakers actively seeking out organically grown grapes to make their wines from, and a coincidental rise in beards, tortoise shell glasses, farmers markets and small wine bars, organic wines are finally carving out a niche for themselves. And drinkers are reaping the rewards.

An organic wine is a wine made from grapes that have been grown without the use of artificial or synthetic chemicals, such as herbicides and pesticides. To keep the weeds and bugs at bay, organic farmers work with nature, rather than against it, by boosting their vineyard’s biodiversity. For example, they introduce cover crops to provide a habitat for beneficial insects that are the natural enemy of problem species, or have small sheep graze between the vine rows, eating the grass and weeds. In this way, the vineyard becomes a self-regulating, natural ecosystem, which is able to combat problems intrinsically and eliminates the need for artificial, and potentially toxic, chemicals.

Organic merlot, grown without pesticide. Photograph: Daniel Honan/The Guardian.

Nowadays, you will no doubt find many examples of organic wines appearing on the wine list of your favourite small bar or bottle shop shelf, but to be sure that the wine you are drinking is truly organic, it must be certified. Certification is provided by an independent third-party organisation, which carries out annual audits on vineyards that have applied for organic certification, to ensure that the grapes that they grow comply with the strict standards of both the particular certifying body and the department of agriculture. It is against the law for a wine producer to sell or promote their wine as organic if it is not certified.

There are two prominent organic certifying bodies in Australia that most winegrowers will use to prove that their wine is organic. These are Australian Certified Organic (ACO) and the National Association for Sustainable Agriculture, Australia (NASAA). Look out for the particular certifying body’s logo, which, in most cases, will be printed somewhere on the wine label. This is your assurance that what you’re drinking is actually organic.

Just because a wine is organic, however, doesn’t mean that it is somehow healthier for you. The environment is certainly in much better health, than if you were spraying poisons all over the place, and the grapes certainly taste a whole lot better, meaning that in the hands of a skilled winemaker, the wine can definitely taste better, but organic wine still contains alcohol, which, of course, is harmful in excessive amounts.

In saying that, organic wine does contain half the maximum legal limit of sulphur dioxide (220) – a common preservative in wine that is used to inhibit or kill unwanted yeasts and bacteria, and the main culprit for those shocking hangovers, the next day.

The maximum allowable limit of “pres 220” in Australian wine is 300 parts per million (ppm). For Australian certified organic wine it’s 150 ppm. To give a little context, most dry wines usually won’t exceed 200 ppm, and dried fruits can contain anywhere between 500 and 3000 ppm. If you are overly sensitive to sulphur, then drinking organic wines can be a “healthier” choice and will usually make the next day’s declarations of a sober future a lot less necessary.

Hunter Valley harvest of organic wine. Photograph: Daniel Honan/The Guardian.

For most people, the choice to drink an organic wine usually comes down to taste. As with most organic produce, be it beef, eggs, apples, or dare I say it, kale, the flavours are inherent, complex, pure and delicious. Organic food nourishes you in a way that no conventionally grown food can, and the same can be said of organic wine. Many sommeliers love serving these types of wines in their restaurants because they taste great and they tend to go well with food.

But, don’t take my word for it. here are a few certified organic wines for you to seek out and try for yourself.


Why you should be drinking organic wine and where to find it

Jasper Hill organic winery. Photograph: Daniel Honan/The Guardian.

Jasper Hill organic winery. Photograph: Daniel Honan/The Guardian.

Last modified on Sat 18 Aug 2018 12.15 BST

Once there was a time when people, both in the wine trade and the general consumer, would actively avoid organic wines, if they even knew they existed in the first place.

But according to the most recent figures from the 2014 Australian Organic Market Report, organic wine is on the rise among wine lovers, accounting for 6.9% of the total organic market in Australia, with organic grape production increasing by 120% between 2011 and 2014.

Thanks in part to an increase in the number of talented young winemakers actively seeking out organically grown grapes to make their wines from, and a coincidental rise in beards, tortoise shell glasses, farmers markets and small wine bars, organic wines are finally carving out a niche for themselves. And drinkers are reaping the rewards.

An organic wine is a wine made from grapes that have been grown without the use of artificial or synthetic chemicals, such as herbicides and pesticides. To keep the weeds and bugs at bay, organic farmers work with nature, rather than against it, by boosting their vineyard’s biodiversity. For example, they introduce cover crops to provide a habitat for beneficial insects that are the natural enemy of problem species, or have small sheep graze between the vine rows, eating the grass and weeds. In this way, the vineyard becomes a self-regulating, natural ecosystem, which is able to combat problems intrinsically and eliminates the need for artificial, and potentially toxic, chemicals.

Organic merlot, grown without pesticide. Photograph: Daniel Honan/The Guardian.

Nowadays, you will no doubt find many examples of organic wines appearing on the wine list of your favourite small bar or bottle shop shelf, but to be sure that the wine you are drinking is truly organic, it must be certified. Certification is provided by an independent third-party organisation, which carries out annual audits on vineyards that have applied for organic certification, to ensure that the grapes that they grow comply with the strict standards of both the particular certifying body and the department of agriculture. It is against the law for a wine producer to sell or promote their wine as organic if it is not certified.

There are two prominent organic certifying bodies in Australia that most winegrowers will use to prove that their wine is organic. These are Australian Certified Organic (ACO) and the National Association for Sustainable Agriculture, Australia (NASAA). Look out for the particular certifying body’s logo, which, in most cases, will be printed somewhere on the wine label. This is your assurance that what you’re drinking is actually organic.

Just because a wine is organic, however, doesn’t mean that it is somehow healthier for you. The environment is certainly in much better health, than if you were spraying poisons all over the place, and the grapes certainly taste a whole lot better, meaning that in the hands of a skilled winemaker, the wine can definitely taste better, but organic wine still contains alcohol, which, of course, is harmful in excessive amounts.

In saying that, organic wine does contain half the maximum legal limit of sulphur dioxide (220) – a common preservative in wine that is used to inhibit or kill unwanted yeasts and bacteria, and the main culprit for those shocking hangovers, the next day.

The maximum allowable limit of “pres 220” in Australian wine is 300 parts per million (ppm). For Australian certified organic wine it’s 150 ppm. To give a little context, most dry wines usually won’t exceed 200 ppm, and dried fruits can contain anywhere between 500 and 3000 ppm. If you are overly sensitive to sulphur, then drinking organic wines can be a “healthier” choice and will usually make the next day’s declarations of a sober future a lot less necessary.

Hunter Valley harvest of organic wine. Photograph: Daniel Honan/The Guardian.

For most people, the choice to drink an organic wine usually comes down to taste. As with most organic produce, be it beef, eggs, apples, or dare I say it, kale, the flavours are inherent, complex, pure and delicious. Organic food nourishes you in a way that no conventionally grown food can, and the same can be said of organic wine. Many sommeliers love serving these types of wines in their restaurants because they taste great and they tend to go well with food.

But, don’t take my word for it. here are a few certified organic wines for you to seek out and try for yourself.


Why you should be drinking organic wine and where to find it

Jasper Hill organic winery. Photograph: Daniel Honan/The Guardian.

Jasper Hill organic winery. Photograph: Daniel Honan/The Guardian.

Last modified on Sat 18 Aug 2018 12.15 BST

Once there was a time when people, both in the wine trade and the general consumer, would actively avoid organic wines, if they even knew they existed in the first place.

But according to the most recent figures from the 2014 Australian Organic Market Report, organic wine is on the rise among wine lovers, accounting for 6.9% of the total organic market in Australia, with organic grape production increasing by 120% between 2011 and 2014.

Thanks in part to an increase in the number of talented young winemakers actively seeking out organically grown grapes to make their wines from, and a coincidental rise in beards, tortoise shell glasses, farmers markets and small wine bars, organic wines are finally carving out a niche for themselves. And drinkers are reaping the rewards.

An organic wine is a wine made from grapes that have been grown without the use of artificial or synthetic chemicals, such as herbicides and pesticides. To keep the weeds and bugs at bay, organic farmers work with nature, rather than against it, by boosting their vineyard’s biodiversity. For example, they introduce cover crops to provide a habitat for beneficial insects that are the natural enemy of problem species, or have small sheep graze between the vine rows, eating the grass and weeds. In this way, the vineyard becomes a self-regulating, natural ecosystem, which is able to combat problems intrinsically and eliminates the need for artificial, and potentially toxic, chemicals.

Organic merlot, grown without pesticide. Photograph: Daniel Honan/The Guardian.

Nowadays, you will no doubt find many examples of organic wines appearing on the wine list of your favourite small bar or bottle shop shelf, but to be sure that the wine you are drinking is truly organic, it must be certified. Certification is provided by an independent third-party organisation, which carries out annual audits on vineyards that have applied for organic certification, to ensure that the grapes that they grow comply with the strict standards of both the particular certifying body and the department of agriculture. It is against the law for a wine producer to sell or promote their wine as organic if it is not certified.

There are two prominent organic certifying bodies in Australia that most winegrowers will use to prove that their wine is organic. These are Australian Certified Organic (ACO) and the National Association for Sustainable Agriculture, Australia (NASAA). Look out for the particular certifying body’s logo, which, in most cases, will be printed somewhere on the wine label. This is your assurance that what you’re drinking is actually organic.

Just because a wine is organic, however, doesn’t mean that it is somehow healthier for you. The environment is certainly in much better health, than if you were spraying poisons all over the place, and the grapes certainly taste a whole lot better, meaning that in the hands of a skilled winemaker, the wine can definitely taste better, but organic wine still contains alcohol, which, of course, is harmful in excessive amounts.

In saying that, organic wine does contain half the maximum legal limit of sulphur dioxide (220) – a common preservative in wine that is used to inhibit or kill unwanted yeasts and bacteria, and the main culprit for those shocking hangovers, the next day.

The maximum allowable limit of “pres 220” in Australian wine is 300 parts per million (ppm). For Australian certified organic wine it’s 150 ppm. To give a little context, most dry wines usually won’t exceed 200 ppm, and dried fruits can contain anywhere between 500 and 3000 ppm. If you are overly sensitive to sulphur, then drinking organic wines can be a “healthier” choice and will usually make the next day’s declarations of a sober future a lot less necessary.

Hunter Valley harvest of organic wine. Photograph: Daniel Honan/The Guardian.

For most people, the choice to drink an organic wine usually comes down to taste. As with most organic produce, be it beef, eggs, apples, or dare I say it, kale, the flavours are inherent, complex, pure and delicious. Organic food nourishes you in a way that no conventionally grown food can, and the same can be said of organic wine. Many sommeliers love serving these types of wines in their restaurants because they taste great and they tend to go well with food.

But, don’t take my word for it. here are a few certified organic wines for you to seek out and try for yourself.


Voir la vidéo: Kuidas maakler müüjat aitab? (Novembre 2021).